Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 20:47

Une biographie de Nicolas Berdiaev dont je conseille vivement de lire les ouvrages pour ceux qui ne le connaissent pas. La première fois que j'ai lu un de ces textes, une porte s'est ouverte au fond de mon âme. C'était un peu comme si j'étais en attente de ses mots. Il traduisait dans un langage lumineux tout ce que j'avais longtemps pressenti sans savoir l'exprimer. Berdiaev est un philosophe mystique, le prince de la Véritable Liberté. « La liberté n'est pas un droit mais une obligation. » disait-il. Il avait saisi le sens de la véritable libération de l'homme. Je pense qu'il parlait comme une âme seule pourrait le faire, il en avait saisi l'androgyne... il était ici pour nous parler de l'Ailleurs. Pour nous laisser des messages riches et nous pousser à chercher et à essayer de trouver...

 

NICOLAS BERDIAEV

« Enfin un pneumatologue ! Près de lui, je respirais, j’étais heureuse ;
la Déité me semblait plus proche et le monde habitable »

Marie-Madeleine Davy

Nicolas Berdiaev (1874-1947)

Si Marie-Madeleine Davy parle de Nicolas Berdiaev comme d’un « pneumatologue », celui-ci se définissait comme un homo mysticus - plutôt qu’un homo religiosus. Certes, il faut donner ici son sens au mot « mystique » tel que Berdiaev l’utilise, dans l’ordre de la pensée orthodoxe. Il dira lui-même à ce sujet : « J’ai du monde une conception mystique à l’origine et, par comparaison, le moment religieux, organisé, n’est que secondaire. Eckhart, Jacob Boehme, Angélus Silesius sont plus près de mon cœur que les Pères de l’Eglise. Je crois à la présence d’une mystique universelle, d’un spiritualisme universel. (…) J’ai cependant toujours été plus attiré par la mystique gnostique et la mystique prophétique que par la mystique ayant reçu l’approbation officielle de l’Eglise, celle qui a été reconnue comme la mystique orthodoxe, quoiqu’elle mériterait mieux le nom d’ascèse », In Essai d’autobiographie spirituelle.

 

Aperçus sur la vie et l'œuvre de Nicolas Berdiaev

Nicolas Berdiaev est né le 19 mars 1874 près de Kiev dans une famille de la haute aristocratique et c’est à Kiev qu’il passa son enfance et son adolescence, nourrissant progressivement sa révolte contre la société mondaine et aristocratique à laquelle il appartenait jusqu’à la rupture et son entrée – alors étudiant – dans le monde révolutionnaire – il découvre le marxisme à 20 ans. En 1898, il est emprisonné pour menées révolutionnaires, libéré puis exclu de l’Université et en résidence surveillée pendant 2 ans à Kiev – il y fera la connaissance de Léon Chestov. Condamné à 3 années d’exil à Vologda, il aurait pu regagner Kiev après quelques semaines, après les démarches. De retour à Kiev, il se tourne vers la religion orthodoxe, sous l’influence de Serge Boulgakov, se marie avec Lydie Trouchev. 1904 : Saint-Pétersbourg où la société qu’il fréquente s’est « convertie » à la Théosophie, selon Hélène Blavatsky et Annie Besant : « Par la réaction qu’elle provoqua en moi, elle contribua fort à ma conversion à l’Église orthodoxe. »

            Survient alors, en 1907, un événement singulier qu’il décrira brièvement dans son Essai d’autobiographie spirituelle : « Je me rappelle un moment - c’était en été, à la campagne, - je me trouvais dans le jardin, à l’heure du crépuscule et le cœur lourd… Sous les  nuages, la nuit s’épaississait, mais subitement une lumière intérieure surgit ». Ce que fut cette lumière, c’est sans doute cette « lumière non crépusculaire » dont parle Soloviev qui invite à « se mettre en route », en sa direction. Il dira lui-même que ce ne fut pas une « conversion », parce qu’il ne trouva pas la paix du cœur en cette circonstance, et l’on ne peut parler d’une initiation au sens strict. Il passera l’hiver 1907 à Paris, puis retournera à Moscou où il retrouve Serge Boulgakov. C’est de cette époque que date son admiration pour Jacob Boehme – et on peut se demande si ce dernier - son « ange » - n’est pas pour quelque chose dans l’évolution ultérieure de Berdiaev. Jacob Boehme donc, ainsi d’ailleurs qu’un singulier personnage, un paysan illettré, Akimouchka, avec il s’est lié : « Nos entretiens étaient d’une grande profondeur spirituelle, il se trouvait au niveau des thèmes mystiques les plus arides, particuliers à la mystique germanique. (…) L’union existe dans le règne de l’esprit ».

