Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

25 août 2006 5 25 /08 /août /2006 01:30

Un texte vraiment magnifique... à une époque où les gens font n'importe quoi et se mettent avec n'importe qui pour combler une solitude qui n'existe pas lorsque l'on a trouvé la Voie, ce texte du grand Sédir est comme une eau fraîche et apaisante...

 LA SOLITUDE

par Sédir

Comment chasser l'inquiétude et l'angoisse d'être seul ?

- Elle est souvent le résultat d'un refus antérieur de participer aux charges sociales ou familiales, ou d'un orgueil antérieur. Elle pourrait diminuer par le détachement d'avec les créatures et le rattachement à Dieu.

Par nature les hommes de génie sont seuls. Plus un être est élevé spirituellement, plus il est seul.

La solitude

Nous sommes seuls pour trois motifs : par orgueil, par humilité ou parce que la nature nous a faits plus que les autres. Mais la majorité des solitaires, ce sont des orgueilleux ; ils se disent incompris, et ils sèment autour d'eux l'incompréhension.

Il y a aussi les humiliés ; ceux-là sont heureux, car dans leur solitude vient tout ce que le monde chasse. Il y a aussi ceux qui sont seuls parce qu'ils sont des géants de l'art, dans la nature, dans la réalisation ; ils dépassent les autres ; les hommes ont peur devant eux et les laissent seuls. Ceux-là ne sont pas à plaindre, ils accomplissent leur fonction.

Il faut plaindre les orgueilleux, car pour eux la solitude est dure ; mais elle est une maîtresse parfaite qui leur apprend la vie, qui adoucit les angles, qui ouvre les cœurs ; la souffrance leur sera bonne ; un jour ils comprendront que la solitude leur aura été une bénédiction.

Ceux qui sont seuls par humilité, nous n'avons ni à les plaindre ni à les envier ; nous avons à les admirer ; ils sont sur la route de la liberté, ils portent en eux quelqu'un dont la présence remplace toutes les autres.

Ceux que le Destin oblige à une vie dispersée soupirent après la solitude ; ceux que le Destin oblige à une vie ignorée aimeraient à voir beaucoup de monde. Les uns et les autres sont dans la même erreur. L'homme doit apprendre que personne n'est seul ; chaque solitude est pour nous le signe d'une autre présence.

L'épreuve et la persécution sont utiles pour faire accoucher notre esprit de ce dont il était gros et qu'il ignorait. Chaque fois qu'on s'éloigne de nous, réjouissons-nous ; c'est que d'autres êtres vont venir.

Cependant toutes les sociétés de toutes les créatures ont leur inconvénient, même celle des invisibles : ils ont aussi leurs erreurs et ils ne mettent pas forcément dans la voie. Mais à force de changer de sociétés, à force de connaître les solitudes, nous arriverons à concevoir que tous ces allants et venants, tous ces tenants et aboutissants de notre existence, ce sont des comparses, qu'il y a au-dessus d'eux la vérité, et dans la plus sombre nuit nous trouverons ce Christ qui est la compagnie de ceux qui ont expérimenté toutes les solitudes, qui se sont ensanglanté les pieds dans tous les déserts, qui se sont déchirés dans tous les halliers du visible et de l'invisible.

Nous sommes une race prosaïque.

Dans les légendes du Moyen-Age on parle de pauvres mendiants qui, tout à coup, se transforment en anges du Christ. Nous lisons cela et nous y voyons de la poésie ; nous ne pouvons pas voir que c'est réel. Il y a 2 000 ans, il y avait un être qui parcourait les routes de l'univers, qui était pieds nus comme les pauvres de son temps.

Il n'y a aucune raison pour que dans la rue il ne se trouve pas encore aujourd'hui un passant vêtu comme nous, allant comme nous, obéissant au sergent de ville, achetant le journal, entrant au café, et cependant portant en soi la lumière qui éclaire les mondes. Quelle impossibilité y a-t-il à cela ?

Si vous avez envisagé cette éventualité, vous ne pouvez pas ne pas vous dire que peut-être vous avez rencontré cet inconnu, qu'il vous a regardé, mais que, parce que vos yeux étaient remplis de spectacles de boue et de fumée, vous ne l'avez pas vu et qu'il vous faudra peut-être attendre des siècles avant de retrouver ce regard. Il y en a qui ont supporté ce regard et qui l'ont reconnu.

Ces hommes-là, qui portent ce trésor en eux sans que leurs plus proches s'en doutent, croyez-vous qu'ils connaissent l'angoisse et que les pires douleurs soient lourdes pour eux.

Essayez d'ouvrir les yeux dans la vie ; essayez de déblayer en vous. Il y a un être dans le monde qui est le solitaire par excellence, car plus une créature est grande, moins elle trouve de pairs.

Il y a dans l'univers des pistes où à peine se rencontre un voyageur par siècle ; il y en a où pas un voyageur n'a passé depuis 2 000 ans ; il y en a une qui part du soleil et qui arrive à la terre, et où douze êtres qui y sont passés il y a 2 000 ans passent en ce moment.

Mais ce qui prime tout, c'est la pensée de Celui qui est le Solitaire, de Celui qui est seul de sa catégorie dans l'univers entier. Il a assumé les poids de l'univers entier et Il assume, si nous voulons, le poids de nos faiblesses et de nos laideurs.

Si nous déblayons de notre vie les visiteurs après les avoir servis comme ils le méritent, quand nous aurons quitté les soucis, les sociétés visibles et invisibles qui nous apportent la beauté humaine et la science humaine, nous verrons derrière elles quelqu'un qui attend à la porte les yeux baissés pour que Son regard ne nous effraie pas et à demi-tourné.

Celui-là, quand nous l'avons rencontré en nous-mêmes, nous donne la bénédiction suprême de Le rencontrer hors de nous.

Balayez donc les chambres de votre cœur. Vous n'avez d'inquiétude et d'angoisse que parce que vous avez accroché votre cœur à ce qui passe, à un être, à une science, comme si c'était un dieu. Quand vous aurez palpé le friable de ces idoles, quand vous aurez goûté la cendre de ces faiblesses, vous aurez la possibilité de n'être plus seuls et vous marcherez dans la vie avec la certitude qu'au dessus de votre épaule il y a une main prête à vous soulever et un regard prêt à vous réconforter.

Sources : Tarot Numérologie

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article
25 août 2006 5 25 /08 /août /2006 01:14

Krishna, Bouddha et le Christ

(Le Voile d'Isis,  février 1911)

par Sédir 

 Krishna, Bouddha et le Christ ne sont pas les manifestations de la même entité divine, ils mènent chacun par des routes progressivement divergentes à des lieux de repos opposés. Ce sont eux qui, en réalité, se choisissent leurs disciples et non leurs disciplines qui les choisissent. Les philosophes devraient s'avouer et dire aux autres: « Nous ne savons rien que de provisoire, de relatif, de nébuleux; rien, sauf qu'il faut lutter contre l'égoïsme ». Et si on consacrait toutes ses forces au bien-agir, au lieu de les dépenser à la culture du mental que les disciples des orientaux recommandent si fort, ce mental se purifierait et se développerait tout seul, bien plus sainement. A-t-on jamais appris à un bébé les mathématiques et la mécanique pour le faire marcher?

 Pour devenir libre, la méthode n'est pas  de rendre tout esclave en nous et autour de   nous, sous prétexte de ne pas entraver notre développement. 
 Le plan des fluides, des vibrations, que les missionnaires hindous ont présentés aux Américains comme la clé de voûte de l'édifice cosmique, n'est encore qu'une enveloppe; il n'est que l'aura du plan central; sa connaissance ne procure ni l'omniscience ni l'omnipotence. 

 Quant à l'âme, elle est bien dans son lieu, pure, omnisciente et omnipotente, mais   en germe seulement. Pour que l'on bénéficie de sa lumière il faut bien que les enveloppes psychiques puissent la transmettre, mais ce n'est pas par l'intelligence qu'elle arrive à notre conscience, c'est par le coeur. 

 D'ailleurs, comment purifier le mental par l'effort du mental ? On risque, ce faisant, de prendre de bonne foi les appétits de cet organe pour les intuitions du soi supérieur. Il  est plus sain de délaisser un peu la contemplation au profit de l'action. 

 Cette dernière laisse à nos puissances intérieures leur autonomie, leur spontanéité; elles rayonnent naturellement alors vers le monde matériel qu'elles transfigurent peu à peu tandis que les entraîne-ments les immobilisent ou les déséquilibrent vers l'artificiel. 

 Il est bien vrai que c'est notre volonté qui nous enchaîne; mais ce n'est pas la seule force qui nous délivre. Dieu et son amour ne sont pas des entités abstraites. L'âme, le moi, la volonté, le mental sont bien des manifestations différentes de la vie une mais ils possèdent une certaine indépendance; et il ne faut voir dans les psychologies si séduisantes du védantisme et du bouddhisme que des points de vue partiels. 

 La foi en nous-mêmes ne peut pas nous faire rois dans le spirituel, pas plus que dans le matériel; il lui faut des aides objectifs. En ne se fiant qu'à soi-même, on tombe immanquablement dans une impasse

 Car s'il est vrai que l'ignorance nous rend infirmes, elle n'est pas une cause mais un effet. Notre réel bourreau c'est l'égoïsme; c'est lui qui engendre l'ignorance et la douleur, parce qu'il ne vit que d'ignorance et de douleur. Et cela, tous les fondateurs de religions l'ont dit et redit. 

 Il s'agirait d'être d'abord un homme de charité. Et si on a consciencieusement   travaillé tout le jour à aider les hommes, les bêtes et les choses à porter leur fardeau, il ne reste plus de temps pour les méditations et les exercices mentaux. Tous les sauveurs le disent «Soyez d'abord un saint; la connaissance et la puissance viendront ensuite toutes seules ». 

 Ce ne sont que certains commentateurs présomptueux qui ont cru que les sciences et les pouvoirs pouvaient se conquérir directement. Ceux qui peuvent voir dans le monde des âmes savent combien ils se sont trompés. 

Sources : Livres mystiques

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article
25 août 2006 5 25 /08 /août /2006 00:26

L'Initiation

par Sédir

Ce que la science occulte appelle l'Astral, comprend tout l'Invisible L'immense variété de matières qui composent la création sont pénétrées d'Esprit à des degrés différents, mais aucune d'elles n'est l'Esprit; celui-ci ne se trouve à l'état pur que dans ce que l'Evangile appelle le royaume des Cieux. Nous ne possédons pas d'étalon pour mesurer les divers pourcentages de condensation de la matière ; cet étalon existe, mais dans un plan encore inaccessible à notre intelligence, le plan des Nombres.

   A notre point de vue relatif de terriens, notre matière physique est la plus dense, mais au point de vue universel, il existe beaucoup de plans plus denses que le nôtre.

   Etymologiquement, le mot astral désigne toutes les espèces de forces qui agissent par rotation, par paraboles, par ondes; les anciens occultistes ont appliqué ce mot à toutes les sphères invisibles, à cause de leur à priori panthéiste on émanationiste.

   Il faut identifier plan et planètes; il y a encore plus de planètes invisibles que de corps célestes visibles ; il ne faut donc pas espérer les cataloguer en une existence.

   Les êtres créés, depuis le vibrion jusqu'à la nébuleuse, en y comprenant tous les états psychiques, peuvent se considérer comme statique ou dynamique, en repos ou en mouvement : ainsi par exemple, un homme est immobile, il vit cependant, il représente une planète, s'il agit, il vit encore, mais alors son acte est analogue à la vie d'un cliché.

   Tout est donc dans un interéchange continuel ; les hommes n'ont pas inventé les voyages; tout voyage dans la Nature ; tous les êtres réagissent les uns sur les autres, donnent et reçoivent ; la terre rayonne des germes minéraux, végétaux, animaux, humains, géniaux, mentaux, magnétiques, etc., et elle en reçoit autant de tous les coins de l'Univers.

   Nous baignons donc dans l'Invisible ; nous sommes l'un des canaux les plus importants par lesquels l'Esprit de la Terre reçoit de nouvelles formes de vie, et en expédie ; notre mission est donc très grave. L'homme terrestre sur 100 parties, en a 99 dans l'Invisible, et une seulement dans le visible ; notre esprit, qui comprend peut-être des milliers d'organes fluidiques, agit dans cet Invisible, tant terrestre que cosmique, y cherche, y voyage, s'y nourrit, et le cultive : il ne faut donc pas le lancer à l'aveugle dans cet océan, et il importe de bien choisir sa boussole.

   En effet, tout travail a pour effet de nous rapprocher du but que nous avons choisi ; ce but, notre idéal, est un dieu; car tout le subjectif est la correspondance d'un être objectif ; et ce travail a comme dernière conséquence de nous incorporer a l'être de ce dieu : comme la cellule végétale tend vers la vie animale, et l'atteint quand une bête se l'est assimilée comme aliment: le processus est partout analogue.

   Notre existence tout entière, jusque dans ses plus vulgaires manifestations doit donc tendre vers la forme de vie la plus haute, vers la vie éternelle : qu'est ce que cette dernière ? C'est le sacrifice constant d'un pour tous, de tous pour un, de tous pour tous. C'est l'Amour qui est le Centre des centres ; c'est donc à l'Amour qu'il faut rendre un culte vivant, en agissant, en pensant, en travaillant pour lui.

   Les entraînements ésotériques sont donc des trompe-l'oeil, en ce sens qu'ils ne s'adressent pas au centre de l'homme, mais à un de ses organes externes: magnétisme, mental, psychisme, etc. Le jardinier, qui coupe des feuilles et des rameaux pour obtenir une fleur belle et monstrueuse, mais éphémère, fait comme l'initié qui tue en lui telle ou telle forme de la vie, l'énergie sexuelle par exemple, pour la sublimer en une faculté plus rare : cette faculté ne sera pas viable ni saine.

   Ainsi il ne faut appeler à son aide aucune créature, aucun adepte, aucun sage, aucun saint, aucun génie, aucun archange : toute créature est, parce que créature, capable d'erreur : il ne faut appeler que Dieu, et l'appeler d'une façon vivante, non seulement par le désir mais aussi et surtout par l'acte.

   Toute créature, même la plus élevée, est chargée des chaînes du temps et de l'espace : elle répondra donc moins vite à notre appel que le Ciel qui est libre ; il ne faut rien déranger dans le monde ; mais Celui qui vit hors du monde, le Ciel, se dérange et est auprès de celui qui l'évoque, non pas avec des cérémonies, mais par l'holocauste de ses désirs propres : le Ciel est l'inverse de la Nature ; celle-ci vit par l'individualisme, ou l'essaie tout au moins; celui-là vit par l'universalisme ; toutes les fois donc que l'homme oublie son individu pour s'occuper d'un autre, il évoque le Ciel, et le Ciel vient à côté de lui et en lui. « Celui qui fait la volonté du Père est ma mère, dit le Verbe. »

   Les enseignements des hommes célèbres ne doivent donc être pour nous que des gymnastiques intellectuelles ; le vrai travail est au centre de nous-mêmes à la racine de notre volonté, de notre moi, dans cet organe qu'on peut appeler le cœur invisible qui est la lampe où couve l'étincelle de la lumière incréée.

Sources :  Livres Mystiques

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article
24 août 2006 4 24 /08 /août /2006 22:37

Pour ceux qui ne connaissent pas les textes de Sédir, mystique érudit aux mots merveilleusement magiques proche de l'éblouissement, il avait trouvé la Voie Royale du Galiléen, en étudiant seul l'ésotérisme uniquement guidé par sa lumière intérieure. "Par-dessus tout, se   sachant porteur d'un message d'une sublimité unique, il voulut que la forme de son récit fût aussi digne que possible de la communication qu'il avait à faire, et en vérité le style de Sédir est d'une particulière élévation. Surtout il parle au coeur, il  éveille en son lecteur le désir du plus élevé, du meilleur qui sommeille au fond de l'être, il montre la voie vers  l'idéal, la voie austère mais si attirante suivie par les êtres privilégiés que le Christ a désignés comme « le sel de la terre » et « la lumière du monde ».

Lire sa biographie sur le site fabuleux de Roland Soyer, Livres Mystiques...

Ci-dessous, il livre sa vision du Maitre dans plusieurs spiritualités mystiques dans un langage que ne comprendront bien sûr que les Initiés mais toutefois accessible au plus grand nombre qui possèdent en eux le désir de comprendre... ne pas voir ici dans les mots Christ et Eglise, des termes en relation avec l'Eglise Catholique Romaine...

Le Maître

par  Sédir

La voie commune abonde en occasions de travaux ; et l'homme de bien qui se borne à la suivre fidèlement n'a qu'à se fier à sa conscience ou aux ordres de son Église ; car il y a d'admirables caractères parmi les matérialistes. La loi morale est donc inscrite en nous-mêmes ; car le premier précepte de toute religion, c'est l'altruisme ; n'importe quel croyant peut donc faire son salut par la foi où il est né.

Mais il se trouve, chez les spiritualistes, des intelligences inquiètes ou hardies que la grand-route excède. Ceux-là cherchent ailleurs, au hasard de leurs intuitions, dans les occultismes et les mysticismes. A ces aventuriers spirituels je dédie ces pages, avec le voeu qu'elles leur servent à éviter quelques fondrières ou quelques mauvaises rencontres.

A ceux-là, puisqu'ils refusent les guides du grand troupeau, le Père très bon offre des instructeurs extraordinaires, plus aptes à sentir leurs besoins exceptionnels, plus renseignés sur les déserts et les forêts vierges de l'Invisible. Comment obtenir la merveilleuse rencontre ? C'est ce que j'essaie ici d'indiquer, par une revue rapide des grandes écoles d'initiation.

X

Les maîtres de la sagesse chinoise, qui sont à l'époque actuelle les docteurs du Taoïsme, visent la seule conquête du savoir en soi, quitte à en tirer tels corollaires utiles à la vie sociale. Ce n'est qu'à titre de rare exception qu'ils admettent un étranger à leur enseignement. Et, en tout cas, après avoir fourni au disciple quelques notions primaires, ils l'abandonnent à ses seules forces animiques et intellectuelles : que si l'élève ne peut par lui-même avancer, c'est là le signe évident que sa capacité de science est comble ; personne ne peut la lui agrandir, personne ne peut le prendre dans ses bras pour lui faire franchir l'obstacle ; et si un « frère aîné » commettait cette imprudence, il n'en résulterait, au dire des tong-seng, que des dommages et pour l'un et pour l'autre.

