Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 21:22

 

 

L’ESPRIT

de Nicolas Berdiaev

 

Tableau de Duncan Long

 

Il est impossible de définir rationnellement l’esprit, ce serait là pour la raison une vaine tentative. Une telle définition tue l’esprit, le transforme en objet, tandis qu’il est sujet. On ne peut élaborer un concept de l’esprit. Mais on peut saisir les caractères de l’esprit. On peut dire que la liberté, le sens, l’activité créatrice, l’intégralité, l’amour, la valeur, la tendance vers un monde supérieur et divin et l’union avec celui-ci figurent parmi ces caractères. Cette série de caractères englobe le pneuma de l’Écriture Sainte et le nous de la philosophie grecque. En tant que l’esprit est liberté, le spirituel se caractérise principalement par son indépendance par rapport aux déterminations de la nature et de la société. L’esprit s’oppose avant tout au déterminisme. L’esprit est l’intérieur par rapport à l’extérieur, à tout ce qui dépend de l’extérieur. L’intérieur est le symbole de l’esprit. On peut également définir le caractère de l’esprit par des symboles spatiaux : profondeur et hauteur. L’esprit est profondeur infinie et hauteur céleste. On ne peut, comme le fait Max Scheler, retirer l’activité à l’esprit pour la conférer uniquement à la vie. L’esprit, précisément, est activité; quant à la vie au sens biologique de ce mot, elle est passivité. Mais Scheler comprend parfaitement que l’esprit n’est pas un épiphénomène de la vie, qu’on ne saurait le comprendre d’une manière vitaliste. L’esprit est une évasion hors de ce monde alourdi, il représente l’élément dynamique, créateur, une sorte d’envol. Pic de la Mirandole affirme que l’esprit humain est d’origine céleste, c’est-à-dire qu’il ne provient pas du monde naturel. L’esprit ne serait pas déterminé par le monde naturel, il échapperait à celui-ci. C’est l’esprit qui fait de l’homme l’image de Dieu. L’esprit est l’élément divin dans l’homme. Et c’est grâce à l’esprit que l’homme peut accéder aux plus hautes sphères divines. L’esprit est l’acte créateur intégral de l’homme. L’esprit est la liberté qui se perd dans les profondeurs préontiques du monde. La liberté a la primauté sur l’être qui est une liberté déjà figée. C’est pourquoi l’esprit ne peut se définir par l’être, qui a une forme complètement finie, qui est pour ainsi dire statique. C’est pourquoi l’esprit est l’acte créateur; l’esprit crée un être nouveau. L’activité créatrice, la liberté créatrice du sujet est primitive. Le principe de causalité ne s’applique ni à l’esprit, ni à la vie spirituelle.
L'esprit est de Dieu, et l’esprit mène à Dieu. L’homme reçoit tout de Dieu par
  l’esprit et c’est par l’esprit que l’homme donne tout à Dieu, qu’il multiplie les dons qu’il a reçus, qu’il crée ce qui n’existait pas auparavant. L’esprit vient de Dieu. L’esprit n’est pas créé par Dieu comme l’est la nature, il émane de Dieu, il est versé, insufflé par Dieu à l’homme.

 Nicolas Berdiaeff, Esprit et Réalité, 1937.

 

L’esprit est toujours vérité, vérité orientée vers l’éternel. L’esprit échappe au temps et à l’espace. Par son caractère intégral, il s’oppose au morcellement temporel et spatial.
L’esprit n’est pas être, mais il est le sens de l’être, la
vérité de l’être. L’esprit est également intelligence, mais une intelligence intégrale. L’esprit est aussi bien transcendant qu’immanent. En lui le transcendant devient immanent et l’immanent transcendant.
L’esprit n’est pas identique à la conscience, mais la conscience se construit par l’esprit, et c’est aussi l’esprit qui transcende les limites de la conscience, qui atteint au supraconscient. L’esprit présente un aspect prométhéen, il se révolte contre les dieux de la nature, contre le déterminisme du destin humain; l’esprit est une évasion, une évasion vers un monde supérieur et libre?

Nicolas Berdiaeff, Ibid.