            Vint la révolution de 1917. Nommé membre du Conseil provisoire de la République, il se détourne rapidement de l’activité politique, rédige La Philosophie de l’inégalité, qui est une attaque contre le bolchevisme et qui ne sera pas publié, est nommé ensuite vice-président de l’Union des Écrivains et professeur à l’université de Moscou. Ses ennuis avec le régime commencent en 1920, et il sera finalement expulsé de Russie, en 1922, « pour des raisons idéologiques et non politiques ».  Commence l’exil, à Berlin d’abord, de 1922 à 1924, où il est Doyen de l’Institut scientifique russe, puis à Paris où il vécut jusqu’en 1947, date de sa mort, le 23 mars. Plus de vingt années donc où il se consacrera exclusivement à son œuvre.

          Toute l’œuvre de Nicolas Berdiaev part d’un postulat selon lequel « l’esprit est « inversé » dans le monde, il s’en détache, y redescend, se symbolise en lui » et toute sa vie s’explique par sa revendication de l’action créatrice – et donc par son refus de ce qui la limite : « Ma voie spirituelle m’ayant mis en contact avec le monde de l’orthodoxie, j’éprouvais la même angoisse que j’avais ressentie dans les mondes aristocratiques et révolutionnaire, j’y retrouvais la même atteinte à la liberté, la même hostilité envers l’indépendance de la personne et de son action créatrice ». Toute sa démarche philosophique ou plutôt gnostique repose sur la notion d’Ungrund, selon Maître Eckhart : « Dieu en tant que créateur du monde et de l’homme est corrélatif à la création. Il surgit des profondeurs de la Divinité, de l’inexprimable Néant. Telle est l’idée la plus profonde et la plus secrète de la mystique allemande ». Mais c’est à Jacob Boehme – auquel il consacrera de nombreuses pages – qu’il est redevable de certaines « percées », en particulier en ce qui concerne sa conception de la sexualité humaine. Quant au fond de sa pensée, elle découle de cette « action créatrice » qui en constitue le moteur, du fait qu’il accorde à l’esprit la précellence sur l’être : « L’esprit est l’acte créateur ; l’esprit crée un être nouveau. L’activité créatrice, la liberté créatrice du sujet est primitive. Le principe de causalité ne s’applique ni à l’esprit ni à la vie spirituelle. L’esprit est de Dieu, et l’esprit mène à Dieu. L’homme reçoit tout de Dieu par l’esprit et c’est par l’esprit que l’homme donne tout à Dieu, qu’il multiplie les dons qu’il a reçus, qu’il crée ce qui n’existait pas auparavant. L’esprit vient de Dieu. L’esprit n’est pas créé par Dieu comme l’est la nature, il émane de Dieu, il est versé, insufflé par Dieu à l’homme ».

            Pour Nicolas Berdiaev, l’homme peut contempler Dieu par une « orientation ascendante » de l’esprit. Pour y parvenir, il doit d’abord passer du monde de la chair au monde de l’âme, puis de celui-ci au monde de l’esprit, dans une démarche typiquement « pneumatique ». Cette même démarche lui permet d’affirmer aussi que l’Église de Pierre, « dont l’Église orthodoxe reçoit aussi sa prééminence », s’oppose à l’Église de Jean dont « les saints et les mystiques sont les vivants dépositaires ». Car, ce qui caractérise la tradition johannique est qu’elle suppose chez l’homme une connaissance de type « pneumatique », et quand nous disons, elle s’oppose, c’est bien à la manière dont l’âme s’oppose à l’esprit et le psychique au spirituel. Voici justement ce qu’il dit de la tradition johannique : « L’Église de l’amour est l’Église de Jean, l’Église éternelle, recelant en elle la plénitude la vérité à la fois sur le Christ et sur l’homme. »

           S’agissant de la sexualité humaine, pour Nicolas Berdiaev, « l’homme intégral comprenait en lui la nature féminine », et surtout il dira : « Ce n’est ni l’homme ni la femme qui sont faits à la ressemblance divine, mais seulement l’androgyne, l’être intégralement bisexué ». C’est d’ailleurs ce qui le conduira à pratiquer l’abstinence, et à parler de la virginité comme d’une « énergie sexuelle positive ». On reconnaît bien sûr ici la marque de Jacob Boehme : « Selon l’enseignement génial de Boehme, l’homme perdit la Vierge éternelle (Sophia), celle-ci le quitta et se réfugia dans le ciel. La nature féminine se détacha de l’homme-androgyne, et devint pour lui une nature extérieure » ; « L’enseignement de Boehme concernant la Sophia est précisément celui de la Vierge et de l’image androgyne, image intégrale et virginale de l’homme », écrira-t-il à ce propos.