Le rôle de l'initiateur taoïste ainsi limité cesse d'ailleurs tout à fait, dès que l'élève est parvenu à un certain grade de connaissance. Il n'y a dans le taoïsme pur, ni culte, ni liturgie, ni sacerdoce. L'élève doit d'abord parfaire sa culture exotérique ; il s'emprisonne ensuite pour l'ascèse psychique contemplative, dans un « temple sans porte ». Quand il se sent capable d'en sortir, il s'adonne, sous sa propre responsabilité, à l'enseignement public ; il est responsable de ses paroles, de ses écrits, de ses auditeurs ; il peut, à sa guise, demeurer dans cette fonction flatteuse, ou s'enfouir à nouveau dans le mystère des collèges secrets ; mais, en tout cas, il n'a plus pour maître que l'abstrait du Tao qu'il tâche à rendre évident en lui-même.

De sorte que, quant à l'objet qui nous occupe, nous conclurons qu'en somme, le mystique de race jaune ne peut compter absolument que sur soi pour parfaire la triple impassibilité, le triple équilibre, la triple clarification, corporelle, animique, intellectuelle par quoi il se propose d'assimiler les trésors du passé, de découvrir l'inconnu céleste du futur et d'améliorer les modifications physiques du présent.

x

L'hindou, à quelqu'une des innombrables sectes du Brahmanisme actuel qu'il appartienne, nomme sa méthode de salut Yoga, union ; parmi les huit espèces de Yoga, la plus haute est celle par quoi le Je individuel s'absorbe dans le Soi universel ; c'est le Radj Yoga, branche centrale de Gnâna Yoga, union par la science.

Une autre méthode est Bhakti Yoga, l'union par l'amour spirituel. Cet amour peut se prouver par les pratiques religieuses ; mais, si le dévot n'a en vue que des avantages temporels, il va en enfer après sa mort, pour avoir profané un sentiment saint. Si le dévot adore son dieu, s'il choisit le plus grand des dieux, s'il l'aime dans ses manifestations, il va dans un paradis après sa mort, et renaît brahmane. Si enfin il aime d'un coeur pur, sans désirs personnels, jusqu'à la mort de son moi, il atteint l'absolu.

Enfin, une troisième méthode est le Yoga des oeuvres (Karma Yoga) ; agir dans l'unique but d'accomplir la loi de cet absolu.

Les deux premières seules comportent l'aide d'un maître (Gourou).
Voici quelle est la marche indiquée dans la recherche de ce maître.
Il est indispensable que le disciple ait satisfait d'abord à tous ses devoirs familiaux, civiques, politiques et religieux : et ceci nécessite une longue série d'existences antérieures vouées au Karma Yoga.

Il faut ensuite qu'il crée, en lui, les quatre états d'âme suivants :

1° Distinction du relatif irréel et de l'absolu réel ;

2° Renonciation à tout jamais aux fruits visibles et invisibles de ses travaux ;

Maitrise des désirs :
Contrôle des émotions,
Abandon du culte extérieur,
Patience dans la douleur,
Entendement concentré,
Foi inébranlable.

Ces six accomplissements sont encore :
Contrôle des sens et attention extrême sur les objets perçus ;
Contrôle des sens internes, en les dirigeant sur eux-mêmes, ce qui procure un contrôle parfait des actes ;
Réduction à néant de toute préoccupation temporelle ;
Désir de la Lumière malgré toutes les traverses, avec une ardeur consumante ;
Tension incessante vers le but, par le désir, l'étude, la discussion ;
Humilité et respect envers Dieu, les livres sacrés, la tradition ;

4° Par dessus tout, il faut le désir de la délivrance, une aspiration profonde, ardente, douloureuse, passionnée. « Tends vers le salut, dit un gourou, comme tu voudrais échapper à l'incendie ; sois anxieux du succès comme le voyageur est anxieux qui traverse une jungle infestée de tigres, comme celui qui passe près d'un repaire de brigands, comme celui qui est empoisonné et qui attend les effets de l'antidote qu'on lui fait prendre ». Et ce ne sont pas de simples manières de voir, ni de simples croyances ; il faut que, profondément enracinées dans l'âme du disciple persévérant, ces quatre qualifications soient comme partie intégrante de sa psychologie, comme une seconde nature, comme des modes innés de sa vie spirituelle.

Quand ce travail titanesque est accompli, le gourou se présente, en dépit de toutes les improbabilités temporelles, le disciple sait que le Maître doit venir, et il ne s'étonne pas de le voir devant lui inopinément.

Il y a des gourous pour tous les ésotérismes : pour les sciences des incantations (Gouhya Vidyà ), pour la science des sacrifices (Traividyà), pour la magie cérémonielle (Mahavidyà), pour la science des sacrifices (Yadjnavidya), pour l'Union mystique enfin (Atmavidya ou Radja Yoga).

Le dieu des gourous est Shivà sous la forme du taciturne Dakshinamourthi car, dit la femme-adepte Avvaiyar : « Le silence est la limite de la connaissance ». Le Maître humain est donc débarrassé du temps et de l'espace ; en lui, le savoir est vrai, le mental immobile, le coeur inébranlable, la conduite douce. Le disciple, le dévot, l'indifférent et le pécheur bénéficient de sa présence. Il a épuisé son destin ; il a subi toutes les conséquences de ses actes antérieurs, tant volontaires qu involontaires ou que contraints.

Son mental discerne par-delà les formes visibles des objets, la forme universelle subjective, Brahm (Dryasanouviddha Samàdhi); par-delà les noms des objets, par-delà leurs éléments cosmiques, et leurs différences spécifiques, il discerne l'identité du Soi, spectateur du monde et non acteur (Sabdanouviddha ou Sampradjnata Samàdhi); il expérimente couramment Brahm unique réalité, certitude absolue, équilibre fixe (Nirvikalpa ou Asampradjnata Samadhi). Ce stade est le premier de l'émancipation définitive ; le yogi peut en sortir temporairement, à volonté, quand un disciple le réclame. Son mental, débarrassé de la notion du moi pensant et de la notion de pensée, ne connaît plus que la chose pensée ; le sujet connaissant, l'objet connu et l'organe de connaissance sont unifiés (Amanaska, Ounmani, Samadhi). Au,delà, il n'y a plus que les trois extases infuses, transformantes, identifiantes :

Désirs, intentions, volitions, évanouis dans la béatitude (Nissankalpa S. );
Notion des éléments essentiels des êtres évanouie (Nir vrittika S.);
Impressions ou idées innées évanouies (Nirvasana S.).

Plus loin est l'abîme inconcevable du Nirvàna.

X

En théorie, les rapports de maître à élève étaient les mêmes dans le Brahmanisme et dans ce Bouddhisme primitif qui ne se trouve plus guère aujourd'hui que dans la haute Birmanie ou à Ceylan ; c'est par la méthode d'ascèse que les deux systèmes se différenciaient. Çakya-Mouni ne régla que les devoirs généraux des laïques et des moines ; ce furent ses disciples qui codifièrent ses maximes.

Le maître suprême n'y apparaît nulle part comme un dieu, ni même comme Dieu : c'est un homme que sa science et sa volonté ont sorti de tous les engrenages du Temps et de toutes les clôtures de l'Espace, sur terre, dans notre orbe zodiacal et dans tous les systèmes cosmiques. Ce surhomme, ou plutôt cette âme, que sa hauteur atténue en entité abstraite, ne réside nulle part et se trouve donc partout. C'est pourquoi le Compatissant dit de lui-même « Celui qui, loin de moi, marche encore dans la voie droite, est toujours près de moi ». Et cependant : « Aucun homme ne peut en sauver un autre (Dhammapada)». Ainsi donc « Plein d'amour envers toutes les choses qui sont au monde, Gautama pratique la vertu pour l'avantage d'autrui... son objectif est d'aider les êtres innombrables, sans oublier même les plus infimes... Parce que son coeur se fond de pitié, mais reste ferme et résolu comme le fer d'une lance », l'âme qui le recherche le rencontre fatalement. En effet, « le corps peut porter l'accoutrement de l'ascète et le coeur être absorbé par les soucis mondains ; le corps peut porter un travestissement mondain et le coeur monter haut vers les choses du Ciel ».

Ainsi, le maître bouddhique, l'Arhat, le vénérable « est celui qui, ayant pénétré l'essence des choses a toujours en vue d'être utile aux autres créatures... Toute parole humaine, aimable, qui va au peuple : voilà sa parole... Médiateur de ceux qui sont divisés, encouragement vivant pour ceux qui sont unis, pacificateur, ami de la paix, passionné pour la paix, apportant des paroles de concorde, triomphant de tous les adversaires par la force de son amour », ce Vénérable apprend à son disciple, par l'exemple et le discours, qu'« il est meilleur de mourir en combattant contre le tentateur que de vivre battu par lui ».

Le bouddhiste doit d'abord comprendre que rien n'existe, sauf notre pensée ; toute sa morale se base donc sur le perfectionnement, sur l'unification de la pensée, c'est-à-dire sur sa restriction. Cette dernière est d'abord physique; donc ni meurtre, ni vol, ni adultère, ni mensonge, ni jouissances sensuelles ; ni ascétisme non plus : l'équilibre constant.

Le moine est tout bouddhiste qui, abandonnant tout à fait le monde, suit un supérieur spirituel, soit seul avec lui, soit en communauté. Le supérieur parfait, l'Arhat est l'adepte qui ne renaîtra plus après son existence actuelle ; il peut prendre toutes les formes, percevoir tous les phénomènes, toutes les substances, tous les esprits et toutes les modifications antérieures des créatures. Il connaît donc son disciple dans son individualité tout entière, et par suite peut le diriger en connaissance de cause.

Le disciple doit pratiquer huit branches de la Connaissance qui comprennent toutes les oeuvres physiques et mentales : soit la perfection dans la perception, le raisonnement, la parole, l'acte, la vie, l'effort, la mémoire et l'extase.

Il atteint la perfection des oeuvres physiques par l'observance des cinq abstentions indiquées plus haut ; et la perfection des oeuvres mentales en méditant divers objets intellectuels dont la liste varie avec les siècles ; il acquiert ainsi :

1° La sympathie envers les peines et les joies des créatures ;
2° Le dégoût du corps et de ce qui s'y rapporte ;
3° L'analyse exacte du monde phénoménique ;
4° La fixation du mental concentré sur l'objet à connaître ;
5° La fixation du mental sur l'essence des choses.

Le rôle du gourou se réduit, comme on voit, à guider le moral du disciple par une casuistique précise, et de soutenir sa pensée par une connaissance expérimentale des innombrables états intellectuels.

Voilà certes un magnifique et séduisant programme. Mais, prenons garde qu'il part d'une négation de la Vie, puisque le Bouddha pose en principe la réalité objective de l'univers comme produite par l'illusion du Moi, et l'irréalité même de ce Moi. Que tout s'évanouisse dans le Vide : voilà, selon lui, la délivrance : « L'individualité n'existe pas, et la non-individualité n'existe pas non plus ». Or, quelqu'un d'autre a dit : « Le royaume de mon Père est la vie éternelle ». Au lecteur de choisir.

X

Nous étant ainsi successivement élevés de la doctrine du non-agir à celle du non-penser, puis à celle du non-vivre, près de nous perdre dans l'abstrait métaphysico-mathématique, l'Islam va nous ramener à une notion vigoureuse de l'existence objective.

Le mystique musulman, le soufi, expérimente un monde invisible peuplé comme le visible de créations réelles, dont le chef est celui qu'Avicenne nomme le Vigilant.

L'homme peut en atteindre la perception directe avec l'aide de la Grâce que lui distribuent les ancêtres Saints, autrefois favorisés de la même prérogative.

Il y a cinq degrés dans la hiérarchie mystique de l'Islam :

1° Le commun des fidèles ;
2° Les trois cents ;
3° Les quarante ;
4° Les Abdal, choeur de ceux qui ont remplacé les qualités condamnables par des qualités louables ;
5° Le Pôle, l'unique, celui à qui Dieu se communique constamment, après lui avoir donné un secret, un talisman. Cet homme parcourt en esprit toute la Nature, dans ses corps et dans ses essences, comme le feu vital parcourt la chair qu'il anime ; il est le canal par où passe l'influx divin, et qui le distribue à tous les êtres. Cet homme incarne l'ange Izrafil, comme vivificateur du monde, l'ange Gabriel, comme penseur, l'ange Michael, comme assimilateur, l'ange Azrael, comme rejeteur des éléments inutiles. Cette tradition fait remonter l'Islam bien en deçà du temps où Mahomet le réalisa, et le fait durer bien au-delà du temps prévu où il disparaîtra avec notre globe ; c'est ainsi qu'elle donne Enoch comme le premier de ces pôles, et que, pour justifier ses prévisions, elle affirme qu'Elie continue à vivre sur terre et El Khadir, le saint Georges des chrétiens orientaux, au fond des mers, jusqu'au jugement final. On peut être intéressé à rapprocher cette légende, si légende il y a, de celle des chrétiens occidentaux sur l'immortalité de saint Jean l'Évangéliste, et de telles traditions rosi-cruciennes concernant les mêmes personnages.

Le musulman qui veut acquérir la gloire soufique abandonne sa famille et ses biens ; il pérégrine vers tous les lieux de pèlerinage en suivant les régimes rigoureux des différentes confréries qui les patronnent ; et celui de ces sanctuaires, presque toujours des tombeaux, à l'ombre duquel le saint fondateur de la confrérie ou son cheikh actuel l'emporte dans les cieux intérieurs de l'extase, c'est l'ordre où il doit entrer pour en suivre toute sa vie les minutieux exercices. Il s'élève ainsi soutenu par l'amour de son maître, au moyen de son propre amour. Les aliments de ce feu sont la pauvreté, les mortifications et la prière-Dikr, qui est quelque chose comme l'oraison jaculatoire des catholiques.

Partant du monde sensible, le contemplatif s'élève successivement au monde génial, au Paradis, au monde angélique, au monde des saints où il retrouve son maître, au monde des prophètes, au monde vrai où trône Mahomet. Ces sept planètes comprennent les soixante-dix mille voiles dont s'enveloppe Allah, la lumière des lumières, l'Un.

A l'état d'aspirant, il a rompu les liens des habitudes secondaires ; entré dans la voie, il ne se livre plus qu'au culte spirituel, en compagnie des anges ; acquérant la vérité, il exerce les pouvoirs correspondants et se débarrasse des possibilités peccatrices ; et enfin il atteint cette union où rien ne subsiste que Dieu et son serviteur, unis mais distincts.

 X

En dehors de ces grandes écoles religieuses, il existe une initiation qui prétend unir les connaissances intellectuelles des anciens mystères aux intuitions spirituelles de l'Évangile ; elle confesse Jésus-Christ fils de Dieu incarné, mais nie l'Église de Rome ; elle enseigne toutes les sciences du vieil occultisme, mais seulement après que le néophyte s'est acquis une parfaite pureté morale ; ses membres cachent leurs oeuvres mystiques sous le manteau de l'alchimiste ; ce sont eux qui, après avoir laissé des traces de leur puissance et de leur sagesse à l'origine de toutes les grandes formations religieuses et sociales de la terre, se sont manifestés au XVIIe Siècle sous le nom de Rose-Croix.

Voici les règles personnelles qu'ils ont eux-mêmes indiquées pour que l'on arrive à les joindre :

1. Avant toute recherche intellectuelle, méditer la vie de N.S. J.-C.
2. Borner l'envie de savoir.
3. Connaître son propre coeur, c'est marcher vers Dieu.
4. Différer l'action jusqu'à ce qu'on en ait examiné toutes les circonstances.
5. Étudier l'Évangile avec simplicité.
6. Finir toute tentation par un refus calme et inflexible.
7. Glorifier Dieu par toutes nos puissances.
8. Honnêteté courtoise, mais pas de familiarités.
9. Immédiatement obéir aux supérieurs.
10. Jamais de paroles inutiles.
11. La soumission de la volonté propre, c'est la paix.
12. Maux et maladies détachent de ce monde.
13. Négligence physique et mentale engendre la tentation.
14. Oreilles fermées à la médisance.
15. Par la triple charité, accomplir toute la Loi.
16. Quel défaut en autrui qui ne soit en nous-mêmes ?
17. Robe de moine ne fait pas le saint.
18. Souffrance, c'est purification, initiation, puissance.
19. Travailler dans l'interne, selon les circonstances externes.
20. Unir le silence et l'activité, de nos bras à nos coeurs.
21. Voyons ce que nous sommes et repentons-nous.
22. X, la grande inconnue du Savoir, c'est la Croix.
23. Y a-t-il une jouissance temporelle qui demeure ?
24. Zèle enflammé, patience inlassable, humble prière.

De plus, il faut vivre tous ses devoirs familiaux, civiques et sociaux. L'éducation des enfants, l'hospitalité, la bienfaisance, le culte domestique, la création de refuges, d'ouvroirs, de sociétés de secours, de réunions honnêtement délassantes, de théâtres éducateurs et de conférences instructives ; ceux qui travaillent à de telles oeuvres, l'esprit des Rose-Croix les obombre et les attire peu à peu vers lui.
Mais qu'est-ce que cet esprit, qu'est-ce qu'un Rose-Croix véritable ? On peut écouter Robert Fludd qui divulgue l'existence de neuf collèges, reliés secrètement et possesseurs de la Vérité antédiluvienne. Ils siègent dans l'Attique, en face du mont Athos ; au nord du golfe de Perse, vers Trivanderam : à l'est de Lucknow, dans la Lucanie, à La Mecque, à Fez et en Egypte. Ils se manifestent soit par leurs disciples directs, soit par des hommes remarquables avec qui ils concluent une alliance temporaire, soit par eux-mêmes.

Personnellement, c'est Dieu qui les enseigne par Son Esprit : Il leur donne le don des langues, le pouvoir de guérir sans médicaments, sans passes magnétiques, sans effort de volonté, l'arithmosophie, l'onomatosophie, l'interprétation des hiéroglyphes, l'art alchimique, la pneumatosophie, la musicologie, la divination de l'avenir et du passé des individus, les États et les races, la mystique, la gérance des destins terrestres, le pouvoir de conférer le Baptême spirituel.

