Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 13:01

Salutations fraternelles à tous... je ne vous oublie point et je tiens à remercier tous ceux qui m'écrivent auxquels je n'ai pas encore répondu mais je reçois plus de mille mails par jour, ce qui m'oblige à quelques retards. Je remercie notamment la "Jeunesse" qui s'intéresse et qui cherche à comprendre... c'est pour Elle que nous créons tous ces sites. Pour lui ouvrir les yeux. Pour qu'elle prenne conscience, bien plus tôt que nous n'avons su le faire, du mal qui mine notre monde. Le combat de l'Ombre contre la Lumière n'est pas une fiction destinée à faire rêver les amoureux de science-fiction justement. Encore faut-il savoir ce qui appartient à l'Ombre et ce qui revient à la Lumière. Le décryptage des symboles est essentiel à celui qui cherche. L'Ombre travaille pour le prince de ce monde. Pour le matériel, le matérialisme donc le Satanisme. Et ses symboles puisées dans la nuit des temps mais inversés souvent -comme la svatiska fut inversé par l'Ordre nazi- s'opposent à ceux de la Lumière, dont le domaine se situe Ailleurs... dans un monde spirituel. Un monde dématérialisé, invisible à l'oeil nu. Pour appréhender cet Univers, il faut laisser tomber tous ses acquis. Muer. Laisser tomber la vieille dépouille qui nous a été léguée par d'autres et revêtir l'Armure de l'Homme Nouveau... c'était l'Enseignement de Ieschoua qui ne doit pas être pris au sens littéral comme le fait l'Eglise Catholique Romaine... lire avec les yeux de son âme et non avec ses yeux de chair... savoir Décrypter...

Ne mentez pas les uns aux autres,
vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres
,

et
ayant revêtu l'homme nouveau,
qui se renouvelle, dans la connaissance,
selon l'image de celui qui l'a créé.

Colossiens 3/9-10

 

Je commence par poser un texte de Nicolas Berdiaeff... sur l'Argent... domaine du Prince de ce monde... et une plaie pour l'Humanité... ce que Ieschoua nommait Mammon... soit vous suivez la route de votre Ego, de votre corps donc du Matériel soit vous suivez la route de votre Âme... de votre dieu Intérieur...

Nul ne peut servir deux maîtres ;
car, ou il haïra l'un, et aimera l'autre;
ou il s'attachera à l'un et méprisera l'autre.
Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon.
Matthieu 6/24

L’argent

 

 

 

 

Si la propriété est une garantie de la liberté et de l’indépendance de l’homme, de tous les hommes, l’existence d’un prolétariat privé de propriété est inadmissible. Mais le bourgeois ne veut l’indépendance et la liberté que pour lui-même, et il ne connaît pas d’autre liberté que celle que lui assure la propriété. Celle-ci remplit en effet une double fonction: elle peut être une garantie de la liberté et de l’indépendance, mais elle peut aussi faire de l’homme un esclave du monde matériel, du monde des objets. La propriété perd de plus en plus son caractère individuel. Telle est l’action de l’argent, ce grand facteur de l’esclavage de l’homme et de l’humanité. L’argent est le symbole de l’impersonnel, il rend possible l’échange impersonnel de toute chose contre n’importe quelle chose. Mais même en tant que propriétaire le bourgeois perd son nom propre et devient un anonyme. Dans le royaume de l’argent, dans les livres de comptabilité des banques, on ne trouve que des chiffres, derrière lesquels les noms des propriétaires disparaissent. L’homme s’éloigne de plus en plus du monde réel, pour se perdre dans un monde fictif. Le règne de l’argent est doublement affreux, car son pouvoir ne constitue pas seulement une offense pour le pauvre et le non-possédant, mais fait de l’existence humaine une fiction, quelque chose de spectral. Le règne du bourgeois aboutit à la victoire de la fiction sur la réalité. Or la fiction constitue l’expression extrême de l’objectivation de l’existence humaine. Contrairement à ce qu’on pense généralement, la réalité est l’attribut non de l’objectif, mais du subjectif. La primauté revient au sujet, et non à l’objet. Que la propriété soit en mauvaise posture, c’est ce qui ressort déjà du fait que les gens se sentent mal à l’aise toutes les fois qu’il est question d’argent et de propriété.

Nicolas Berdiaeff, De l’esclavage et de la liberté de l’homme, 1939.

L’argent est la force et la puissance d’un monde séparé de l’esprit, c’est-à-dire de la liberté, de la signification, de l’acte créateur, de l’amour. Il existe deux symboles : le symbole du pain et celui de l’argent, et deux mystères : le mystère du pain, ou mystère eucharistique, et le mystère de l’argent, ou mystère satanique. Une grande tâche s’offre à nous : renverser la puissance de l’argent et constituer un gouvernement du pain. L’argent sépare l’esprit et le monde, l’esprit et le pain, l’esprit et le travail. L’argent est l’ennemi essentiel d’une spiritualité intégrale englobant toute la vie humaine. Séparée de la plénitude de la vie, la spiritualité justifie la puissance de l’argent et trahit le symbole du pain. Dans le symbole du pain, l’esprit s’unit à la matière de ce monde. Le monde retranché de l’esprit se place sous le signe de l’argent. Le règne de l’argent est précisément le règne de l’objectivation. Le symbole du pain nous ramène au contraire à l’existence authentique. Le règne de l’argent est le règne des fictions, le règne du pain est le retour aux réalités. Le socialisme lutte contre un règne qui se situe sous le signe de l’argent. Mais si le socialisme est retranché de l’esprit et de la spiritualité, il reviendra fatalement au règne de l’argent. Le règne de l’argent est celui du prince de ce monde, le règne du bourgeoisisme. Ce sera le cas également du royaume socialiste, si le socialisme ne s’unit pas à la spiritualité. Seule la spiritualité, c’est-à-dire la liberté, c’est-à-dire l’amour, c’est-à-dire la signification, s’oppose efficacement au règne de l’argent, au règne du prince de ce monde.

Nicolas Berdiaeff, Esprit et Réalité, 1939.

 

 

 

Posté par Adriana Evangelizt
 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Nicolas Berdiaeff
commenter cet article

commentaires