Sources JM Saliege

 

La philosophie de Berdiaev

 

Sa pensée est l'un des sommets de l'existentialisme chrétien. Elle reflète aussi l'influence de Jacob Boehme dont il traduisit en français le Mysterium Magnum, précédé de deux précieuses études.

La pensée de Berdiaev est une philosophie de la liberté. Elle s'oppose à la philosophie ontologique. Le premier principe n'est pas l'être mais la liberté. Autrement dit, la liberté l'emporte sur l'être. A partir de cette liberté, Dieu crée l'homme, l'être libre. La liberté étant par nature irrationnelle peut donc conduire aussi bien au bien qu'au mal. Pour Berdiaev, le mal, c'est la liberté qui se retourne contre elle-même, c'est l'asservissement de l'homme par les idôles de l'art, de la science et de la religion qui reproduisent « les rapports d'esclavage et de domination dont est issue l'histoire de l'humanité ». Berdiaev se révolte contre les conceptions rationalistes, déterministes, téléologiques qui brisent le règne de la liberté. Le problème de l'existence humaine est donc celui de sa libération. Ici, Berdiaev fonde une véritable philosophie de la personne qui influencera Mounier et le personnalisme. L'homme se définit d'abord comme une personne. La personne, catégorie éthique et spirituelle s'oppose à l'individu, catégorie sociologique et naturaliste. La personne n'est pas nature, mais liberté. Contrairement à l'individu qui est partie de l'espèce et de la société, la personne n'est pas la partie d'un tout quelconque. Elle s'oppose aux fausses totalités que forment le monde naturel, la société, l'état, la nation, l'Église, etc. Ses fausses totalités constituent les sources majeures de l'objectivation qui aliène la liberté de l'homme dans des productions qu'il finit par idolâtrer en se soumettant à leur tyrannie. Pour se libérer de toutes les formes d'objectivations aliénantes, Berdieav prône la redécouverte de l'acte créateur fondé sur un travail d'élimination de la contrainte, de la connaissance et de l'amour, ses forces libératrices qui luttent et se révoltent contre les structures ossifiées, refroidies, inhumaines.

Retournant à un messianisme christique d'essence joachimiste et écrivant à l'époque de la montée des totalitarismes, Berdiaev a dénoncé, l'un des premiers « le messianisme de la race élue et de la classe élue ». Se dressant contre toutes les formes d'oppression sociale, politique, religieuse, dépersonnalisantes et déshumanisantes, l'œuvre de Berdiaev agit comme un vaccin contre toutes les formes d'utopies meurtrières du passé et de l'avenir. Par opposition, elle souligne les vrais besoins et la vraie destination de l'homme qui est surnaturelle, liberté issue du mystère divin et fin de l'histoire dans une annonce du Royaume de Dieu que l'homme doit d'ores et déjà préparer dans l'amour et la liberté.

Dans ses grandes lignes, la pensée de Berdiaev est conforme à la tradition du messianisme russe, mais un messianisme purifié et éclairé par la critique radicale des forces qui s'y opposent, y compris à travers la critique du phénomène Église, qu'il dénonce comme une source majeure d'aliénation spirituelle.

On cite de lui cette phrase: Dieu est moins puissant qu'un agent de police.

Œuvre

        # La Signification de l'acte créateur (1916)

        # L'esprit de Dostoievski (1921)  

        # La Destinée de l'Homme (1931)

        # Solitude et Société (1934)

        # Cinq méditations sur l'existence (1936)

        # Esprit et Réalité (1937)

        # Esclavage et Liberté (1939)

        # Essai de métaphysique eschatologique (1946)

        # L'idée russe (1946)

        # Dialectique existentielle du divin et de l'humain (1947)

Rééditions :

        # Esprit et liberté, éd. Desclée de Brouwer, 1992, ISBN 2-22002-480-6

        # Khomiakov : L'épître aux serbes, éd. L'Age d'Homme, 1990, ISBN 2-82512-222-X

        # Le nouveau Moyen-Âge, éd. L'Age d'Homme, 1990, ISBN 2-82512-223-8

        # De la destination de l'homme, éd. L'Age d'Homme, 1990, ISBN 2-82512-221-1

        # Christianisme, marxisme, éd. Centurion, 1975, ISBN 2-22731-007-3

 

Liens externes

        # http://jm.saliege.com/berdiaev.htm

        # http://www.berdyaev.com/ (site en anglais)

Sources Wikipedia

Posté par Adriana Evangelizt

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Nicolas Berdiaeff
commenter cet article

commentaires