On peut les rencontrer, dit Eckartshausen, surtout près des lacs. Leur extérieur est commun ; ils ont une jeunesse frappante dans le regard ; ils sont d'âge moyen, célibataires ou chefs de famille, errants ou sédentaires ; ils confessent J.-C. Verbe incarné ; ils fuient la réputation ; leur parole est simple, concise, mais porte une vertu secrète qui frappe le coeur, ils se font les serviteurs de tous ; leur bienfaisance est inépuisable, ils rayonnent spontanément la mystérieuse Lumière.

 X

Tirons de cette courte enquête les conclusions utiles à nous Européens et chrétiens. Qui se contente de la route commune n'a besoin que de sa conscience, ou de la sagesse profane, ou des guides ecclésiastiques. Mais qui veut prendre le sentier raccourci, la voie étroite, court de terribles risques. Les torrents, les avalanches, le vertige, la tempête, les fauves, le froid, les brigands : sept ennemis coalisés contre la Thèbes mystique que chacun porte en soi.

Taoïsme, brahmanisme, bouddhisme et soufisme ont un défaut commun : ce sont des méthodes de non-agir, des évasions de la vie, des négations. Ils indiquent bien, avant de permettre les exercices contemplatifs, la mundification morale comme indispensable ; ils semblent oublier que, dans l'existence, la lutte entre le bien et le mal ne cessera qu'avec le monde ; que l'on parvienne à être aujourd'hui un saint, qu'est ce qui assure la même sainteté au jour suivant ? Peut-être tout à l'heure, vais-je faillir sous une tentation plus forte, plus insidieuse ou plus enfantine. Attendre donc d'avoir conquis la perfection permanente avant de vouloir se dévouer aux autres, est un leurre. Et, de plus, ces entraînements se résument en une sorte de retour en arrière des forces vitales, de ligature du libre arbitre, de vampirisme fluidique, mental ou psychique qui, bien loin de délivrer, forge une nouvelle chaîne plus subtile et plus rigide.

Un guide est donc indispensable. Ce guide doit connaître le chemin dans tous ses détails, le climat dans toutes ses variations, le pays dans tous ses aspects. Il parlera au voyageur sa langue maternelle ; ce ne sera donc ni un esprit, ni un génie, ni un dieu ; ce sera un homme en chair et en os dont la gigantesque stature spirituelle s'est lentement développée, durant de longs siècles, par l'accomplissement de tous les Grands OEuvres. Aux prises parfois avec la coalition de toutes les forces des ténèbres, il doit pouvoir puiser à pleines mains dans l'inépuisable Trésor du Père. Il faut donc qu'il soit pur et libre ; que son travail personnel soit fini. Un Maître est par suite un involué, un redescendu, un Sauveur, une incarnation nouvelle de la tendresse du Père pour ses enfants ; car, comme le dit Balzac : « Mourir par amour est humain, vivre par amour, voilà l'héroïsme ». Il vérifie les maximes de Swedenborg : « Parler, c'est semer », et : « Là où est la paix intérieure, là est Dieu ».

Comment rencontrer cet inconnu ? « La science cherche, dit encore Balzac : l'amour a trouvé ».
Quand donc tes ennemis t'accablent, quand tes amis te délaissent, quand tes fils te méprisent, quand tes chefs t'exploitent, quand ton idéal t'échappe, quand toute force en toi, tout désir, toute volonté se ralentit, tremblote et va s'évanouir, ne crains point : c'est là le premier cri d'appel du Maître qui, sans que tu le saches, t'a vu passer dans le vallon, et t'a élu du sommet radieux de la montagne mystique.

Sois heureux dès lors, dans ton agonie ; et commence à tourner vers l'Ami anonyme le regard de ton âme. Ton chemin bifurque, et dès ce moment tu marches vers la béatitude prochaine.

Ne t'enquiers point de ce Maître avec ton intelligence, tout alourdie de préconçu, toute ligotée de systèmes, tout indécise entre mille images brisées du Vrai permanent : cherche-Le avec ton coeur, avec ton pauvre coeur meurtri, avec ton précieux coeur que chérissent les Anges.

La minute arrive où Il va t'apparaître : sous les haillons du mendiant, sous l'uniforme du prince, beau comme le séraphin, ou marqué des stigmates de la fatigue, de l'âge ou des martyres ; il n'importe. Ne considère pas l'apparence ; écoute ton coeur ; jamais il n'a crié ainsi ; sa joie, lorsqu'il aperçut la vierge soeur de ton âme, n'est rien en face de la béatitude souveraine qui s'abat sur lui ; ton intelligence tombe inerte comme l'aigle ébloui d'avoir regardé le soleil de trop près ; l'esprit de tes os gémit, ivre d'une ivresse insoutenable ; ta flamme vitale court en tous sens dans ton corps, comme une amante emprisonnée qui aperçoit venir l'amant ; et ton coeur part, plus vite que l'éclair, vers le coeur de cet Ami ;il s'y précipite, il s'y perd, il s'y pâme, il s'y retrouve, il y meurt, il y renaît ; mort bénie, délices divines, soif inextinguible, paix profonde.

Mais que de nuits désolées avant la pourpre radieuse de cette aurore ! Il n'importe ; le chercheur constant et passionné la verra resplendir dès que les ténèbres auront atteint la limite de leur obscurité, car il est écrit :

« Je viendrai comme un voleur ».
Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article
3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 02:16

Il y a au fond de notre esprit des codes secrets que seule notre Âme peut décrypter lorsque l'on a pris conscience que l'on en possédait une. Le corps est un véhicule, l'âme le conducteur mais plus précisément le Guide. Et c'est ce Guide là qui doit nous amener vers la Lumière, nous rendre plus Lumineux et non notre Ego ou les pulsions de notre corps. L'Eveillé ayant compris qu'habite en son sein un Être fabuleux et suprahumain ne vit donc plus en fonction de ses désirs physiques mais en harmonie avec son Être métaphysique. L'Humain pour retrouver ses pouvoirs perdus doit partir à la recherche de ce dieu qu'il abrite. Et lorsqu'il L'a trouvé, il se passe des choses extraordinaires. Il peut poser beaucoup de questions, il obtient des réponses. Tout devient possible. Même de voir ce qui se cache derrière les apparences. C'est un champ infini qui s'offre à lui. Ainsi là, en lisant cet autre chapitre du Kybalion, j'ai eu comme un déclic. Il y a plusieurs "plans" dans la matière, du plus subtil au plus vil. Or, "les phénomènes de la Radio-activité de la matière, dans sa phase du Radium appartiennent à la subdivision la plus basse de ce plan Plan Inférieur." J'ai de suite pensé au nucléaire. Que voit-on en ce moment dans le monde ? Combien de bombes s'abattent chaque jour sur certains pays et toujours les mêmes d'ailleurs ? Et que doit-on penser de ceux qui les utilisent ? Qu'ils sont aussi dans le plan le plus inférieur. Et pourtant, ils sont puissants et au sommet du pouvoir mondial. Ces forces sataniques sont à l'oeuvre pour nous détruire. Elles se servent de la Bible pour commettre leurs méfaits. "Que la Lumière soit" était la première clef de l'Enseignement originel antédiluvien. Fiat Lux. Voilà l'Arcane d'Or qui permet de les combattre. Et de les anéantir. L'arme fatale qui peut venir à bout  de l'Ombre, ce sont les rayons "lasers" des âmes lumineuses toutes dirigées dans le même sens. A coeur vaillant, rien d'impossible.

 

 

Les Plans de Correspondance

 

"Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est

en Bas est comme ce qui est en Haut."

LE KYBALION.

Le deuxième Grand Principe Hermétique implique cette vérité qu'il existe une harmonie, un rapport, une correspondance entre les différents plans de Manifestation de la Vie et de l'Etre. Cette affirmation est une vérité parce que tout ce que contient l'Univers émane de la même source ; les mêmes lois, les mêmes principes, les mêmes caractéristiques s'appliquent à chaque unité ou à toute combinaison d'unités d'activité et chacune d'elle manifeste ses propres, phénomènes sur son propre plan.

Pour la commodité de la pensée et de l'étude, la Philosophie hermétique considère que l'Univers peut être divisé en trois grandes classes de phénomènes connues comme les Trois Grands Plans ; ils s'appellent :

1. Le Grand Plan Physique.

2. Le Grand Plan Mental.

3. Le Grand Plan Spirituel.

Ces divisions sont plus ou moins artificielles on arbitraires car la vérité est que chacune de ces trois divisions n'est qu'un degré supérieur de la grande échelle de la Vie, le degré le plus bas étant évidemment la Matière et le plus haut, l'Esprit. D'ailleurs, les différents Plans se fondent les uns dans les autres, si bien qu'il n'est pas possible d'établir de division bien nette entre les phénomènes supérieurs du Plan Physique et les phénomènes inférieurs du Plan Mental, ou entre les phénomènes supérieurs du Plan 'Mental et les phénomènes inférieurs du Plan Spirituel.

En un mot, les Trois Grands Plans peuvent être considérés comme trois grands groupes de degrés dans les Manifestations de la Vie. Bien que le but de ce petit ouvrage ne nous permette pas d'entrer dans une discussion détaillée et dans une explication étendue de ces différents plans, il nous paraît utile cependant d'en donner ici une description générale.

Nous pouvons d'abord étudier la question si souvent posée par le néophyte qui désire être renseigné sur la signification du mot "Plan", terme dont on s'est servi à satiété, mais que l'on a bien pauvrement expliqué dans les nombreux ouvrages modernes sur l'Occultisme. La question est généralement posée comme ceci : "Un Plan est-il un endroit ayant des dimensions, ou est-ce simplement une condition ou un état ?" Nous répondons : "Non, ce n'est pas un endroit mesurable ni une dimension ordinaire de l'espace ; c'est même plus qu'un état ou une condition. Un Plan Peut être considéré comme un état ou une condition susceptibles d'être mesurés". C'est paradoxal, direz-vous ? Examinons la question en détail. Une "dimension", vous le savez, est "une mesure en ligne droite, une chose se rapportant à une mesure", etc. Les dimensions ordinaires de l'espace sont la longueur, la largeur et la hauteur ou mieux la longueur, la largeur, la hauteur, l'épaisseur et la circonférence. Mais il existe une autre dimension des "choses créées", une autre "mesure en ligne droite" connue des occultistes et aussi des savants bien que ceux-ci ne lui appliquent pas encore le mot "dimension" ; cette nouvelle mesure n'est autre chose que la "Quatrième dimension", si connue et si exploitée et qui sert à déterminer les différents degrés ou "plans". Cette Quatrième Dimension peut être appelée "la Dimension de la Vibration". C'est un fait bien connu de la science moderne aussi bien que des hermétistes, qui ont incorporé dans le "Troisième Principe Hermétique", la vérité que "tout est en mouvement ; tout vibre ; rien ne se repose". Depuis les manifestations les plus élevées jusqu'aux manifestations les plus basses, tout Vibre. Non seulement tout vibre à des vitesses différentes, mais tout vibre dans des directions et des manières différentes. Les degrés du "taux" de vibration constituent les degrés des mesures sur l'Echelle des Vibrations ; en d'autres termes, ils constituent les degrés de la Quatrième Dimension. Ces degrés constituent ce que les occultistes appellent les "Plans". Plus le taux de la vibration est élevé, plus est élevé le Plan, et plus est élevée la manifestation de Vie qui occupe ce Plan. Ainsi, bien qu'un Plan ne soit ni un "endroit", ni un "état", ni une "condition", il possède cependant des qualités communes. Nous insisterons plus longuement sur l'échelle des Vibrations dans nos prochaines leçons, dans lesquelles nous étudierons le Principe hermétique des Vibrations.

Vous voudrez bien vous souvenir cependant, que les Trois Grands Plans ne sont pas des divisions réelles des phénomènes de l'Univers, mais de simples expressions arbitraires dont se servent les Hermétistes pour faciliter la pensée et l'étude des divers degrés et des différentes formes d'activité et de vie universelle. L'atome de matière, l'unité de force, l'esprit de l'homme et l'état d'archange ne sont que les échelons différents de la même échelle ; ils sont tous d'origine semblable, la seule différence qu'il y ait étant une différence de degré et de taux de vibration ; toutes ces choses sont des créations Du Tout et existent dans l'Esprit Infini Du Tout.

Les hermétistes subdivisent chacun des Trois Grands Plans en Sept Plans Inférieurs ; chacun de ces derniers est aussi subdivisé en sept sous-plans ; toutes ces divisions sont, naturellement, plus ou moins arbitraires, car elles se confondent plus ou moins les unes dans les autres ; elles ne sont adoptées que pour faciliter la pensée et l'étude scientifique.

Le Grand Plan Physique et ses Sept Plans Inférieurs est cette partie des phénomènes de l'Univers qui contient tout ce qui se rapporte aux choses, aux forces et aux manifestations physiques et matérielles. Il comprend toutes les formes de ce que nous appelons Matière et toutes les formes de ce que nous appelons Energie ou Force. Vous ne devez pas oublier que la Philosophie hermétique ne reconnaît pas la Matière comme une "chose en elle-même", ou comme possédant une existence séparée, même dans l'Esprit Du Tout. La Doctrine enseigne que la Matière n'est qu'une forme d'Energie, c'est-à-dire, de l'Energie possédant un taux inférieur de vibrations d'une certaine sorte. Par suite, les hermétistes classent la Matière sous le titre d'Energie et lui donnent trois des Sept Plans Inférieurs du Grand Plan Physique.

Ces Sept Plans Physiques Inférieurs sont les suivants :

1. Le Plan de la Matière (A)

2. Le Plan de la Matière (B)

3. Le Plan de la Matière (C)

4. Le Plan de la Substance Ethérée.

5. Le Plan de l'Energie (A)

6. Le Plan de l'Energie (B)

7. Le Plan de l'Energie (C)

Le Plan de la Matière (A) comprend les formes de Matières solides, liquides et gazeuses telles qu'on les reconnaît généralement dans les ouvrages classiques de Physique. Le Plan de la Matière (B) comprend certaines formes de Matière plus élevées et plus subtiles que la science moderne vient seulement de reconnaître ; ce sont les phénomènes de la Radio-activité de la Matière, dans sa phase du Radium, etc., appartenant à la subdivision la plus basse de ce Plan Inférieur. Le Plan de la Matière (C) comprend les formes de la Matière la plus subtile et la plus ténue, dont les savants ordinaires ne soupçonnent pas encore l'existence. Le Plan de la Substance éthérée comprend ce que la science appelle "Ether", substance d'une ténuité et d'une élasticité extrêmes, occupant tout l'Espace Universel et agissant comme milieu intermédiaire pour la transmission des vagues d'énergie, telles que la lumière, la chaleur, l'électricité, etc. Cette substance éthérée a un rapport étroit, établit une communication intime entre la Matière et l'Energie, et elle partage la nature de chacune. La Doctrine hermétique nous enseigne que ce plan possède sept subdivisions, comme, d'ailleurs, tous les Plans Inférieurs, et que, en fait, il existe sept éthers au lieu d'un seul.

Immédiatement après le Plan de la Substance éthérée, vient le Plan de l'Energie (A), qui comprend les formes ordinaires de l'Energie connues de la science ; ses sept sous-plans sont les suivants : la Chaleur, la Lumière, le Magnétisme, l'Electricité, et l'Attraction comprenant la Gravitation, la Cohésion, l'Affinité Chimique, et plusieurs autres formes d'énergie indiquées par les expériences scientifiques mais qui ne sont pas encore classées et auxquelles on n'a pas encore donne de nom. Le Plan de l'Energie (B) comprend sept sous-plans de formes supérieures d'énergies que la science n'a pas encore découvertes, mais auxquelles on a donné le nom de "Forces Naturelles Délicates" et qui sont appelées à se manifester dans certaines formes de phénomènes mentaux et grâce auxquelles ces phénomènes deviennent possibles. Le Plan de l'Energie (C) comprend sept sous-plans d'énergie si puissamment organisée qu'elle porte en elle beaucoup de caractères de la "vie", mais qui n'est pas reconnue des hommes qui se trouvent sur le plan ordinaire du développement et qui peut avoir seulement un intérêt sur le Plan Spirituel ; une telle énergie est indispensable pour l'homme ordinaire et peut être considérée presque comme le "pouvoir divin". Les êtres qui l'emploient sont comme des "dieux" même comparés aux types humains supérieurs que nous connaissons.

Le Grand Plan Mental comprend ces formes de "choses vivantes" que nous rencontrons à chaque pas dans la vie ordinaire en même temps qu'un certain nombre d'autres formes moins bien connues sauf des occultistes.

La classification des Sept Plans Mentaux Inférieurs est plus ou moins satisfaisante et arbitraire, à moins d'être accompagnée d'explications détaillées qui ne pourraient trouver leur place dans ce petit ouvrage. Nous allons cependant les mentionner. Ce sont les suivants :

1. Le Plan de l'Esprit Minéral.

2. Le Plan de l'Esprit Elémentaire (A)

3. Le Plan de l'Esprit Végétal.

4. Le Plan de l'Esprit Elémentaire (B)

5. Le Plan de l'Esprit Animal.

6. Le Plan de l'Esprit Elémentaire (C)

7. Le Plan de l'Esprit Humain.

Le Plan de l'Esprit Minéral, comprend les "Etats ou conditions" des unités ou entités, et de leurs groupements ou combinaisons, qui animent les formes connues de nous sous le nom de "minéraux, produits chimiques", etc. Ces entités ne doivent pas être confondues avec les molécules, les atomes et les corpuscules eux-mêmes, ceux-ci étant simplement le corps matériel, la forme de ces entités, de même que le corps humain n'est que sa forme matérielle et non pas l'homme "lui-même". On peut appeler ces entités des "âmes" ; ce sont des êtres vivants possédant un degré inférieur de développement, de vie et d'esprit, mais un peu plus grand cependant que celui des unités de l' "énergie vivante" qui comprend des subdivisions plus hautes du Plan Physique supérieur. Les esprits ordinaires n'attribuent généralement pas un esprit, une âme ou de la vie au royaume Minéral ; tous les occultistes au contraire reconnaissent cette existence. La science moderne évolue rapidement et n'est pas loin d'accepter le point de vue des hermétistes à ce sujet. Les molécules, les atomes, les corpuscules ont leurs "amours et leurs haines", "leurs goûts et leurs dégoûts", "leurs attractions et leurs répulsions", "leurs affinités et leurs nonaffinités", quelques-uns des esprits scientifiques modernes les plus audacieux ont exprimé l'opinion que le désir et la volonté, les émotions et les sentiments des atomes n'ont avec ceux des hommes qu'une différence de degré. Nous n'avons ni le temps ni l'espace pour soutenir ici cette thèse. Tous les occultistes savent que c'est un fait, et d'autres se sont reportés pour en avoir confirmation aux ouvrages scientifiques les plus récents. Ce plan contient également les sept subdivisions usuelles.

