Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 20:59

 

 

 

 2

Le message de la chapelle de St-Jean de Paulhac

 

par Pierre Dupuis

1 - Du carré Sator à la croix patté : chronique d'une découverte

 

Le relevé intérieur au sol des mensurations de la chapelle saint Jean de Paulhac montre une géométrie singulière :

Chaque carré intérieur au sol, indiqué par des colonnettes triples, mesure 5,6 mètres de côté, sauf le dernier, qui est oblong (actuel clocher), et s’obtient par rabattement de la diagonale.

n.b : Je renvoie, pour les propriétés de cette figure, à l’étude magistrale qu’en a fait l’égyptologue R.A. Schwaller de Lubicz, en particulier l’étude de la tombe de Ramsès IX, Vallée des Rois. Relation du mètre avec "pi" et la coudée royale. 


#  Il est bien évident que, pour pouvoir lire le nombre 56, il faut mesurer 5,6 mètres

Il existe bien d’autres données dans cette chapelle qui confirment la connaissance par son constructeur du système métrique. (une dalle au sol contient l’étalon métrique)

La longueur théorique intérieure est (3 + racine carrée de 5) x 5,6 = 29,3216 m. Soit 56 coudées royales. Le milieu théorique est donc 29,3216 / 2 = 14,6608 m. Ce qui nous rappelle la hauteur de la Grande Pyramide (146,608 m. = 280 coudées royales de 0,5236 m. = 56 "phi"2) De fait, il existe au milieu de la longueur, au sol, une dalle, signalée par des tracés géométriques sur le mur nord, rectangulaire, de dimensions 1,75 m. x 0,618 m. Entre le bord oriental de cette dalle et le milieu de la longueur intérieure de la chapelle, il y a un mètre. Le portail d’entrée, dont l’ordonnancement des claveaux est un subtil jeu de nombres renvoyant au Temple (carré SATOR), mesure dans sa hauteur d’ouverture "pi=3,14" dans le système métrique (3,1416 mètres). Et pi/2 dans sa largeur.

Ainsi, le plan au sol de la chapelle saint Jean de l’ancienne commanderie templière de Paulhac est le "montant" de la Porte mathématique fonction du nombre Pi, et la Porte complète est à Chartres. Porte de l’au-delà, bien connue des anciens égyptiens, dont le maître constructeur de Chartres a ramené la connaissance d’Egypte. Chartres, haut lieu druidique, qui est une "Porte" vers le Sidh (l’au-delà des Celtes). Porte qui s’ouvre la nuit de Samain. De retour d’Egypte, le maître a laissé une trace à Collioure, port d’embarquement pour ce pays à l’époque templière, gravée sur une pierre de l’ancienne forteresse.

La cathédrale de Chartres, porte de l’Au-delà

La porte du troisième pylône du temple de Karnac, se présentait ainsi : Amenhotep, XVIIIème dynastie

Au fronton de la porte, le disque solaire (ci-dessus en vert), connaissance des cycles des réincarnations (passages par la Porte), origine du Graal. A noter également : c’est à l’intérieur de ce pylône que furent retrouvés les blocs réemployés de la chapelle rouge d’Hatschepsout, inspiratrice du maître de Chartres. Le décryptage géométrique de cette porte est le suivant :

Pour la largeur d’ouverture de la porte valant 1, la hauteur vaut Pi, très exactement. Il s’agit de la porte "sba", qui signifie "étoile" et "enseignement" Enseignement que le maître de Chartres reçut dans le temple d’Egypte. A Chartres, le maître constructeur de la cathédrale gothique (1194), donne comme ouverture de la Porte 20 phi = 20 x 1,618 = 32,36 mètres - soit la largeur de la nef - (l’étalon est le mètre, conservé au fond du puits de la crypte). Ce qui donne comme largeur totale de la Porte 44 "phi" et comme hauteur totale 88 "phi" (phi = 1.1618). Le maître conserve ainsi la très antique fonction de Porte de l’au-delà au lieu sacré. La confirmation de l’étalon métrique du fond du puits est à l’aplomb de l’oeil gauche du Beau Dieu.

Le 11 juin 1194, la cathédrale romane de Chartres est ravagée par un incendie. Seules les deux tours du portail royal réchappent (sont conservées). C'est à partir de ces deux tours que le maître trace au sol le plan de la Porte.

Le premier élément construit est la "tour du Graal", actuelle tour nord de la chapelle saint Piat (ci-dessous en orange). Rappelons nous le disque solaire de la porte égyptienne ci-dessus. Elle fixe l’axe longitudinal de la cathédrale. Elle fixe aussi les nombres, le plan, et la mesure qui serviront à l’édification du bâtiment. Diamètre intérieur : 3,4 mètres, donc rayon 1,7 m. (le nombre du Graal est 17). Epaisseur du mur : 1,1 m. Soit diamètre extérieur 5,6 mètres. (cf. Paulhac) Le tracé du choeur est fait à partir du centre de la tour du Graal. Il est celui de la croix expliqué en premier temps. Le carré de base servant à la construction du choeur a 44 m. de côté. Chaque unité (correspondant à la palme) vaut 8,8 mètres. Le diamètre du choeur vaut donc 8,8 x 3 x "phi" = 42,716 m. L’écartement entre les deux tours étant de 7,777 m., la demi largeur de la nef est : 2,8 + 7,777 + 5,6 = 16,177 mètres = "Phi".

Toute la construction de la cathédrale est basée sur ce même principe de construction de la croix, avec les mêmes nombres et la même unité de mesure : le choeur, les piliers, le labyrinthe, les rosaces... Ci-dessus en violet : le plan au sol de la chapelle de Paulhac, tracé en proportion et à l’échelle. Ce qui implique la largeur des transepts de Chartres : 56 coudées royales. Ainsi, les deux statues dites du "Beau Dieu" et de "Sainte Anne", respectivement au porche sud et au porche nord, sont placées chacune à un sommet d’un triangle équilatéral, dont le troisième sommet est au centre du seuil de la Porte. Le côté de ce triangle vaut deux fois l’ouverture de la Porte (20 phi = 32,36m.). Soit 40 "phi".

Sa hauteur vaut 56 mètres.

Le nombre 56, que nous rencontrons depuis le départ (les 56 fosses du cercle d’origine de Stonehenge), est un nombre sacré. C’est le nombre du Canon Royal, issu de la Division Harmonique, modèle des proportions humaines, tant physiques que spirituelles.

Le Maître de Chartrez aurait-il pu employer pour la construction du temple, en ce lieu sacré de temps immémoriaux, de vils pieds de marchands drapiers ?

Certes non !...

C’est le mètre, longueur d’onde lumineuse qui est employé à Chartres (il est au fond du puits préceltique de la crypte), comme il est employé à Stonehenge et dans la Grande Pyramide. Puits qui marquait le Méridien d’Origine aux temps druidiques.

La suite... L'Arche d'Alliance à Chartres ?

© Pierre Dupuis. Tous droits réservés

 

 

Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans TEMPLIERS
commenter cet article

commentaires