Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

30 septembre 2007 7 30 /09 /septembre /2007 14:49

 

 

 

ABRAHAM

Extrait du dictionnaire des Sciences Occultes et des Idées superstitieuses

de Jacques-Albin Simon Colin de Plancy

1846

 

Tout le monde connaît l'histoire de ce saint patriarche, écrite dans les livres sacrés; mais on ignore peut-être les contes dont il a été l'objet.

Les Orientaux voient dans Abraham un habile astrologue et un puissant magicien.

Suidas et Isidore lui attribuent l'invention de l'alphabet et de la langue des Hébreux.


Les rabbins font encore Abraham auteur d'un livre De l'explication des songes, que Joseph, disent-ils, avait étudié avant d'être vendu par ses frères. On met aussi sur son compte un ouvrage intitulé Jetzirah, ou la Création , que plusieurs disent écrit par le rabbin Akiba. Les Arabes possèdent ce livre cabalistique, qui traite de l'origine du monde ; ils l'appellent le Sepher. On dit que Vossius , qui raisonnait tout de travers là-dessus, s'étonnait de ne pas le voir dans les livres canoniques. Postel l'a traduit en latin : on l'a imprimé à Paris en 1552 ; à Mantoue en 1562, avec cinq commentaires ; à Amsterdam en 1642. On y trouve de la magie et de l'astrologie. — « C'est un ouvrage cabalistique très-ancien et très-célèbre, dit le docteur Rossi. Quelques-uns en font auteur Akiba; d'autres le croient composé par un écrivain antérieur au Thalmud , dans lequel il en est fait mention. » — Le titre de l'ouvrage porte le nom d'Abraham ; mais ajoutons qu'il y a aussi des opinions qui le croient écrit par Adam lui-même.

Légendes orientales d'Abraham.

Les Orientaux ne racontent donc pas l'histoire d'Abraham aussi simplement que nos livres saints. Ils disent que Nemrod, régnant à Babylone, vit en songe une étoile dont l'éclat effaçait le soleil. Ses devins lui conseillèrent là-dessus de prendre garde à lui, parce qu'un tel songe annonçait qu'il devait naître dans son royaume un enfant de qui il aurait tout à craindre.

Nemrod ordonna aussitôt qu'on épiât bien les femmes enceintes , et qu'on mit à mort tous les enfants mâles qui viendraient à naître. Adna (appelée Emtelaï dans le Thalmud), femme d'Azan, l'un des principaux seigneurs du pays , était grosse ; mais aucun indice n'accusait sa grossesse. Elle s'en alla un jour dans une grotte écartée, mit au monde Abraham, et s'en revint à sa maison, après avoir soigneusement fermé l'entrée de la grotte. Elle allait tous les soirs visiter son enfant pour l'allaiter et le trouvait toujours occupé à téter ses deux pouces, dont l'un lui fournissait du lait et l'autre du miel. Elle ne fut pas moins surprise de reconnaître qu'il croissait en un jour comme les autres enfants en un mois. Dès qu'il fut grand, elle le conduisit à la ville, ou son père lui fit voir Nemrod, qu'on adorait. Il le trouva trop laid pour être un dieu: et miraculeusement éclairé, il tira ses parents de l'idolâtrie (1).

Comme il faisait des choses prodigieuses, on l'accusa de magie. Nemrod, excité par ses devins, condamna Abraham à être jeté dans une fournaise ardente. Mais la fournaise se changea en fontaine, la flamme en eau limpide, et Abraham ne prit qu'un bain. Un courtisan, frappé de cette merveille, dit à Nemrod :

—Seigneur, ce n'est pas là un magicien , mais un prophète.

Nemrod, irrité, fit jeter le courtisan dans une autre fournaise, qui se changea pareillement en une source d'eau fraîche ; et le voyageur Thévenot rapporte qu'on montre encore ces deux fontaines auprès d'Orfa.

Il y a sur ce point une autre version. Des écrivains mahométans content qu'Abraham, ayant connu le vrai Dieu, saisit le moment où son père était absent pour mettre en pièces toutes ses idoles, excepté celle de Baal, au cou de laquelle il pendit la hache qui avait fait tout le dégât. Son père élant de relour, il lui dit que ses idoles s'étaient querellées à l'occasion d'une offrande de froment, et que Baal, le plus gros, avait exterminé toutes les autres... C'est pour cela, ajoutent quelques doctes, que Nemrod voulut brûler Abraham.