Le Plan de l'Esprit Elémentaire (A) comprend l'état, la condition et le degré de développement mental et vital d'une certaine classe d'entités inconnue de l'homme ordinaire mais reconnue des occultistes. Ces entités sont invisibles aux sens ordinaires de l'homme ; elles existent néanmoins et jouent leur rôle dans le Drame de l'Univers. Leur degré d'intelligence est situé d'une part entre celui des entités minérales et chimiques, et celui des entités du royaume végétal d'autre part. Il y a aussi sept subdivisions à ce plan.

Le Plan de l'Esprit Végétal, dans ses sept subdivisions, comprend les états et les conditions des entités faisant partie des royaumes du Monde Végétal dont les phénomènes vitaux et mentaux sont compris parfaitement des individus d'intelligence ordinaire, de nombreux ouvrages nouveaux et intéressants concernant "l'Esprit et la Vie chez les Plantes" ayant été publiés pendant ces dix dernières années. Les plantes ont de la vie, un esprit et une "âme" aussi bien que les animaux, l'homme et le surhomme.

Le Plan de l'Esprit Elémentaire (B), dans ses sept subdivisions, comprend les états et les conditions d'une sorte supérieure d'entités "élémentaires" ou invisibles, jouant leur rôle dans le travail général de l'Univers ; leur esprit et leur vie constituent une partie de l'échelle située entre le Plan de l'Esprit Végétal et le Plan de l'Esprit Animal, les entités faisant à la fois partie de la nature de ces deux derniers.

Le Plan de l'Esprit Animal dans ses sept subdivisions comprend les états et les conditions des entités, des êtres et des âmes habitant les formes animales de la vie qui nous sont familières à tous. Il n'est pas nécessaire d'entrer dans beaucoup de détails au sujet de ce royaume, de ce plan de vie car le monde animal nous est aussi familier que le nôtre.

Le Plan de l'Esprit Elémentaire (C) dans ses sept subdivisions, comprend ces entités et ces êtres, invisibles comme le sont toutes ces formes élémentaires, qui font partie et dans certaines combinaisons à un certain degré à la fois de la nature de la vie animale et de la nature de la vie humaine. Au point de vue intelligence, les formes supérieures sont à moitié humaines. Le Plan de l'Esprit Humain, dans ses sept subdivisions, comprend ces manifestations de vie et de mentalité qui sont communes à l'homme à des degrés différents. Sous ce rapport, nous voulons mettre en lumière ce fait que l'homme ordinaire d'aujourd'hui n'occupe que la quatrième subdivision du Plan de l'Esprit Humain ; seuls les plus intelligents ont franchi la lisière de la Cinquième subdivision. Il a fallu à notre race des millions d'années pour atteindre cet état et il faudra an nombre d'années bien plus considérable encore pour qu'elle atteigne la sixième et la septième subdivisions, et pour s'élever au-dessus de cette dernière. Souvenez-vous qu'il y a eu d'autres races avant nous qui ont franchi ces degrés et qui ont atteint ensuite des plans supérieurs. Notre propre race est la cinquième qui a pris pied sur la Voie ; les retardataires de la quatrième race se sont joints à la nôtre. Il existe quelques esprits avancés de notre propre race qui se sont élevés au-dessus des masses et qui ont atteint la sixième et la septième subdivision ; quelques-uns même les ont dépassées.

L'homme de la sixième subdivision sera "Le Sur-Homme" ; celui de la Septième sera le "Super-Homme". Dans notre étude des Sept Plans Mentaux Inférieurs nous avons simplement fait allusion aux Trois Plans Elémentaires d'une manière générale. Nous ne voulons pas entrer dans ce petit ouvrage dans des détails approfondis sur ce sujet, car il n'appartient pas à cette partie de la philosophie générale et des enseignements qui nous intéressent. Mais, dans le but de vous donner une idée plus claire des rapports de ces plans avec ceux qui vous sont plus familiers, nous pouvons vous dire que les Plans Elémentaires ont avec les Plans de la Mentalité et de la Vie Minérale, Végétale, Animale et Humaine, les mêmes rapports qu'ont les touches noires du piano avec les touches blanches.

Les touches blanches sont suffisantes pour produire de la musique, mais il y a certaines gammes, certaines mélodies et certaines harmonies dans lesquelles les touches noires jouent leur rôle et dont leur présence est nécessaire. Les Plans Elémentaires sont également nécessaires car ils servent à relier les conditions de l'âme et les états mentaux d'un plan avec ceux des autres plans ; il en résulte certaines formes nouvelles de développement ; ce fait donne au lecteur qui est capable de "lire entre les lignes" une nouvelle lumière sur le processus de I"Evolution et une nouvelle clef pour ouvrir la porte secrète des "sauts de la vie" qui se produisent entre les divers royaumes. Les grands royaumes Elémentaires sont pleinement reconnus par tous les occultistes et les ouvrages ésotériques sont remplis de citations à leur sujet.

Si nous passons du Grand Plan Mental au Grand Plan Spirituel, qu'aurons-nous à dire ? Comment pourrons-nous expliquer ces états supérieurs de l'Etre, de la Vie et de l'Esprit à des individus jusqu'ici incapables de saisir et de comprendre les subdivisions supérieures du Plan de l'Esprit Humain ? La tâche est lourde. Nous ne pouvons parler qu'en termes très généraux. Comment pourrait-on dépeindre la Lumière à un aveugle de naissance, le sucre à un homme qui n'aurait jamais goûté quelque chose de doux ; l'harmonie à quelqu'un qui serait sourd de naissance ? Tout ce que nous pouvons dire est que les Sept Plans Inférieurs du Grand Plan Spirituel, chaque Plan Inférieur ayant ses sept subdivisions, comprennent des Etres possédant de la Vie, de l'Esprit et des Formes aussi supérieures à celles de l'Homme d'aujourd'hui que l'Homme est supérieur au ver de terre, aux minéraux ou même à certaines formes d'Energie et de Matière. La Vie de ces Etres surpasse tellement la nôtre qu'il nous est impossible d'en soupçonner les détails ; leurs Esprits surpassent tellement les nôtres que, pour eux, nous paraissons à peine "penser" et notre processus mental leur paraît à peine un processus matériel ; la Matière dont leurs formes sont composées provient des Plans Physiques Supérieurs plus encore on affirme que quelques-uns sont "habillés de Pure Energie". Que peut-on dire de pareils êtres ? Sur les Sept Plans Inférieurs du Grand Plan Spirituel existent des Etres dont nous pouvons parler comme nous parlerions d'Anges, d'Archanges et de demi-Dieux. Sur le plus bas des Plans Inférieurs habitent ces grandes âmes que nous appelons les Maîtres et les Adeptes. Au-dessus d'eux, vient la Grande Hiérarchie des Anges, inaccessible à la pensée de l'Homme ; ensuite viennent ceux que, sans irrévérence, on peut appeler"Les Dieux" ; si haut qu'ils soient placés sur l'échelle de l'Etre, leur intelligence et leur pouvoir se rapprochent beaucoup des facultés que les races humaines attribuent à leurs conceptions de la Divinité. Ces Individus sont supérieurs aux plus grands rêves de 1'imagination humaine ; seul, le mot "Divin" est susceptible de s'adresser à eux. Un grand nombre de ces Etres, aussi bien que les Anges, prennent le plus grand intérêt et jouent un rôle important dans les affaires de l'Univers. Ces Divinités Invisibles et ces Auxiliaires Angéliques étendent librement et puissamment leur influence dans le processus de l'Evolution et dans le Progrès Cosmique. Leur intervention et leur assistance occasionnelle dans les affaires humaines ont conduit aux innombrables légendes, aux croyances, aux religions et aux traditions de la race, passée et présente. Ils ont super-imposé leur connaissance et leur pouvoir sur le monde, sans un instant d'arrêt, tout cela naturellement sous la domination de la Loi du Tout.

Et cependant, même les plus grands de ces Etres avancés n'existent que comme des créations de l'Esprit Du Tout et vivent en lui, sujets au Processus Cosmique et aux Lois Universelles. Ils sont toujours Mortels. Nous pouvons les appeler des "dieux" si nous voulons, mais ils sont toujours les Frères Aînés de la Race, les esprits avancés qui ont devancé leurs compagnons et qui ont renoncé à l'extase de l'Absorption par Le Tout, dans le but d'aider leurs amis dans leur voyage sur La Voie. Mais ils appartiennent à l'Univers et ils sont sujets à ses conditions ; ils sont mortels et leur plan est situé immédiatement au-dessous de celui de l'Esprit Absolu.

Seuls les hermétistes les plus avancés sont capables de saisir les Enseignements secrets concernant l'état de l'existence et les pouvoirs qui se manifestent sur les Plans Spirituels. Ces phénomènes sont tellement supérieurs à ceux des Plans Mentaux, que, si nous tentions de les décrire, il en résulterait fatalement une confusion dans les idées. Seuls, ceux dont l'esprit a été soigneusement entraîné à la Philosophie hermétique pendant de nombreuses années, ceux qui ont conservé en eux le savoir précédemment acquis dans d'autres incarnations, sont susceptibles de comprendre exactement la signification de la Doctrine concernant ces Plans Spirituels. Un grand nombre de ces Enseignements secrets sont considérés par les hermétistes comme trop sacrés, trop importants et même trop dangereux pour être répandus dans le grand public. L'élève intelligent est capable de reconnaître ce que nous voulons dire quand nous affirmons que le mot "Esprit", tel que l'utilisent les hermétistes, signifie "Pouvoir Vivant", "Force Animée", "Essence Intime", "Essence de Vie", etc., signification que l'on ne doit pas confondre avec celle usuellement et communément employée de "religieux, ecclésiastique, spirituel, éthéré, saint", etc., etc. Les occultistes utilisent le mot "Esprit" dans le sens de "Principe Animant" ; ils y joignent l'idée de Pouvoir, d'Energie Vivante, de Force Mystique, etc. Ils savent bien que ce qu'ils connaissent comme "Pouvoir Spirituel" peut être employé aussi bien dans un but honorable que dans un but mauvais, conformément au Principe de Polarité ; c'est un fait qui a été reconnu par la majorité des religions ; elles l'ont bien montré dans leurs conceptions de Satan, Belzébuth, le Diable, Lucifer, les Anges déchus, etc. C'est pourquoi les connaissances de ces Plans ont été conservées par le Saint des Saints, dans la Chambre Secrète du Temple, dans toutes les Confréries ésotériques et les Ordres occultes. Mais, nous pouvons le dire ici, ceux qui ont acquis un pouvoir spirituel puissant et qui l'ont employé pour le mal, ont un terrible destin en perspective ; l'oscillation du pendule du Rythme les ramènera inévitablement en arrière jusqu'au point extrême de l'existence Matérielle, d'où ils devront à nouveau revenir sur leurs pas vers l'Esprit, suivre les détours fatigants de La Voie, et endurer toujours la torture supplémentaire de se rappeler sans cesse les grandeurs qu'ils ont connues et que leur ont fait perdre leurs mauvaises actions. La légende des Anges Déchus a son origine dans les faits que nous venons d'expliquer, tous les occultistes avancés le savent. La lutte pour un pouvoir égoïste sur les Plans Spirituels a toujours comme conséquence inévitable une perte de l'équilibre spirituel et une chute qui abaisse l'esprit égoïste autant qu'il a été élevé. Cependant, même pour un esprit semblable, la possibilité d'un retour existe ; il est obligé de faire le voyage en sens inverse, subissant ainsi la punition terrible de l'invariable Loi.

Pour conclure nous voudrions encore vous rappeler que, suivant le Principe de Correspondance qui contient cette vérité : "Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut", chacun des Sept Principes Hermétiques est en pleine action sur tous les divers plans Physique, Mental et Spirituel. Le Principe de la Substance Mentale s'applique naturellement à tous les plans, car tous sont contenus dans l'Esprit Du Tout. Le Principe de Correspondance se manifeste également dans tous car il existe une correspondance, une harmonie et un rapport entre les divers plans.

Le Principe de Vibration se manifeste sur tous les plans ; en fait les différences de Vibration comme nous l'avons expliqué. Le Principe de Polarité se manifeste sur chaque plan, les Pôles extrêmes étant en apparence opposés et contradictoires. Le Principe du Rythme se manifeste sur chaque Plan, le mouvement des phénomènes ayant son flux et son reflux, son maximum et son minimum, son arrivée et son retour. Le Principe de la Cause et de l'Effet se manifeste aussi sur chaque Plan, tout Effet ayant sa Cause et toute Cause ayant son Effet. Le Principe du Genre se manifeste encore sur chaque Plan, l'Energie Créative étant toujours manifeste et opérant sous ses aspects Masculin et Féminin.

"Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut". Cet axiome hermétique, vieux de plusieurs millénaires, implique un des grands Principes des Phénomènes Universels. Dans la suite de notre étude sur les Principes que nous n'avons pas encore expliqués, nous verrons encore plus clairement la vérité de la nature universelle de ce grand Principe de Correspondance.

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article
3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 00:27

Le Kybalion peut être rébarbatif à lire, mais il possède des clefs qui ouvrent les portes de la conscience pour celui qui cherche. Notamment le passage de la Création de l'artiste. L'homme qui crée des personnages -tel Shakespeare créa Hamlet- est aussi un dieu. Il se sert de son imaginaire pour donner vie à des êtres qui lui ressemblent un peu quelque part... d'où la correspondance "Dieu créa l'homme à son image"... mais le dieu des humains est aussi une création imaginaire... la Clef se trouve donc dans le mental. La force de l'Esprit peut rendre la pensée concrète et donc concrétiser. Ce qui à la base n'était qu'immatériel prend forme puis vie. L'homme est un Créateur qui s'ignore. Mais lorsque le Créateur prend conscience de ses fabuleuses possibilités dans son corps d'homme, alors il peut vraiment réaliser le monde idéal ou Jardin d'Eden d'où il a été chassé, un jour, par manque d'imagination ou d'énergie créatrice.

Si l'on demande à l'Immanence, "pourquoi ai-je été créé ?" personne ne nous répond. La réponse est au fond de nous. Mais si Hamlet demandait à Shakespeare "Pourquoi m'as tu créé ?", Shakespeare trouverait la réponse au fond de lui. Il la trouverait dans les méandres obscurs de sa conscience. On peut penser que la Créature Hamlet est un exorcisme à ses souffrances, à ses doutes, à ses manques. Il a projeté sur elle tout ce qui le rongeait tout ce qui le minait. Il a voulu se délivrer de ses turpitudes humaines sur elle. Et il a créé un Être sombre. Imparfait. qui lui ressemblait. Or pour créér la Lumière, il faut être soit-même lumineux. On comprend-là tout le chemin qu'il reste à parcourir pour que le monde soit parfait. Il y a trop peu d'éveillés conscients de ce miracle possible. Or, actuellement, les élites dévoyées qui règnent sur notre planète et la régentent, exorcisent sur l'Humanité leurs fantasmes cauchemardesques et la tue à petits feux. C'est sur eux qu'il faut "travailler" avec notre Mental... nettoyer le sommet pour assainir la base.

J'attends vos commentaires sur cette réflexion toute personnelle mais réalisable entre gens de bonne volonté. En sachant que les teneurs de rênes sont des demi-initiés au service de l'Ombre... et qu'ils ne sont pas les plus forts...

"Les demi-initiés, reconnaissant la non-réalité relative de l'Univers, s'imaginent qu'ils peuvent défier ses Lois ; ce sont des sots insensés et présomptueux qui vont se briser contre les écueils et que les éléments déchirent à cause de leur folie. Le véritable initié, connaissant la nature de l'Univers, se sert de la Loi contre les lois, du supérieur contre l'inférieur, et par l'Art de l'Alchimie, il transmute les choses viles en des choses précieuses ; c'est ainsi qu'il triomphe. La Maîtrise ne se manifeste pas par des rêves anormaux, des visions et des idées fantastiques, mais par l'utilisation des forces supérieures contre les forces inférieures, en évitant les souffrances des plans inférieurs en vibrant sur les plans supérieurs. La Transmutation, non pas une négation présomptueuse est l'épée du Maître."

"Le Tout" dans Tout

"S'il est vrai que Tout est dans LE TOUT,

il est également vrai que LE TOUT est dans Tout.

Celui qui comprend parfaitement cette vérité possède déjà un grand savoir."

LE KYBALION.

Que de gens ont entendu répéter souvent que leur Divinité, appelée de différents noms, était "Tout dans Tout" et combien ont soupçonné la vérité occulte cachée dans ces mots prononcés négligemment. Cette expression commune est un souvenir de l'ancienne Maxime hermétique placée en tête (le ce chapitre. Comme le dit le Kybalion : "Celui qui comprend parfaitement cette vérité possède déjà un grand savoir". Ceci dit, tâchons de pénétrer cette vérité dont la compréhension est si importante. Dans cette Maxime hermétique se cache une des plus grandes vérités philosophiques, scientifiques et religieuses.

Nous vous avons déjà exposé la Doctrine hermétique concernant la Nature Mentale de l'Univers et nous vous avons expliqué que "l'Univers est Mental et est contenu dans l'Esprit du Tout." Comme le dit le Kybalion dans le passage que nous avons donné précédemment : "Tout est dans le Tout". N'oubliez pas non plus cette autre affirmation : "Il est également vrai que Le Tout est dans Tout". Ces deux préceptes, en apparence contradictoires, peuvent se concilier sous la Loi du Paradoxe. Ils constituent, d'ailleurs, un jugement hermétique exact des rapports qui existent entre Le Tout et son Univers Mental. Nous avons vu comment "Tout est dans le Tout" ; examinons maintenant l'autre aspect du sujet.