 

 

La réalité de l'Esprit - Esprit et Être

Premier chapitre

 

Le monde tend à nier la réalité de l'esprit. Il ne doute pas des objets visibles qui forcent son adhésion. Mais l'esprit n'est pas un objet visible; du moins pas un objet parmi d'autres objets. Il n'est personne, il est vrai; s'agît-il du matérialiste le plus endurci, qui ne reconnaisse à l'esprit une certaine réalité, de nature moins consistante. Il ne saurait en être autrement, car l'esprit est présent en chacun de nous, même chez celui qui en nie l'existence. Dans ce cas, pourtant, l'esprit n'est reconnu qu'en tant qu'épiphénomène de la matière, comme produit d'une série de processus matériels. Mais une telle formule est toujours restée parfaitement inintelligible. La négation matérialiste de l'esprit n'est à vrai dire qu'une description erronée des données de l'expérience, aussi fausse que celle d'un daltonien décrivant des couleurs. Le matérialiste se tire d'embarras en attribuant à la matière toutes les facultés de l'esprit : raison, liberté, activité. D'autres écoles philosophiques, plus raffinées, considèrent l'esprit non comme l'épiphénomène de la matière, mais comme l'épiphénomène de la vie en attribuant à celle-ci des forces créatrices inépuisables. C'est la conception vitaliste de l'esprit. Les écoles spiritualistes se sont fait une spécialité de défendre la réalité de l'esprit. Le spiritualisme conçoit généralement l'esprit comme une substance, comme une réalité qualitativement distincte des autres objets du monde naturel, mais du même type qu'eux. La pensée philosophique a souvent naturalisé l'esprit en le situant tout en haut dans la hiérarchie homogène des objets du monde objectif. Tout en lui attribuant une plus haute dignité, c'est encore comme un objet qu'on a conçu l'esprit et la réalité qu'on lui attribue ainsi est homogène à celle des objets du monde objectif. Mais est-il possible de saisir et de démontrer la réalité de l'esprit, tout en y voyant une réalité cosmique du même type que les autres? C'est là toute la difficulté de notre problème. Toute philosophie qui tend à objectiver et à hypostasier la pensée identifie par là même réalité et objectivité. Au contraire, ceux qui nient la substantialité de l'esprit le réduisent à un état subjectif de l'âme humaine. Les phénomènes spirituels se trouvent identifiés ainsi avec les phénomènes psychiques qu'on qualifie généralement de subjectifs. Aussi bien les défenseurs de l'esprit tiennent-ils à démontrer l'objectivité des phénomènes spirituels. L'ontologie spiritualiste affirme que l'esprit est l'être authentique, la substance de l'être, que l'esprit par conséquent est être, être objectif.

Mais qu'est-ce que l'être ? C'est là le problème fondamental de la philosophie. Généralement, nous usons du concept d' « être » comme s'il était d'une évidente clarté et ne posait aucune question. Mais la critique de la connaissance se demande dans quelle mesure les produits de notre pensée viennent s'ajouter à ce que nous appelons l'être, jusqu'à quel point l'activité du sujet construit cet « être » que nous considérons ensuite comme originel. Ce fut là le travail essentiel de Kant qui doit être réhabilité d'une façon toute nouvelle. Les néo-kantiens nous ont voilé les mérites éternels de leur maître
en déformant ses doctrines. Kant n'était nullement un idéaliste au sens péjoratif du terme : il tendait précisément au réalisme. Nous trouvons chez Kant les bases de la seule vraie métaphysique — le dualisme de l'ordre de la liberté et de l'ordre de la nature, le volontarisme, l'indéterminisme (le caractère intelligible), le personnalisme, la doctrine des antinomies, la reconnaissance d'une autre réalité plus authentique dissimulée par le monde des phénomènes visibles. Les métaphysiciens allemands du début du XIX0 siècle, Fichte, Schelling et Hegel, se sont par trop empressés à prétendre surmonter le dualisme de Kant par des systèmes monistes. Le dualisme de Kant garde une vérité plus durable que le monisme, né sans doute des efforts d'une pensée géniale, mais d'une pensée qui s'objective et s'hypostasie. La métaphysique se laisse entraîner trop aisément à hypostasier des concepts; elle prend le concept pour l'être et elle crée un concept de l'être qui réponde à sa pensée. L'ontologie cherche un être qui soit objectif, et l'être qu'elle découvre n'est que l'objectivation de ses concepts : l'être objectif qui s'offre à elle résulte lui-même d'une élaboration de ses propres concepts. Ainsi l'ontologie n'accède qu'à un être qui est un produit de la pensée et le fruit d'un labeur rationnel. Toute métaphysique qui use de la catégorie ontologique apparaît donc comme entachée de naturalisme. J'appelle naturaliste toute métaphysique qui considère l'être comme objet, comme « nature », s'agît-il d'une nature spirituelle. Bien qu'il ait reculé lui-même devant cette voie, c'est Kant qui a rendu possible une considération existentielle de la philosophie qui surmonte le naturalisme.

 

Esprit et réalite
Nicolas Berdiaeff
Editions Montaigne, 1934

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Nicolas Berdiaeff
commenter cet article

commentaires