Suidas et Isidore attribuent à Abraham, comme nous l'avons dit l'invention de l'alphabet et de la langue des Hébreux. Les Rabbins mettent sur son compte des livres cabalistiques et magiques, des psaumes, un testament et beaucoup d'autres pièces apocryphes. Les Guèbres soutiennent qu'il est le même que leur Zoroastre, qu'ils appellent Zerdust, c'est-à-dire l'ami du feu, nom qui lui fut donné, disent-ils, à cause de l'aventure de la fournaise. Philon fait d'Abraham un habile astrologue. Josephe dit (2) qu'il régna à Damas, où il tirait des horoscopes et pratiquait les arts magiques des Chaldéens. Tous ces doctes, venus longtemps après Moïse, savent toujours des histoires saintes beaucoup plus de particularités que Moïse même. Ils racontent gravement que le patriarche Abraham était profondément versé dans l'aruspicine ; qu'il enseignait une prière au moyen de laquelle on empêchait les pies de manger les semailles ; et qu'il eut affaire avec le diable en dix tentations dont il sortit toujours à son honneur.

Voici la plus curieuse de ces aventures :

Le diable un jour, considérant le cadavre d'un homme que la mer avait rejeté sur le rivage, et dont les bêtes féroces, les oiseaux de proie et les poissons avaient dévoré des lambeaux, songea que c'était une belle occasion pour
tendre un piège à Abraham sur la résurrection : il ne comprendra jamais, disait-il, que les membres de ce cadavre, séparés et disséminés dans le ventre de tant d'animaux différents, puissent se rejoindre pour former le même corps, au jour de la résurrection générale.

Dieu, sachant le projet de l'ennemi du genre humain, le seconda aussitôt ; car il dit à Abraham d'aller se promener au bord de la mer. Le patriarche obéit. Le diable ne manqua pas de se présenter à lui sous la figure d'un homme inquiet; et lui montrant le cadavre, il lui proposa le doute où il était au sujet de la résurrection. Mais Abraham, après l'avoir écouté, lui répondit :

— Quel motif raisonnable pouvez-vous avoir de douter ainsi? Celui qui a pu tirer toutes les parties de ce corps du néant, n'aura pas plus de peine à les retrouver dans l'univers pour les rejoindre. Le potier met en pièces un vase de terre, et le refait de la même terre, quand il lui plaît.

Dieu, satisfait d'Abraham, voulut achever de le convaincre. Il lui dit, s'il faut maintenant en croire le Coran : — Prenez quatre oiseaux , mettez-les en pièces, et portez-en les diverses parties sur quatre montagnes séparées; appelez-les ensuite, ces oiseaux viendront tous quatre à vous.

Les interprètes musulmans ajoutent que ces quatre oiseaux étaient une colombe, un coq, un corbeau et un paon ; que le patriarche, après les avoir mis en pièces, enfit un partage exact : quelques-uns disent même qu'il les pila dans un mortier, n'en fit qu'une masse et la divisa en quatre portions qu'il porta sur la cime de quatre montagnes différentes. Après cela, tenant à la main les quatre têtes qu'il avait réservées, il appela séparément les quatre oiseaux par leurs noms; chacun d'eux revint incontinent se rejoindre à sa tête et s'envola (3).

Abraham était devenu le père des pauvres du pays qu'il habitait. Une famine l'obligea de vider ses greniers pour les nourrir. Lorsqu'il eut épuisé cette ressource, il envoya ses gens et ses chameaux en Egypte, pour acheter du grain à un de ses amis qui était puissant dans la contrée ; mais cet ami répondit : « Nous craignons aussi la famine. D'ailleurs, Abraham a des provisions suffisantes, et je ne crois pas qu'il soit juste, pour nourrir les pauvres de son pays , de lui envoyer la subsistance des nôtres. »

Ce refus causa beaucoup de chagrin aux gens d'Abraham. Pour se soustraire à l'humiliation de reparaître les mains vides, ils remplirent leurs sacs de sable très-blanc et très-fin. Arrivés à la maison de leur maître, l'un d'eux lui dit à l'oreille le mauvais succès de leur voyage. Abraham cacha sa douleur et entra dans son oratoire. Sara reposait et n'avait rien appris ; voyant à son réveil des sacs pleins, elle en ouvrit un, vit de la bonne farine, et sur-le- champ se mit à cuire du pain pour les pauvres.

Abraham, après avoir fait sa prière, sentant l'odeur du pain nouvellement cuit, demanda à Sara quelle farine elle avait employée. — « Celle de votre ami d'Egypte, apportée par vos chameaux.

— Dites plutôt celle du véritable ami, qui est Dieu ; car c'est lui qui ne nous abandonne jamais au besoin. »

Dans ce moment qu'Abraham appela Dieu son ami, Dieu, disent les musulmans. le prit aussi pour le sien.

Il y a aussi des traditions orientales qui placent Abraham en qualité de juge à la porte de l'enfer (3), tandis que l'Eglise chrétienne, avec plus de vérité, met les élus dans son sein.

(1) Bibliothèque orientale de d'Hcrbelot

(2) Antiquités jud., liv. I, ch. 8.


(3) Bibliothèque orientale de dTferbelot

A suivre...

Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LE JUDAÏSME
commenter cet article

commentaires