La Doctrine hermétique enseigne que Le Tout est inhérent à l'Univers, qu'il demeure dedans, et que chacune de ses parties, chacune de ses unités ou de ses combinaisons est située à l'intérieur de l'Univers. Les Professeurs expliquent fréquemment ce jugement en faisant intervenir le Principe de Correspondance.

Le Maître enseigne à l'adepte à se former une Image Mentale de quoi que ce soit, d'une personne, d'une idée, d'une chose pouvant avoir une forme mentale ; l'exemple favori est celui de l'auteur ou du tragédien qui se forme une idée des caractères qu'il veut représenter, ou bien du peintre ou du sculpteur qui se forme une image mentale de l'idéal qu'il veut exprimer à l'aide de son art. Dans tous les cas, l'élève se rendra compte que lorsque l'image est formée, seule dans son esprit, l'auteur, le tragédien, le peintre ou le sculpteur lui-même est inhérent, est contenu tout entier dans l'image mentale elle-même. En d'autres termes, toute la vertu, la vie et l'esprit de la réalité contenue dans l'image mentale dérive de "l'esprit immanent" du penseur. Considérez avec attention ce que nous venons de dire jusqu'à ce que vous saisissiez bien notre idée.

Pour prendre un exemple moderne, disons qu'Othello, Iage, Hamlet, Richard III, existaient réellement dans l'esprit de Shakespeare au moment de leur conception et de leur création. De plus, Shakespeare lui-même existait au sein de chacun de ces caractères, leur donnant sa vitalité, son esprit et son action. De qui est "l'esprit" des personnages que nous connaissons sous le nom de Micawber, Oliver Twist, Uriah Heep (Personnages des romans de Dickens) ? Est-ce celui de Dickens, ou chaque personnage que nous venons de citer a-t-il son esprit personnel, indépendant de son créateur ? La Vénus de Médicis, la Madone Sixtine, l'Apollon du Belvédère, ont-ils des esprits propres et une réalité particulière ou représentent-ils le pouvoir spirituel et mental de leurs créateurs ? La Loi du Paradoxe explique que ces deux choses sont à la fois possibles, si on les considère de deux points de vue convenables. Micawber est à la fois Micawber et Dickens. Et cependant, bien qu'on puisse dire que Micawber est Dickens, on ne Peut dire que Dickens et Micawber soient identiques. L'Homme, comme Micawber, peut s'écrier : "L'Esprit de mon Créateur est inhérent en moi ; et cependant Je ne suis pas Lui !". Combien cela est différent des demi-vérités choquantes répandues avec fracas par quelques demi-sages, qui remplissent l'air de leurs cris rauques : "Je suis Dieu !" Imaginez vous Micawber ou le sournois Uriah Heep, s'écriant : "Je suis Dickens" ; on quelque lourdaud des ouvrages de Shakespeare s'écriant : "Je suis Shakespeare !" Et Tout est dans le ver de terre et cependant le ver de terre n'est pas Le Tout. Malgré tout, cette chose curieuse n'en existe pas moins : bien que le ver de terre n'existe que comme une chose inférieure, créée et existant à l'intérieur de l'Esprit du Tout, cependant Le Tout est immanent dans le ver de terre et dans les moindres particules qui servirent à constituer le ver de terre.

Peut-il exister un plus grand mystère que celui du "Tout dans Le Tout ; et Le Tout dans Tout ?"

L'élève comprendra, naturellement, que les quelques exemples que nous venons de donner sont nécessairement imparfaits et insuffisants, car ils représentent la création d'images mentales dans des esprits finis, tandis que l'Univers est une création de l'Esprit Infini ; la différence qui existe entre les deux pôles les sépare. C'est d'ailleurs une simple question de degré ; c'est toujours le même Principe qui opère ; le Principe de Correspondance se manifeste d'un côté et de l'autre. "Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut."

Plus l'Homme comprendra l'existence de l'Esprit Intime immanent à l'intérieur de son être, plus haut et plus rapidement il s'élèvera dans l'échelle spirituelle de la vie. C'est cela que signifie le développement spirituel, la reconnaissance, la réalisation et la manifestation de l'Esprit à l'intérieur de nous-même. Efforcez-vous de vous rappeler cette dernière définition, celle du développement spirituel. Elle contient la Vérité de la Vraie Religion.

Il existe de nombreux plans de l'Etre, de nombreux plans supérieurs de Vie. Tout dépend de l'avancement des individus sur l'échelle dont le barreau inférieur est formé de la matière la plus grossière, et le barreau supérieur seulement séparé de l'Esprit du Tout par une infime division. Du haut en bas de cette échelle de la Vie, tout se meut. Tout le monde est sur la voie qui conduit Au Tout. Tout progrès marque un Pas vers la Maison.

Tout a sa place en haut ou en bas, malgré les apparences contradictoires. Tel est le Message des Illuminés.

La Doctrine hermétique concernant le processus de la Création Mentale de l'Univers enseigne que au début du Cycle Créatif, Le Tout, dans son aspect "d'Etre existant" projette sa volonté vers l'aspect de "Devenir" et le processus de création commence. Elle explique que ce processus consiste à ralentir la Vibration jusqu'à ce qu'un degré très bas d'oscillation soit atteint, auquel degré se manifeste la forme de Matière la plus grossière possible. Cet état est appelé le stade de l'Involution dans lequel Le Tout est impliqué et contenu. Les hermétistes croient que cet état a une Correspondance, un rapport avec le processus mental de l'artiste, de l'écrivain ou de l'inventeur qui se mélange si intimement avec sa propre création mentale qu'il peut presque oublier sa propre existence et qui, en tous cas, "vit dans sa création". Si au lieu de dire qu'il se "mélange" avec sa création mentale, nous disons qu'il s'en "empare", nous donnerons peut-être une meilleure idée de ce que nous voulons dire.

Ce stade Involontaire de la Création est quelquefois appelé "l'Effusion" de "l'Energie Divine", de même que le stade "d'Evolution" est appelé "l'Infusion". Le pôle extrême du processus Créatif est considéré comme le dernier sorti du Tout, pendant que le commencement du retour en arrière du pendule du Rythme, c'est le "Pas vers la Maison", idée que l'on retrouve dans tous les enseignements hermétiques.

La Doctrine enseigne que pendant "l'Effusion", les vibrations deviennent de moins en moins rapides jusqu'à ce que le mouvement de poussée finisse par s'arrêter et que l'oscillation de retour commence. Mais il existe cette différence que pendant le stade "d'Effusion", les forces créatives se manifestent d'une façon compacte, comme un tout, tandis qu'au commencement du stade "d'Evolution" ou "d'Infusion", c'est la Loi "d'Individualisation" qui agit, c'est-à-dire la tendance à séparer tout en Unités de Force, si bien que, finalement, ce que laisse Le Tout comme énergie inindividualisée retourne à sa source sous la forme d'Unités de Vie puissamment développées, avant atteint des échelons de l'échelle de plus en plus élevés, grâce à l'Evolution Physique, Mentale et Spirituelle.

Les anciens hermétistes se servaient du mot "Méditation" en parlant du processus de la création mentale de l'Univers dans l'Esprit Du Tout ; ils employaient aussi fréquemment le mot "Contemplation". Mais l'idée qui se cache sous ces expressions paraît être celle du travail de l'Attention Divine. "Attention" est un mot qui dérive d'une racine latine qui signifie "atteindre, tendre vers" ; l'acte de l'Attention est donc réellement "la réalisation, la tension" vers une énergie mentale ; examiner la signification étymologique du mot "Attention" nous fait donc comprendre la véritable idée cachée des hermétistes.

La doctrine hermétique, en ce qui concerne le processus d'Evolution, est la suivante : Le Tout, ayant médité sur le commencement de la Création, ayant ainsi établi les fondations matérielles de l'Univers, ayant pensé son existence, se réveille graduellement ou sort de sa méditation ; en agissant ainsi, il fait se manifester successivement et en bon ordre le processus de l'Evolution sur les plans matériel, mental et spirituel. C'est ainsi que le mouvement vers le haut commence ; tout va dans la direction de l'Esprit. La Matière devient moins grossière ; les Unités s'assemblent pour donner naissance aux êtres ; les combinaisons commencent à se former ; la Vie apparaît et se manifeste dans des formes toujours supérieures et l'Esprit devient de plus en plus évident, de plus en plus apparent, les vibrations augmentant constamment de rapidité. En un mot, le processus entier de l'Evolution dans toutes ses phases, commence et agit en concordance avec les Lois établies du. processus "d'Infusion". Pour créer tout cela, il a fallu des éternités et des éternités du temps de l'Homme, chaque éternité contenant d'innombrables millions d'années ; cependant les Illuminés nous enseignent que la création complète d'un Univers, y compris l'Involution et l'Evolution n'est pour Le Tout qu'un "clignement de paupières".

A la fin du cycle interminable des myriades de siècles, Le Tout cesse son Attention, c'est-à-dire sa contemplation et sa Méditation vis-à-vis de l'Univers, car le Grand Œuvre est terminé ; tout rentre dans Le Tout d'où il est sorti. Mais, Mystère des Mystères, l'Esprit de toute âme, loin d'être annihilé, est infiniment développé ; le Créateur et le Créé sont confondus. Tel est le récit des Illuminés !

Ce que nous venons de dire de la "méditation" du Tout et de son "réveil de cette méditation", n'est évidemment qu'une simple tentative de la part des Professeurs pour décrire par un exemple fini le processus Infini. "Ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut". Il n'existe qu'une différence de degré. Et de même que le Tout abandonne sa méditation sur l'Univers, de même l'Homme, quand en vient le moment, cesse d'agir sur le Plan Matériel, et se retire de plus en plus dans l'Esprit Intime, qui est vraiment "le Divin Ego".

Il est une autre question que nous désirons étudier dans cette leçon et qui se rapproche beaucoup du terrain Métaphysique de la spéculation, bien que notre intention soit de montrer la futilité d'une telle spéculation. Nous voulons parler de la pensée qui vient inévitablement à l'esprit de tous ceux qui se sont aventurés à la recherche de la Vérité. La question est la suivante : "Pourquoi le Tout a-t-il créé les Univers ?" On peut la poser de différentes manières mais celle que nous venons de donner les résume toutes.

Les Hommes se sont efforcés de la résoudre, mais il n'existe pas encore de réponse digne de ce nom. Quelques-uns se sont imaginé que Le Tout avait quelque chose à gagner en créant les Univers ; cela est absurde ; que pourrait en effet gagner Le Tout qui ne soit déjà en sa possession ? D'autres ont cherché la réponse dans l'idée que Le Tout "voulait avoir quelque chose à aimer" ; d'autres ont répondu qu'il créait par plaisir, par amusement ; ou parce "qu'il était solitaire" ; ou bien encore pour manifester son pouvoir ; toutes explications et idées puériles appartenant à la période enfantine de la pensée.

D'autres ont cherché à expliquer le mystère en assurant que Le Tout se trouvait "contraint" de créer en vertu de sa propre "nature intérieure" et de son "instinct créatif". Cette dernière idée est en avance sur les autres mais son point faible est dans ce fait que Le Tout peut être "contraint" par quelque chose, intérieur ou extérieur. Si sa "nature intérieure" ou son "instinct créatif" obligeait Le Tout à faire quoi que ce soit, alors cette "nature intérieure", cet "instinct créatif" serait l'Absolu au lieu du Tout ; une partie de l'explication n'est donc pas satisfaisante. Et cependant Le Tout crée, et manifeste ; il semble même y trouver une sorte de satisfaction. Il est donc difficile d'échapper à la conclusion qu'à quelque degré infini, il doit y avoir quelque chose dans l'homme, qui correspond à une "nature intérieure" ou à un "instinct créatif", du Désir Infini et de la Volonté correspondante. Le Tout ne peut agir s'il ne Veut pas Agir ; et il ne Voudrait pas agir s'il ne Désirait pas le faire, de sa propre volonté. D'autre part, il ne Désirerait pas Agir s'il n'en tirait pas une certaine satisfaction. Toutes ces choses font partie d'une "Nature Intérieure" ; on peut déduire leur existence de la Loi de Correspondance. Nous préférons cependant penser que Le Tout agit en pleine liberté, soustrait à toute influence aussi bien extérieure qu'intérieure. Tel est le problème qui se trouve à la racine de la difficulté et la difficulté qui se trouve à la racine du problème.

En parlant strictement, il est impossible de dire que Le Tout ait une "Raison" quelconque pour agir, car une "Raison" implique une "Cause" ; or Le Tout est au-dessus de toute Cause et de tout Effet, sauf quand il Veut devenir une Cause ; c'est alors que le Principe se manifeste. Ainsi, vous le voyez, la matière est Impossible comme Le Tout est Inconnaissable. De même nous disons simplement que Le Tout "est", de même nous sommes obligés de dire que "Le Tout agit parce qu'il agit". Finalement, Le Tout est Toute Raison en elle-même. Toute Loi en elle-même ; Toute Action en elle-même ; on peut dire, sans crainte d'erreur, que Le Tout est Sa Propre Raison, sa propre Loi, ses propres actions ; mieux encore, on peut dire que Le Tout, sa Raison, ses Actes, sa Loi sont UN, tous ces mots ayant la même signification. L'avis de ceux qui ont rédigé ces leçons, est qu'il faut chercher la réponse dans le Moi intérieur du Tout, de même que pour le Secret de l'existence. La Loi de Correspondance à notre avis, atteint seulement cet aspect du Tout que nous pouvons appeler "L'Aspect du Devenir". Derrière cet aspect, se trouve "L'Aspect de l'Etre", dans lequel toutes les Lois se perdent dans La Loi, tous les Principes se fondent dans le Principe ; et Le Tout, Le Principe et l'Etre sont identiques, un et semblables.

Toute spéculation métaphysique sur ce point est donc futile. Nous avons abordé franchement le sujet afin de montrer l'absurdité des réponses ordinaires de la métaphysique et de la théologie.

Pour conclure, il peut être d'un certain intérêt pour nos élèves d'apprendre que, tandis que les Enseignements hermétiques anciens et modernes ont tendu à appliquer à la question le Principe de Correspondance, qui a fait conclure à l'existence de la "Nature Intérieure", la légende nous rapporte qu'Hermès le Grand, quand ses élèves les plus avancés lui posèrent la question, répondit en pressant fortement ses lèvres les unes contre les autres et en ne laissant pas échapper un seul mot ; il voulait dire évidemment qu'à cela il n'y avait pas de réponse. Cependant, son intention peut avoir été d'appliquer cet axiome de la philosophie : "Les lèvres de la Sagesse sont closes excepté aux oreilles de l'Entendement", estimant que même ses élèves les plus avancés ne possédaient pas encore un Entendement qui put leur permettre de recevoir l'Enseignement.

En tous cas, si Hermès possédait le Secret, il oublia de s'en départir et en ce qui concerne l'Univers, les lèvres d'Hermès sont closes. Où le Grand Hermès hésitait à parler, quel mortel oserait enseigner ?

En tous cas, souvenez-vous que quelle que soit la solution de ce problème, s'il en existe vraiment une, il subsiste néanmoins cette vérité que : "S'il est vrai que Tout est dans LE TOUT, il est également vrai que LE TOUT est dans Tout". L'Enseignement sur ce point est énergique. Nous pouvons ajouter la conclusion de la citation du Kybalion : "Celui qui comprend parfaitement cette vérité possède déjà un grand savoir."

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 23:50

Le Divin paradoxe

"Les demi-initiés, reconnaissant la non-réalité relative de l'Univers, s'imaginent qu'ils peuvent défier ses Lois ; ce sont des sots insensés et présomptueux qui vont se briser contre les écueils et que les éléments déchirent à cause de leur folie. Le véritable initié, connaissant la nature de l'Univers, se sert de la Loi contre les lois, du supérieur contre l'inférieur, et par l'Art de l'Alchimie, il transmute les choses viles en des choses précieuses ; c'est ainsi qu'il triomphe. La Maîtrise ne se manifeste pas par des rêves anormaux, des visions et des idées fantastiques, mais par l'utilisation des forces supérieures contre les forces inférieures, en évitant les souffrances des plans inférieurs en vibrant sur les plans supérieurs. La Transmutation, non pas une négation présomptueuse est l'épée du Maître."

LE KYBALION.

 

Tel est le Paradoxe de l'Univers résultant du Principe de Polarité qui se manifeste quand Le Tout commence à créer ; il faut le suivre ponctuellement, car il établit la différence entre la demi-sagesse et la sagesse. Quant au Tout infini, l'Univers, ses Lois, ses Pouvoirs, sa Vie, ses Phénomènes, sont comme des choses encore à l'état de Méditation et de Rêve ; cependant pour tout ce qu'il a de fini, l'Univers doit être considéré comme Réel ; la vie, l'action, la Pensée, doivent être basées là-dessus sans oublier toutefois la compréhension constante de la Vérité Supérieure. Tout, cependant, doit obéir à ses propres Plans et à ses propres Lois. Si, Le Tout s'imaginait que l'Univers était vraiment Réel, alors malheur à l'Univers, car il ne serait plus possible de passer de l'inférieur au supérieur ; l'Univers deviendrait immobile et tout progrès serait impossible. Et si l'homme, par sa demi-sagesse agit, vit et pense en considérant l'Univers comme un simple rêve semblable à ses propres rêves finis, cet Univers devient véritablement ainsi pour lui ; et, comme un piéton mal éveillé, il titube de tous côtés et marche dans un cercle, ne faisant aucun progrès, et finalement se réveille en sursaut quand il tombe, se meurtrit et se blesse contre les Lois Naturelles qu'il ignorait. Gardez constamment votre esprit dirigé vers l'Etoile, mais que votre regard soit toujours dirigé sur vos pieds, sinon vous tomberez dans la fange parce que vous regardez en l'air. Rappelez-vous bien le divin Paradoxe. en même temps l'Univers est et n'est pas. N'oubliez jamais les Deux Pôles de la Vérité, l'Absolu et le Relatif. Méfiez-vous des demi-Vérités.

Ce que les Hermétistes connaissent comme "la Loi du Paradoxe" n'est qu'un aspect du Principe de Polarité. Les écritures hermétiques sont pleines de références sur l'apparition du Paradoxe dans la considération des problèmes de la Vie et de l'Etre. Les Maîtres préviennent constamment leurs élèves contre l'erreur souvent commise d'oublier "l'autre côté" de toute question. Leurs avertissements s'appliquent plus particulièrement aux problèmes de l'Absolu et du Relatif, qui embarrassent tous les étudiants en philosophie, et qui font penser et agir tant d'individus contrairement à ce que l'on appelle ordinairement le "sens commun". Nous conseillons à tous les élèves d'être bien sûrs de saisir le Divin Paradoxe de l'Absolu et du Relatif, sinon ils s'enliseront dans la fange de la demi-Vérité. C'est dans ce but que cette leçon en particulier a été écrite.

Lisez là avec soin ! La première pensée qui vient à l'esprit de celui qui a compris la vérité que l'Univers est une Création Mentale Du Tout, est que l'Univers et tout ce qu'il contient est une simple illusion, une irréalité ; et, contre cette idée, son instinct se révolte. Mais, comme toutes les autres grandes vérités, on doit considérer celle-ci à la fois du point de vue Absolu et du point de vue Relatif. Du point de vue absolu, l'Univers comparé au Tout en lui-même parait une illusion, un rêve, une fantasmagorie. Nous reconnaissons cela même à notre point de vue ordinaire, car nous parlons du monde comme "un spectacle changeant" qui va et vient, qui naît et meurt ; en effet, les éléments de changement et d'impermanence, d'indéfini et d'insubstantiel, doivent toujours se concilier avec l'idée d'un Univers créé, quand il s'oppose à l'idée Du Tout, quelles que soient nos idées au sujet de la nature de l'un et de l'autre.

Philosophe, métaphysicien, savant et théologien, tous acceptent cette idée, et on la retrouve dans toutes les formes des pensées philosophiques et des conceptions religieuses, aussi bien que dans les théories des différentes écoles de métaphysique et de théologie.

Ainsi les Enseignements hermétiques, ne prêchent pas l'insubstantialité de l'Univers dans des termes plus énergiques que ceux qui vous sont familiers bien que leur manière de présenter le sujet puisse paraître quelque peu étonnante. Tout ce qui a un commencement et une fin doit être faux et irréel ; l'Univers subit également la règle dans toutes les écoles de la pensée. Du point de vue absolu il n'y a rien de réel que Le Tout, de quelque terme dont nous puissions nous servir pour y penser ou pour discuter le sujet. Que l'Univers soit créé de Matière ou qu'il soit une Création Mentale dans l'Esprit du Tout, il est insubstantiel, non durable ; il est une chose de temps, d'espace et de changement. Nous voudrions que vous compreniez parfaitement ce fait avant d'établir votre jugement sur la conception hermétique de la nature Mentale de l'Univers. Pensez un peu aux autres conceptions, quelles qu'elles soient, et vous verrez que ce que nous avons dit est vrai pour la moindre d'entre elles.

Mais le point de vue Absolu nous montre seulement une face du tableau ; l'autre face est le point de vue Relatif. La Vérité Absolue a été définie : "Les choses telles que l'Esprit de Dieu les connaît", tandis que la Vérité Relative a été décrite : "Les choses telles que la plus haute raison de l'Homme les comprend". Ainsi, pour Le Tout, l'Univers doit être irréel et illusoire ; il doit être un simple rêve ou le résultat d'une méditation ; au contraire, pour les esprits finis qui sont une partie de cet Univers et qui le contemplent à travers leurs facultés mortelles, l'Univers est absolument vrai et doit être considéré comme tel. En reconnaissant le point de vue Absolu, nous ne devons pas commettre la faute d'ignorer ou de nier les faits et les phénomènes de l'Univers tels qu'ils se présentent à nos facultés mortelles ; nous ne sommes pas Le Tout, ne l'oubliez pas.

Nous reconnaissons tous que la Matière "existe" pour nos sens ; nous faisons fausse route si nous ne le reconnaissons pas. Et cependant nos esprits finis comprennent parfaitement ce dicton scientifique que la Matière n'existe pas, si l'on se place au point de vue scientifique ; ce que nous appelons Matière est considéré comme une agglomération d'atomes, lesquels atomes sont eux-mêmes un groupement d'unités de force appelés électrons ou "ions", vibrant sans cesse et tournant constamment. Poussons une pierre avec le pied ; nous percevons le contact ; elle nous semble parfaitement réelle, bien que nous sachions ce qu'elle est vraiment. Mais souvenez-vous que notre pied qui perçoit le contact par l'intermédiaire de notre cerveau est également de la matière, constituée également d'électrons et que par conséquent c'est aussi de la matière qui constitue notre cerveau. D'ailleurs si notre Esprit n'existait pas, nous ignorerions à la fois l'existence du pied et de la pierre.

L'idéal que l'artiste ou le sculpteur tente de reproduire dans la pierre ou sur la toile lui apparaît tout à fait réel. Il en est ainsi dans l'esprit de l'auteur ou du tragédien des caractères qu'il s'efforce de décrire ou d'interpréter pour que d'autres puissent les reconnaÎtre. Et s'il en est ainsi dans le cas de nos esprits finis, quel devra être le degré de Réalité dans les Images Mentales créées dans l'Esprit de l'Infini ? Oh, mes amis, pour les mortels, cet Univers de Mentalité est bien réel en vérité ; c'est le seul que nous soyons destinés à connaître jamais, bien que dans lui, nous passions d'un plan à un autre plan, d'un degré supérieur à un degré supérieur encore. Pour le connaître plus complètement, comme le prouve notre expérience actuelle, nous devons être Le Tout lui-même.

Il est vrai que plus haut nous nous élevons dans l'échelle, plus près nous approchons de "l'esprit du Père", plus apparente devient la nature illusoire des choses finies, mais ce n'est que lorsque Le Tout nous rappellera à lui que ces choses finies nous apparaîtront inexistantes.

Ainsi nous ne devons pas succomber à l'illusion. Maintenant que nous reconnaissons la nature réelle de l'Univers, cherchons à comprendre ses lois mentales et efforçons-nous de les utiliser dans le but d'obtenir le meilleur effet possible pour notre progrès dans la vie, quand nous quitterons un plan pour nous élever à un plan supérieur de l'être. Les Lois de l'Univers ne sont pas moins des "Lois d'Acier" à cause de leur nature mentale. Tout excepté Le Tout est régi par elles. Ce qui est dans l'Esprit infini du Tout n'est réel à un degré inférieur que parce que la Réalité elle-même fait partie de la nature du Tout.

Ainsi ne vous croyez pas isolé ou abandonné nous faisons tous partie de l'Esprit infini du Tout ; personne ne peut nous porter atteinte, nous n'avons personne à craindre. Aucun Pouvoir en dehors du Tout ne peut nous influencer.

Nous trouverons tout un monde de confort et de sécurité dans cette réalisation quand nous l'aurons acquise. "Dormons en paix, bercés dans le Lit de l'Abîme", nous reposant avec sécurité dans le sein de l'Océan de l'Esprit Infini, qui est le Tout. Dans le Tout  "nous vivons et nous agissons vraiment". La Matière n'est pas moins Matière pour nous, quand nous agissons sur le plan physique, bien que nous sachions qu'elle est simplement formée d'un agrégat "d'électrons", de particules de Force, vibrant avec rapidité et tournant les unes autour des autres pour former des atomes, ceux-ci à leur tour vibrant et tournant pour former des molécules, lesquelles, en s'assemblant, donnent des volumineuses masses de Matière. La Matière n'est pas encore moins Matière, quand nous poussons plus loin l'enquête et crue la Doctrine hermétique nous enseigne que la "Force" dont les électrons ne sont que des unités est simplement une manifestation de l'Esprit du Tout et, comme toutes les autres choses dans l'Univers, est de nature purement Mentale. Quand nous sommes sur le Plan Physique, nous devons reconnaître ses phénomènes ; nous pouvons contrôler la Matière, comme tous les Maîtres le font à un plus ou moins haut degré, mais nous devons le faire en utilisant les forces supérieures. C'est folie de nier l'existence de la Matière sous son aspect relatif. Nous pouvons nier son empire sur nous-même, à juste titre d'ailleurs, mais nous ne devons pas l'ignorer dans son aspect relatif, aussi longtemps que nous agissons sur son plan.

Les Lois de la Nature ne deviennent pas non plus moins constantes ou moins effectives quand nous les connaissons pour de simples créations mentales. Elles sont en pleine puissance sur les divers plans. Nous maîtrisons toujours les lois inférieures en appliquant des lois supérieures et de cette manière seulement. Mais il nous est impossible d'échapper à la Loi ou de nous passer entièrement d'elle. Seul Le Tout peut échapper à la Loi, et cela parce que le Tout est la Loi elle-même d'où dérivent toutes les autres Lois. Les maîtres les plus avancés peuvent acquérir les pouvoirs attribués ordinairement aux dieux des hommes ; il existe d'innombrables grades dans notre existence, dans la grande hiérarchie de la vie ; le pouvoir qui leur est attribué peut dépasser celui des Maîtres supérieurs et atteindre un degré insoupçonné des mortels ; mais, même grands, les Maîtres, même les Etres supérieurs doivent obéir à la Loi et rester Rien aux yeux du Tout. Ainsi, ces êtres supérieurs, dont les pouvoirs sont plus considérables que ceux conférés par les hommes à leurs dieux, étant dominés et assujettis à la Loi, imaginez-vous la présomption de l'homme mortel, de notre race et de notre grade, quand il ose considérer les lois de la Nature comme "irréelles", imaginaires et illusoires, parce qu'il est parvenu a comprendre cette vérité que les Lois sont de nature Mentale et de simples Créations Mentales du Tout. Ces lois que Le Tout considère comme des Lois gouvernantes ne doivent pas être niées ou méprisées. Aussi longtemps que l'Univers durera, il leur sera assujetti, car l'Univers existe en vertu de ces Lois qui constituent sa charpente et qui le soutiennent.

Le Principe hermétique du Mentalisme, en basant la véritable nature de l'Univers sur le principe que tout est Mental, ne modifie en rien les conceptions scientifiques de l'Univers, de la Vie et de l'Evolution. En fait, la science confirme seulement les Enseignements hermétiques. Ceux-ci enseignent simplement que l'Univers est de nature "Mentale", pendant que la science moderne a enseigné qu'il est "Matériel", et en dernière analyse, qu'il n'est autre chose que de "l'Energie". La Doctrine hermétique ne fait pas fausse route en acceptant le principe fondamental d'Herbert Spencer qui affirme l'existence d'une "Energie Infinie et Eternelle, d'où dérivent toutes choses". En fait, les hermétistes reconnaissent dans la philosophie de Spencer un exposé supérieur des ouvrages des Lois Naturelles et ils considèrent le grand maître comme la réincarnation d'un ancien philosophe qui habitait l'ancienne Egypte il y a des milliers de siècles et qui, plus tard, s'était incarné dans le corps d'Héraclite, le philosophe Grec qui vivait en l'an 500 avant Jésus-Christ. Ils estiment que son idée de "l'Energie Eternelle et Infinie", s'accorde parfaitement avec la Doctrine hermétique en ajoutant toutefois qu'elle est l'Energie de l'Esprit du Tout. Avec la Maîtresse-Clef de la Philosophie hermétique, l'étudiant de Spencer sera capable de s'ouvrir en des horizons philosophiques du grand philosophe anglais, dont les travaux montrent nettement ses incarnations antérieures. Ses enseignements concernant l'Evolution et le Rythme concordent parfaitement avec les Enseignements hermétiques et en particulier avec le Principe du Rythme.

Les adeptes de l'Hermétisme n'ont donc besoin de retrancher aucune des idées favorites de Spencer au sujet de l'Univers. Tout ce que nous leur demandons, c'est de bien saisir le principe sous-jacent : "Le Tout est Esprit ; l'Univers est Mental ; il est contenu dans, l'Esprit du Tout." Ils se rendront compte que les six autres Principes s'accorderont bien avec leurs connaissances scientifiques et leur serviront à résoudre des questions ténébreuses et à jeter la lumière dans les endroits obscurs. Cela ne doit pas être de nature à nous étonner, si nous comprenons l'influence qu'a eue la pensée hermétique sur la Philosophie primitive de la Grèce qui a servi de base à toutes les théories modernes de la science. L'acceptation du Premier Principe Hermétique, le Principe du Mentalisme, est la seule grande différence qui existe entre la Science Moderne et la Doctrine hermétique ; la Science, d'ailleurs, se rapproche de plus en plus des positions Hermétiques dans la marche aveugle qu'elle fait dans l'obscurité pour sortir du labyrinthe dans lequel elle s'est égarée en cherchant la vérité.

Le but de cette leçon est de bien ancrer dans l'esprit des étudiants le fait que, dans tous les cas, sans exception, l'Univers, ses lois et ses phénomènes en ce qui concerne l'homme, sont réels, juste autant qu'ils le seraient avec les hypothèses du Matérialisme ou les théories de l'Energie. Dans n'importe quelle doctrine, l'Univers, sous son aspect extérieur, est changeant, transitoire et, par suite, dépourvu de substantialité et de réalité. Mais, notez bien le deuxième pôle de la vérité : avec les mêmes hypothèses, nous sommes contraints d'agir et de vivre comme si les choses constamment changeantes étaient réelles et substantielles. Il existe toutefois cette différence qu'anciennement le Pouvoir Mental était ignoré comme Force Naturelle, et qu'actuellement, avec le Principe du Mentalisme, il devient une Force Naturelle Supérieure. Cette seule différence révolutionne entièrement la Vie de ceux qui comprennent le Principe et les lois qui en résultent.

Ainsi, étudiants, tous autant que vous êtes, comprenez à connaître, à utiliser et à appliquer les lois qui en découlent. Mais, comme le recommande le Kybalion, ne succombez pas à la tentation du demi-sage qui se laisse hypnotiser par l'irréalité apparente des choses ; celui-ci, en effet, erre de tous côtés comme un individu vivant dans un monde de rêves, ignorant le travail pratique et la vie réelle de l'homme ; finalement "il vient se briser contre les écueils et se trouve déchiré par les éléments, à cause de sa folie". Suivez plutôt l'exemple du sage, comme le recommande encore le Kybalion : "Utilisez les Lois contre les Lois ; le supérieur contre l'inférieur ; et par l'Art de l'Alchimie, transmutez les choses viles en des choses précieuses, c'est ainsi que vous triompherez". Suivons donc les conseils du Kybalion ; évitons la demi-sagesse qui n'est que folie, et qui ignore cette vérité que "La Maîtrise ne se manifeste pas par des rêves, des visions anormales, ou des idées fantastiques, mais qu'elle consiste à utiliser les forces supérieures contre les forces inférieures, à échapper aux souffrances des plans inférieurs en vibrant sur les plans supérieurs." Souvenez vous bien, étudiants, que "La Transmutation, non pas une négation présomptueuse, est l'épée du maître." Les citations qui précèdent sont du Kybalion, et doivent se fixer profondément dans la mémoire de tous les adeptes.

Nous ne vivons pas dans un monde de rêves, mais dans un Univers qui, au point de vue relatif, est réel en ce qui concerne notre vie et nos actions. Notre rôle, est de ne pas nier son existence, mais de vivre, en utilisant les Lois pour nous élever des degrés inférieurs aux degrés supérieurs, en faisant de notre mieux pour toutes les circonstances quotidiennes, et en cherchant à réaliser, dans la mesure du possible, notre idéal et nos idées les plus élevées. La véritable signification de la Vie n'est pas connue des hommes sur ce plan de l'existence, mais les grands auteurs, et nos propres intuitions nous enseignent que nous ne commettrons aucune erreur en vivant du mieux qu'il nous est possible et en réalisant de même la tendance Universelle. Nous sommes tous sur la Voie, et le chemin conduit plus haut, toujours plus haut, malgré de fréquents temps de repos.

Lisez le Message du Kybalion et suivez l'exemple du "sage", en évitant les erreurs du "demi-sage" qui périt à cause de sa folie.

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 23:23

L'Univers mental

"L'Univers est Mental ; il est contenu dans l'âme DU TOUT."

Le Kybalion

Le Tout est Esprit ! Mais qu'est ce que l'Esprit ? Il est impossible de répondre à cette question, pour cette raison que sa définition est pratiquement celle Du Tout qu'on ne peut expliquer ou définir. Esprit n'est qu'un mot que les hommes donnent à la conception, supérieure de l'Ame Vivante Infinie ; il signifie la "Réelle Essence" ; il signifie l'Ame Vivante, bien supérieure à la Vie et à l'Ame que nous connaissons, comme celles-ci sont elles-mêmes supérieures à l'Energie mécanique et à la Matière. L'Esprit dépasse notre entendement ; nous nous servons de ce nom simplement quand nous pensons au Tout et que nous voulons parler de lui. Pour notre pensée et notre compréhension, nous avons raison de considérer l'Esprit comme l'Ame Vivante Infinie, tout en reconnaissant en même temps qu'il nous est impossible de la comprendre entièrement. Nous devons agir ainsi, ou cesser tout à fait de penser à la matière.

Nous allons étudier maintenant la nature de l'Univers, dans son tout et dans ses parties. Qu'est ce que l'Univers ? Nous avons déjà vu qu'il ne peut rien exister en dehors du Tout. L'Univers est-il donc le Tout ? Non, il n'en peut être ainsi, car l'Univers semble formé de nombreuses choses, ; il change constamment ; en un mot, il ne se soumet pas complètement aux idées que nous avons résolu d'accepter concernant le Tout et que nous avons expliquées dans notre dernière leçon. Alors si l'Univers n'est pas Le Tout, il doit être "Rien", telle est la conclusion inévitable de notre esprit, au premier abord. Mais cette réponse ne peut nous satisfaire, car nous sommes conscients de l'existence de l'Univers. Donc, si l'Univers n'est ni le Tout, ni Rien, que peut-il être ? Examinons en détail cette question.

Si l'Univers existe ou parait exister, il doit provenir d'une manière quelconque du Tout ; il doit être une création du Tout. Mais comme il est impossible que quelque chose ait été créé de rien, de quoi le Tout peut-il l'avoir créé ? Quelques philosophes ont répondu à cette question en disant que le Tout avait créé l'Univers de Lui-même, c'est-à-dire, avec l'essence et la substance du Tout. Mais cela ne peut pas être car nous avons vu précédemment qu'on ne pouvait rien soustraire au Tout et qu'on ne pouvait pas le diviser ; même s'il en était ainsi, est-ce que la moindre particule de l'Univers pourrait ignorer son propre être, Le Tout ? Le Tout ne pourrait pas perdre la connaissance de lui-même, pas plus qu'il ne pourrait devenir un atome, une force aveugle ou une chose d'un degré inférieur de vie. Quelques hommes se sont imaginé que Le Tout était Tout en réalité ; reconnaissant que, eux, les hommes, existaient, ils en sont arrivés à cette conclusion que eux et Le Tout étaient identiques et ils ont rempli l'atmosphère de leurs cris : "Je suis Dieu", au grand amusement de la multitude et à la grande douleur des sages. L'atome s'écriant : "Je suis Homme" serait modeste, en comparaison.

Qu'est-ce donc, en vérité, que l'Univers, si ce n'est pas Le Tout et s'il n'a pas été créé par le Tout qui se serait fragmenté en plusieurs morceaux ? Que peut-il être ? De quoi peut-il être fait ? Voilà la grande question. Examinons-la soigneusement. Nous savons que le "Principe de Correspondance" (voyez la première leçon) vient constamment à notre aide. Le vieil axiome hermétique "Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas" peut nous rendre de grands services dans la conjoncture où nous nous trouvons. Nous allons essayer de donner une idée des opérations des plans supérieurs en examinant celle du nôtre. Le Principe de Correspondance peut s'appliquer à ce problème aussi bien qu'à d'autres.

Voyous ! Sur son propre plan de vie, comment l'homme fait-il pour créer ? D'abord, il peut créer en faisant sortir quelque chose des matériaux qui l'entourent. Il ne peut en être ainsi dans le plan supérieur, car il n'existe pas de matériaux en dehors du Tout avec lesquels celui-ci puisse créer. Ensuite, l'Homme peut procréer ou reproduire sa race par l'accouplement, qui est une multiplication personnelle dite due transfert d'une portion de sa substance intime à sa descendance. Il ne peut encore en être ainsi, car Le Tout ne peut donner ou soustraire une partie de lui-même, de même qu'il ne peut se reproduire ou se multiplier ; dans le premier cas, il y aurait. multiplication ou addition Au Tout ; nous avons vu que ces deux choses étaient également absurdes. N'existe-t-il pas une troisième manière que l'homme puisse employer pour créer ? Sans doute. L'homme peut créer mentalement ! En agissant ainsi, il n'utilise aucun matériel extérieur et il ne se reproduit pas lui-même ; cependant son Esprit accomplit la Création Mentale.

D'après le Principe de Correspondance, nous sommes autorisés à penser que le Tout a créé l'Univers Mentalement, par le même procédé que l'homme crée des images mentales. C'est justement ici que la voix de la Raison s'accorde avec la voix des Illuminés, comme leurs enseignements et leurs ouvrages l'ont montré. Tels sont les enseignements des Sages. Tel était l'enseignement d'Hermès.

Le Tout ne peut pas créer autrement que mentalement, sans utiliser des matériaux (nous avons vu qu'il n'en existait pas autour de lui) et sans se reproduire lui-même, ce qui est également impossible. Nous ne pouvons échapper à cette conclusion de la Raison qui, ainsi que nous venons de le dire, concorde avec les enseignements supérieurs des Illuminés. De même qu'il vous est possible, à vous, mon élève, de créer un Univers dans votre mentalité, de même Le Tout peut créer l'Univers dans sa propre Mentalité. Mais, votre Univers, à vous, est la création mentale d'un Esprit Fini, tandis que celui du Tout est la création d'un Esprit Infini. Ils sont tous deux d'espèce semblable, mais ils diffèrent infiniment en degré. Dans la suite, nous étudierons plus complètement le processus de création et de manifestation. Mais, dès maintenant, il faut imprimer fortement dans votre esprit ceci : L'Univers, et tout ce qu'il contient, est une création mentale du Tout. Réellement, sans le moindre doute, tout est Esprit !

"LE TOUT crée dans son Esprit Infini des Univers sans nombre qui existent pendant des milliers de siècles ; et cependant, pour LE TOUT, la création, l'évolution, le déclin et la mort d'un million d'Univers ne paraît pas plus long qu'un clignement de paupières."

LE KYBALION.

"L'Esprit Infini DU TOUT est le sein des Univers."

LE KYBALION.

Le Principe du Genre (voyez la première leçon et les chapitres qui vont suivre) se manifeste sur tous les plans de vie, matériel, mental et spirituel.

Mais, comme nous l'avons déjà dit, "Genre" ne signifie pas "Sexe" ; le sexe n'est qu'une manifestation matérielle du Genre. "Genre" signifie "se rapportant à la génération ou à la création". Partout où quelque chose est créé, sur un plan quelconque de la vie, le Principe du Genre doit se manifester. Et cela est vrai également, même pour la création des Univers.

Surtout, n'allez pas vous empresser de conclure que nous enseignons qu'il y a un Dieu ou un Créateur mâle ou femelle. Cette idée n'est qu'une altération des anciens enseignements sur ce sujet. Le véritable enseignement nous apprend que Le Tout en lui-même, est au-dessus du Genre, comme il est au-dessus de n'importe quelle autre Loi, y compris celles du Temps et de l'Espace.

Il est la Loi d'où découlent les autres Lois et il ne leur est pas soumis. Mais quand Le Tout se manifeste sur le plan de la génération et de la création, il agit alors en concordance avec la Loi et le Principe, car il se meut sur un plan inférieur de l'Existence. En conséquence, il manifeste le Principe du Genre, sous des aspects Masculins et Féminins et cela, naturellement, sur le Plan Mental.

Cette idée peut paraître renversante à ceux qui l'entendent pour la première fois ; cependant chacun de vous l'a passivement acceptée dans ses relations quotidiennes. Vous parlez constamment de la Paternité de Dieu, le Père Divin, de la Maternité de la Nature, la Mère Universelle ; vous avez ainsi instinctivement l'intuition du Principe du Genre dans l'Univers. Est-ce vrai ?

La doctrine hermétique n'implique pas une dualité réelle ; Le Tout est Un ; les Deux Aspects qu'il possède quelquefois ne sont que des différences de manifestation. L'idée directrice de l'enseignement est que le Principe Masculin manifesté par Le Tout se tient, dans un sens, en dehors de la création mentale actuelle de l'Univers. Il dirige sa Volonté sur le Principe Féminin, que nous pouvons appeler "Nature", c'est ainsi que commence le travail actuel de l'évolution de l'Univers, à partir de simples "centres d'activité" qui se trouvent dans l'homme ; l'évolution progresse et devient de plus en plus élevée, tout s'accordant pour établir convenablement et fortifier puissamment les Lois de la Nature. Si vous préférez les anciennes images de la pensée, vous pouvez vous représenter le Principe Masculin sous la forme de Dieu, le Père, et le Principe Féminin sous la forme de la Nature, la Mère Universelle, du sein de laquelle toutes les choses ont été créés. Cela n'est pas simplement une figure poétique du langage ; c'est une véritable idée du processus actuel de la création de l'Univers. Mais souvenez-vous toujours que Le Tout est Un et que c'est dans son Esprit Infini que l'Univers a été créé et existe actuellement.

Appliquer la Loi de Correspondance à vous-même et à votre propre Esprit pourra vous aider à acquérir des idées justes. Vous savez que cette partie de vous-même que vous appelez "Je", reste à part et n'est qu'un simple témoin de la création des Images mentales dans votre Esprit. La partie de votre esprit dans laquelle s'accomplit la génération mentale peut s'appeler le "Moi" pour la distinguer du "Je" qui reste témoin inactif et ne fait qu'examiner les pensées, les idées et les images du "Moi". "Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas", souvenez-vous en bien ; les phénomènes qui se produisent sur un plan de vie peuvent être employés à résoudre les mystères des plans supérieurs et inférieurs.

Trouvez-vous surprenant que Vous, qui êtes un enfant, perceviez ce respect instinctif pour Le Tout, sentiment que nous appelons "religion", ce respect et cette déférence pour l'Esprit paternel ? Trouvez-vous surprenant que, lorsque vous considérez les travaux et les merveilles de la Nature, vous soyez saisi d'un sentiment violent qui a ses racines profondément enfoncées dans votre être le plus intime ? C'est l'esprit Maternel que vous pressez tendrement contre vous comme un enfant sur votre poitrine.

Ne commettez pas l'erreur de supposer que le petit monde que vous voyez autour de vous, la Terre, qui n'est qu'un simple grain de sable dans l'Univers, est l'Univers lui-même. Il y a des millions et des millions de mondes pareils qui sont infiniment plus grands encore. Et il y a des millions et des millions de semblables Univers qui existent au sein de l'Esprit Infini du Tout. Et même dans notre petit système solaire, il existe des régions et des plans de vie de beaucoup supérieurs aux nôtres et des êtres auprès desquels, pauvres mortels aveugles, nous sommes comme ces animaux informes et gluants qui reposent sur le lit de l'Océan. Il existe de ces êtres qui possèdent des pouvoirs et des attributions bien supérieurs à ce que l'Homme a toujours rêvé de voir en la possession des dieux. Et cependant ces êtres n'ont existé qu'une fois comme vous, puis ils ont dégénéré ; vous deviendrez aussi puissants qu'eux, mais vous vous perfectionnerez toujours et ne dégénérerez pas ; telle est la Destinée de l'Homme, comme l'enseignent les Illuminés.

La Mort n'est pas réelle, même dans le sens Relatif du mot ; ce n'est que le Berceau d'une nouvelle vie ; vous monterez plus haut, toujours plus haut, vers des plans de vie plus élevés et toujours supérieurs. L'Univers est votre patrie ; vous explorerez ses retraites les plus cachées avant la fin des Temps. Vous habitez dans l'Esprit Infini du Tout ; vos possibilités et vos facultés sont infinies à la fois dans le temps et dans l'espace. Quand viendra la fin du grand Cycle des Siècles, quand Le Tout attirera de nouveau en lui la plus infime de ses créations, vous partirez joyeusement, car vous serez alors capable de comprendre cette vérité que vous allez être Un avec le Tout. Ainsi parlent les Illuminés, ceux qui ont déjà bien avancé dans la Voie.

Pour l'instant, restez calmes et confiants ; vous êtes garantis et protégés par le Pouvoir Infini de l'Esprit Paternel et Maternel.

"Au sein de l'Esprit Paternel et Maternel,

les enfants mortels sont chez eux."

LE KYBALION.

"Il n'existe personne, dans l'Univers, qui soit sans Père, ni Mère."

LE KYBALION

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 01:52

La Transmutation mentale

"L'Esprit, de même que les métaux et les éléments, peut passer d'un état à un état différent, d'un degré à un autre, d'une condition à une autre, d'un pôle à un autre pôle, d'une vibration à une autre vibration.

 La Vraie Transmutation Hermétique est un Art Mental".

Le Kybalion

Comme nous l'avons, déjà dit, les hermétistes ont été les premiers alchimistes, les premiers astrologues et les premiers psychologues et c'est Hermès qui a été le fondateur de toutes ces écoles de la pensée. De l'Astrologie est sortie l'Astronomie moderne ; de l'Alchimie est sortie la Chimie moderne ; de la Psychologie mystique est née la psychologie de nos écoles. Mais. on ne doit pas supposer que les anciens ignoraient et que les écoles modernes croient leur propriété spéciale et exclusive. Les hiéroglyphes gravés sur les monuments de l'ancienne Egypte prouvent, de toute évidence, que les anciens avaient une connaissance parfaite de l'astronomie ; d'ailleurs, les Pyramides ont été construites dans le but de servir à l'étude de cette science. Ils n'ignoraient pas non plus la Chimie ; en effet, les fragments des écritures anciennes qui sont parvenus jusqu'à nous montrent qu'ils étaient familiers avec les propriétés chimiques des corps ; à vrai dire, les anciennes théories concernant la Physique sont lentement vérifiées par les découvertes toutes récentes de la science moderne, surtout en ce qui concerne la constitution de la matière. Il n'est pas non plus permis de supposer qu'ils ignoraient les découvertes soi-disant modernes en Psychologie ; bien au contraire, les Egyptiens étaient particulièrement érudits en science psychologique, surtout dans les branches que les écoles modernes ignorent encore mais qui, malgré tout, commencent à paraître au jour sous le nom de "sciences psychiques" ; celles-ci rendent bien perplexes les philosophes d'aujourd'hui, mais ils commencent cependant à admettre "qu'il pourrait bien, après tout, y avoir quelques vérités en elles." En réalité, en dehors de la Chimie, de l'Astronomie et de la Psychologie matérielle (il s'agit ici de la psychologie dans sa phase d'action mentale) les anciens possédaient une connaissance étendue d'Astronomie transcendantale, c'est-à-dire d'astrologie, de chimie transcendantale appelée alchimie, de psychologie transcendantale c'est-à-dire psychologie mystique. Ils possédaient le Savoir Intérieur aussi bien que le Savoir Extérieur, tandis que les savants modernes ne possèdent que ce dernier. Parmi les nombreuses branches secrètes de connaissances qu'avaient les Hermétistes, se trouvait celle qui est connue sous le nom de Transmutation Mentale et constitue le sujet de cette leçon.

"Transmutation" est un mot communément employé pour désigner l'art ancien de la transmutation des métaux grossiers en or. Le mot "Transmuter" signifie "changer une nature, une forme ou une substance en une autre ; la transformer" (Webster). Par suite, la "Transmutation Mentale" est l'art de changer, de transformer des états, des formes et des conditions mentales en d'autres conditions de nature différente. Il vous est maintenant facile de comprendre que la Transmutation Mentale n'est que "l'Art de la Chimie Mentale", ou si vous préférez, une forme de Psychologie Mystique pratique.

Mais ce mot signifie encore plus qu'il ne paraît. La Transmutation, l'Alchimie ou la Chimie sont assez importantes dans leurs effets sur le Plan Mental pour ne pas être mises en doute. Si "l'Art de la Chimie Mentale" s'en tenait là, il serait tout de même une des branches d'études les plus importantes connues de l'homme. Mais, ce que nous avons dit ne constitue qu'un commencement. Voyons pourquoi.

Le Premier des Sept Principes Hermétiques est le Principe du Mentalisme, dont l'axiome est : "Le TOUT est Esprit" ; "l'Univers est Mental", ce qui signifie que la Réalité de l'Univers est Esprit et que l'Univers, lui-même, est Mental, c'est-à-dire qu'il "existe dans l'Esprit DU TOUT". Nous étudierons complètement ce Principe dans les prochaines leçons ; voyons dès maintenant si son effet est véritable.

Si l'Universel est Mental, la Transmutation Mentale doit être l'art de modifier les conditions de l'Univers, en ce qui concerne la Matière, la Force et l'Esprit. Vous voyez donc que la Transmutation Mentale est vraiment la "Magie" dont les anciens écrivains ont tant parlé dans leurs ouvrages mystiques, mais pour laquelle ils ont donné si peu d'instructions pratiques. Si Tout est Mental, l'art pourra permettre à tout individu de transmuter ses conditions mentales ; il pourra rendre le Maître contrôleur des conditions matérielles aussi bien que de celles ordinairement appelées mentales.

Dans tous les cas, seuls les Alchimistes Mentaux avancés ont été capables d'atteindre le degré de pouvoir suffisant pour être à même de contrôler les conditions physiques les plus imposantes comme les éléments de la Nature, la production ou la cessation des tempêtes, la production ou la cessation des tremblements de terre et les autres grands phénomènes physiques. Le fait que de tels hommes ont existé et qu'il en existe encore aujourd'hui est accepté de tous les occultistes avancés de nos différentes écoles. Que les Maîtres existent et qu'ils aient en leur possession ces pouvoirs, les meilleurs professeurs l'affirment à leurs élèves, ayant vu des faits, des exemples qui les justifient dans de telles croyances et de telles affirmations. Ces Maîtres ne font pas une exhibition publique de leurs pouvoirs ; au contraire, ils s'isolent des foules dans le but de suivre plus consciencieusement le Chemin de l'Idéal. Nous mentionnons leur existence à cet endroit de notre livre, pour appeler votre attention sur le fait que leur pouvoir est entièrement Mental, et qu'il agit en suivant les lois de la Transmutation Mentale supérieure et du Principe Hermétique du Mentalisme. "L'Univers est Mental".

Mais les élèves et les hermétistes inférieurs aux Maîtres, aux Initiés et aux Professeurs sont également capables de réaliser avec facilité la Transmutation sur le Plan Mental. En résumé, tout ce que nous appelons "phénomène psychique", "influence mentale", "science mentale", "phénomène de pensée nouvelle", etc., obéit aux mêmes lois générales ; de quelque nom qu'on désigne le phénomène, il n'y a jamais qu'un seul principe invoqué. L'élève et le praticien de la Transmutation Mentale agissent dans le Plan Mental, transformant les conditions et les états mentaux en des conditions et des états différents, grâce à un certain nombre de formules plus ou moins efficaces. Les divers "traitements", "affirmations", dénégations", etc., des écoles de la science mentale, ne sont que des formules de l'Art hermétique, souvent très imparfaites et peu scientifiques. La majorité des praticiens modernes est très ignorante, si on la compare aux anciens maîtres, car il lui manque les connaissances fondamentales sur lesquelles tout l'ouvrage est basé.

Non seulement il est possible à quelqu'un de changer ou de transmuter ses propres états mentaux à l'aide des Méthodes hermétiques, mais encore il lui est possible de modifier les états des autres ; d'ailleurs il en est constamment ainsi, quelquefois inconsciemment mais plus souvent consciemment de la part de quelques individus qui ont compris les lois et les principes de protection personnelle. Mieux encore, comme un grand nombre d'adeptes et de praticiens de la science mentale moderne le savent, toute condition matérielle inhérente à l'esprit des autres individus peut être modifiée ou transmutée grâce à un désir ardent, à une volonté puissante, et aux "agissements" de ceux qui désirent changer leurs conditions de vie. Le public est généralement si bien informé à notre époque de ces sortes de choses qu'il ne nous a pas paru nécessaire de décrire longuement leurs procédés ; notre but est plutôt de montrer simplement que l'Art et le Principe hermétique se trouvent sous toutes sortes de pratiques, si différentes qu'elles puissent paraître, qu'elles soient bonnes ou mauvaises ; la force, en effet, peut être utilisée dans deux directions contraires, suivant le Principe hermétique de la Polarité.

Dans ce petit ouvrage, nous décrirons les principes, fondamentaux de la Transmutation Mentale, celui qui les lira aura beaucoup de chances pour bien comprendre les Principes sous-jacents, et posséder ainsi la Maîtresse-Clef susceptible d'ouvrir les nombreuses portes du Principe de Polarité.

Nous allons continuer maintenant par l'étude du premier des Sept Principes Hermétiques, le Principe du Mentalisme, qui explique la vérité que "LE TOUT est Esprit ; l'Univers est Mental", selon les paroles du Kybalion. Nous recommandons à nos élèves la plus grande attention et une étude très sérieuse de cet important Principe, car c'est vraiment le Principe fondamental de toute la Philosophie Hermétique, et de l'Art Hermétique de la Transmutation Mentale.

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 01:12

Les Sept principes hermétiques

"Les principes de la vérité sont au nombre de sept ;

celui qui les connaît et qui les comprend possède la clef magique qui

ouvrira toutes les Portes du Temple avant même de les toucher."

Le Kybalion

Les Sept principes hermétiques, sur lesquels la Philosophie hermétique tout entière est basée, sont les suivants :

1. Le Principe de Mentalisme.

2. Le Principe de Correspondance.

3. Le Principe de Vibration.

4. Le Principe de Polarité.

5. Le Principe de Rythme

6. Le Principe de Cause et d'Effet.

7. Le Principe de Genre.

Ces sept principes seront discutés et commentés au fur et à mesure que nous avancerons dans ces leçons. Cependant, dès maintenant, nous allons donner une courte explication de chacun.

 

1. Le Principe de Mentalisme

"Le Tout est Esprit ; l'Univers est Mental".

Le Kybalion

Ce Principe implique cette vérité que "Tout est Esprit". Il explique que le Tout qui est la Réalité Substantielle se trouvant dans toutes les manifestations et les apparences extérieures que nous connaissons sous le nom "d'Univers Matériel", "Phénomène de la Vie", "Matière", ("Energie", et en un mot tout ce qui est apparent (à nos sens matériels) est Esprit lequel, en lui-même, est inconnaissable et indéfinissable, mais qui peut être considéré et pensé comme un Esprit Universel, Infini, Vivant. Il explique encore que le monde ou l'univers "phénoménal" n'est qu'une simple Création Mentale du Tout sujette aux Lois des Choses Créées ; que l'univers considéré dans son entier ou dans ses parties, existe dans l'Esprit du Tout, que c'est dans cet Esprit "que nous vivons, que nous agissons et que nous sommes nous-mêmes". Ce Principe, en établissant la Nature Mentale de l'Univers, explique facilement tous les divers phénomènes mentaux et psychiques qui occupent une si grande place dans l'attention publique et qui, sans explications, ne sont pas compréhensibles et défient toute interprétation scientifique. Comprendre ce grand Principe hermétique du Mentalisme permet à l'individu de saisir avec facilité les lois de l'Univers Mental, et de les appliquer à son bien-être et à son perfectionnement.

L'Etudiant hermétique est capable d'appliquer intelligemment les grandes Lois Mentales au lieu de s'en servir au hasard. En possession de la Maîtresse-Clef, l'étudiant peut ouvrir les innombrables portes du temple mental et psychique du savoir, et y pénétrer librement et intelligemment. Ce principe explique la véritable nature de "l'Energie", du "Pouvoir" et de la "Matière" et pourquoi et comment ils sont subordonnés à la Maîtrise de l'Esprit. Un des vieux Maîtres hermétiques a écrit il y a bien longtemps : "Celui qui comprend la vérité de la Nature Mentale de l'Univers est déjà bien avancé sur le Chemin de la Maîtrise."

Ces paroles sont aussi vraies aujourd'hui qu'elles l'étaient au temps où elles furent écrites. Sans Maîtresse-Clef, la Maîtrise est impossible, et l'élève s'en va frapper en vain aux innombrables portes du Temple.

2. Le Principe de Correspondance.

"Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est

en Bas est comme ce qui est en Haut."

Le Kybalyon

Ce Principe implique la Vérité qu'il y a toujours un rapport constant entre les lois et les phénomènes des, divers plans de l'Etre et de la Vie. Le vieil axiome hermétique l'explique en ces termes. "Ce qui est en Haut est comme ce qui est en Bas ; ce qui est en Bas est comme ce qui est en Haut". Comprendre ce principe confère les moyens de résoudre bien des paradoxes obscurs et bien des secrets cachés de la Nature. Il existe des plans de vie que nous ignorons complètement ; mais quand nous leur appliquons le Principe de Correspondance, nous devenons capables de comprendre plus loin qu'il ne nous aurait été possible de le faire autrement. Il se manifeste et s'applique partout dans l'univers, sur les divers plans de l'univers matériel, mental et spirituel ;c'est une Loi Universelle. Les anciens hermétistes le considéraient comme un des instruments mentaux les plus importants à l'aide duquel l'homme était capable de renverser victorieusement les obstacles qui surgissaient en face de l'Inconnu. C'est à lui qu'il fut possible d'écarter le Voile d'Isis au point d'entrevoir dans un éclair une partie de la figure de la déesse. De même que la connaissance des Principes de Géométrie permet à l'astronome assis dans son laboratoire de mesurer la distance des astres et de suivre leurs mouvements, de même la connaissance du Principe de Correspondance permet à l'homme de déduire intelligemment l'Inconnu du Connu. En étudiant la monade, il comprend l'archange.

3. Le Principe de Vibration.

"Rien ne repose ; tout remue ; tout vibre".

Le Kybalion

Ce Principe implique la vérité que "tout est en mouvement", "tout vibre", "rien n'est à l'état de repos", faits que la science moderne accepte et que toute nouvelle découverte scientifique tend à vérifier. Il y a des milliers d'années que les Maîtres de l'ancienne Egypte ont énoncé ce Principe hermétique. Il explique que les différences existant entre les diverses manifestations de la Matière, de l'Energie, de l'Ame, et même de l'Esprit, sont la conséquence d'une proportion inégale de Vibrations. Depuis le Tout, qui est l'Esprit Pur, jusqu'aux formes les plus grossières de la matière, tout vibre ; plus grande est la vibration, plus haute est la position sur l'échelle. La vibration, de l'Esprit est tellement intense et si infiniment rapide qu'elle est pratiquement en repos, de même qu'une roue qui tourne avec une grande rapidité paraît arrêtée. A l'autre extrémité de l'échelle il y a les formes grossières de la matière dont les vibrations sont si lentes qu'elles paraissent ne pas exister. Entre ces deux pôles opposés, il y a des millions et des millions de degrés différents de vibrations. Depuis le corpuscule et l'électron, depuis l'atome et la molécule jusqu'aux mondes et aux univers, tout se meut, tout vibre. Cela est vrai également pour l'énergie et pour la force, qui ne sont que des degrés différents de vibration ; cela est vrai encore pour le plan mental dont les vibrations régissent l'état, et même pour le plan spirituel. L'étudiant en hermétisme qui comprend bien ce Principe et ses formules appropriées est capable de contrôler ses propres vibrations mentales aussi bien que celles des autres. Les Maîtres utilisent également ce Principe de diverses manières pour triompher des phénomènes de la nature. "Celui qui a compris les principe de la Vibration, s'est emparé du sceptre du pouvoir", a dit un ancien écrivain.

4. Le Principe de Polarité

"Tout est Double ; toute chose possède des pôles ; tout a deux extrêmes ;

semblable et dissemblable ont la même signification ;

les pôles opposés ont une nature identique mais des degrés différents ;

les extrêmes se touchent ;

toutes les vérités ne sont que des demi-vérités ;

tous les paradoxespeuvent être conciliés."

Le Kybalion

Ce Principe implique la vérité que "tout est double", "tout a deux pôles", "tout a deux extrêmes" ; ces phrases sont de vieux axiomes hermétiques. Elles expliquent les anciens paradoxes qui ont rendu perplexes tant de gens et que l'on a exprimés comme il suit : "La thèse et l'antithèse ont une nature identique, mais des degrés différents" ; "les contraires sont semblables et ne diffèrent que par leur degré" ; "les pôles opposés peuvent se concilier" ; "les extrêmes se touchent" ; "tout est et n'est pas, en même temps" ; "toutes les vérités ne sont que des demi-vérités" ; "toute vérité est à moitié fausse" ; "il y a deux faces à chaque chose", etc., etc. Le Principe de Polarité explique que, dans toute chose, il y a deux pôles, deux aspects opposés, et que les "contraires" ne sont en réalité que les deux extrêmes du même objet entre lesquels sont intercalés des degrés différents. Par exemple : le chaud et le froid bien "qu'opposés" sont en réalité une seule et même chose ; ils se distinguent simplement par une différence de degrés. Consultez votre thermomètre et voyez s'il vous est possible de découvrir où le "chaud" se termine et où le "froid" commence ! Il n'existe pas un "chaud absolu" ni un "froid absolu" ; ces deux termes "chaud"et "froid" indiquent simplement des degrés différents de la même chose, et cette "même chose" qui se manifeste comme "chaud" et "froid" est une simple forme, une Variante de la Vibration., Ainsi "chaud" et "froid" ne sont que les "deux pôles" de ce que nous appelons "Chaleur", et les phénomènes qui les accompagnent sont les manifestations du Principe de Polarité. Le même Principe est vrai dans le cas de "Lumière" et "Obscurité", qui sont une seule et même chose, la distinction consistant en une différence de degrés entre les deux pôles du phénomène. Quand la "nuit" nous quitte-t-elle et quand le "jour" commence-t-il ? Quelle différence y a-t-il entre "Grand et Petit ?" Entre "Facile et Difficile ?" Entre "Blanc et Noir ?" Entre "Tranchant et émoussé ? '" Entre "Calme et Inquiet ?" Entre "Haut et Bas ?" Entre "Positif et Négatif ?" Le Principe de Polarité explique ces paradoxes et aucun autre ne peut le remplacer. C'est encore, le même Principe qui agit dans le plan mental. Prenons un exemple extrême, mais radical, celui de la "Haine et de l'Amour", deux états mentaux en apparence totalement différents. Et encore, il y a différents degrés dans la Haine et dans l'Amour ; il y a même des sentiments intermédiaires pour lesquels nous employons les mots de "Sympathie" et "d'Antipathie" qui arrivent à se confondre si étroitement qu'on a souvent beaucoup de difficulté à savoir si quelqu'un vous est sympathique, antipathique ou s'il vous est indifférent. Ces sentiments opposés ne sont que des degrés différents d'un sentiment unique, comme vous le comprendrez si vous voulez bien y réfléchir un petit instant. Mieux que tout cela, et les hermétistes y attachent une importance bien plus considérable, il est possible de changer, dans son propre esprit et dans l'esprit des autres, des vibrations de Haine en vibrations d'Amour. Beaucoup d'entre vous, qui lisez ces lignes, ont fait l'expérience personnelle de la transition rapide involontaire qui peut se faire entre l'Amour et la Haine, et vice versa, en votre propre personne et en celle des autres. Vous comprendrez alors qu'il vous est possible de réaliser cette chose à l'aide de votre Volonté, en utilisant les formules hermétiques. Le "Bien" et le "Mal" ne sont que des pôles différents d'une même chose ; l'hermétiste connaît l'art de transformer le Mal en Bien, par l'application du Principe de Polarité. En somme, "l'Art de Polarisation" devient une phase de "l'Alchimie Mentale", connue et pratiquée par les Maîtres anciens et modernes de l'Hermétisme. La compréhension de ce Principe permet de modifier sa propre Polarité aussi bien que celle des autres, si l'on veut consacrer le temps et l'étude nécessaire pour devenir un maître de l'art.

5. Le Principe de Rythme

"Tout s'écoule, au dedans et au dehors ;

 toute chose a sa durée ; tout évolue puis dégénère ;

le balancement du pendule se manifeste dans tout ;

la mesure de son oscillation à droite est semblable

à la mesure de son oscillation à gauche ;

le rythme est constant."

Le Kybalion

Ce principe implique la vérité qu'il se manifeste dans toute chose un mouvement mesuré d'allée et venue, un flux et un reflux, un balancement en avant et en arrière, un mouvement pareil à celui d'un pendule, quelque chose de semblable à la marée montante et descendante, à une mer pleine et à une mer basse ; ce mouvement d'allée et venue se produit entre les deux pôles, dont le Principe de Polarité décrit il y a quelques instants, nous a montré l'existence. Il y a toujours une action et une réaction, un progrès et un recul, un maximum et un minimum. Il en est ainsi pour tous les. éléments de l'Univers, les soleils, les mondes, les hommes, les animaux, l'esprit, l'énergie et la matière. Cette loi se manifeste dans la création et la destruction des mondes, dans le progrès et la décadence des nations, dans la vie de toute chose et enfin dans l'état mental de l'homme ; c'est pour cette dernière chose que les hermétistes estiment plus importante la compréhension du principe. Les hermétistes l'ont bien compris ; ils ont trouvé que son application était universelle ; ils ont aussi découvert certains moyens pour annihiler en eux-mêmes ses effets par l'usage des formules et des méthodes appropriées. Ils appliquent la Loi Mentale de la Neutralisation. Ils ne peuvent annuler le Principe ni arrêter son cours, mais ils ont appris à éviter ses effets sur eux-mêmes à un certain degré qui dépend de leur degré de Maîtrise. Ils ont appris à l'utiliser, au lieu d'être utilisés par lui. C'est en cela et en des méthodes similaires que consiste l'Art des hermétistes. Le Maître en hermétisme se polarise lui-même au point où il veut rester ; puis il neutralise le balancement Rythmique du pendule qui tendrait â le transporter vers l'autre pôle. Tous ceux qui ont acquis un certain degré de Maîtrise personnelle agissent ainsi dans une certaine mesure, plus ou moins inconsciemment ; le Maître, au contraire, le fait consciemment, par l'usage de sa Volonté ; il finit par atteindre un degré d'Equilibre et de Fermeté Mentale presque incroyable de la part des masses qui sont tirées en avant et en arrière comme un pendule. Ce Principe et le Principe de Polarité et les méthodes pour les contrecarrer, les neutraliser,ont été minutieusement étudiés par les hermétistes, et les utiliser constituent une partie importante de l'Alchimie Hermétique Mentale.

 

6. Le Principe de Cause et d'Effet

"Toute Cause a son Effet ; tout Effet a sa Cause ; tout arrive

conformément à la Loi ; la Chance n'est qu'un nom donné à la

Loi méconnue ; il y a de nombreux plans de causalité, mais

rien n'échappe à la Loi,"

Le Kybalion

Ce Principe implique le fait qu'il existe une Cause pour tout Effet produit et un Effet pour toute Cause. Il explique que : "Tout arrive conformément à la Loi" ; que "jamais rien n'arrive fortuitement" ; que le Hasard n'existe pas ; que, puisque il y a des plans différents de Cause et d'Effet, et que le plan supérieur domine toujours le plan inférieur, rien ne peut échapper entièrement à la Loi. Les hermétistes connaissent jusqu'à un certain point l'art et les méthodes de s'élever au-dessus du plan ordinaire de la Cause et de l'Effet. En s'élevant mentalement à un plan supérieur, ils deviennent la Cause au lieu d'être l'Effet. Les foules se laissent docilement emmener ; elles obéissent à tout ce qui les entoure, aux volontés et aux désirs de ceux qui sont plus puissants qu'elles, à l'hérédité, à la suggestion, et à toutes les autres causes extérieures qui les dirigent comme de simples pions sur l'Echiquier de la Vie. Les Maîtres, au contraire, s'élevant sur le plan supérieur, dominent leurs sentiments, leur caractère, leurs qualités et leurs pouvoirs aussi bien que ce qui les environne ; ils deviennent des Maîtres au lieu d'être des pions. Ils jouent le jeu de la vie au lieu d'être joués et dirigés par la volonté des autres et par les influences extérieures. Ils se servent du Principe au lieu d'être ses outils. Les Maîtres obéissent à la Causalité du plan supérieur, mais ils règnent sur leur propre plan. Il y a, dans cette affirmation une véritable fortune de connaissances hermétiques. Le comprenne qui pourra.

7. Le Principe de Genre

"Il y a un genre en toutes choses ;

tout a ses Principes Masculin et Féminin ;

le Genre se manifeste sur tous les plans."

Le Kybalion

Ce Principe implique la vérité que le Genre existe en tout ; les Principes Masculin et Féminin sont constamment en action. Cela est vrai, non seulement sur le Plan Physique, mais encore sur le Plan Mental et même sur le Plan Spirituel. Sur le Plan Physique, le Principe se manifeste sous la forme du sexe ;sur le Plan Supérieur, il prend des formes plus élevées, mais il est toujours le même. Aucune création physique, mentale ou spirituelle n'est possible sans lui. La compréhension de ses Lois jettera la lumière sur bien des sujets qui ont constamment rendu perplexes l'esprit des hommes. Le Principe du Genre agit toujours pour créer et pour régénérer. Toute chose, tout individu, contient les deux Eléments Masculin et Féminin ou le grand Principe lui-même. Tout Elément Mâle a son Elément Féminin ; tout Principe Féminin contient le Principe Mâle. Si vous voulez comprendre la Philosophie de la Création et de la Régénération Mentale et Spirituelle, vous devez étudier et comprendre ce Principe hermétique. Il renferme la solution d'un grand nombre des mystères de la Vie. Nous tenons à vous avertir qu'il n'a aucune parenté avec les nombreuses théories fondamentales, pernicieuses et dégradantes, avec les enseignements et les pratiques qui sont répandues sous des titres de fantaisie et qui ne sont qu'une prostitution du Grand Principe naturel du Genre. De telles réminiscences des anciennes formes infamantes du Phallicisme tendent à ruiner l'intelligence, le corps et l'esprit ; la Philosophie hermétique s'est toujours élevée avec indignation contre ces enseignements dégradés qui conduisent à la luxure, aux passions immodérées et à la perversion des principes de la Nature. Si ce sont eux que vous recherchez, quittez immédiatement ce livre ; l'Hermétisme n'a rien qui puisse vous être utile. Pour ceux qui sont purs, tout est pur ; pour ceux qui sont vils, tout est vil.

Posté par Adriana Evangelizt

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article