Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 16:10

 

La première partie se trouve ICI...

 

LA PRATIQUE QUOTIDIENNE DE LA VIE INTÉRIEURE

 

Chapitre 3 de La Mystique Chrétienne

par Sédir

 

2ème partie


1ère partie

 

 

 

 

 

Etre charitable, ce n'est pas laisser tomber deux sous dans la casquette du mendiant qui chante sous vos fenêtres; ce n'est pas donner cent sous aux Petites-Soeurs des Pauvres quand elles viennent; c'est prendre souci d'un affligé comme vous aimeriez que l'on s'occupe de vous si vous étiez à sa place. L'Évangile nous parle de notre prochain; qu'on se dérange donc, qu'on se prive même, qu'on fasse tout pour quiconque est proche de nous, voisin ou passant ou parent, mais qu'on ne croie pas avoir satisfait au précepte en gémissant sur le malheur des temps ou en plaignant les infortunes éloignées, ainsi que je vois faire à beaucoup de bonnes âmes.

Jésus ne demande pas
, comme le Bouddha ou le Bab, qu'on aime son prochain plus que soi-même, mais tout simplement comme soi-même, ce qui est déjà bien difficile, très difficile. Restons simples, pratiques, et de sens rassis; sans rien exagérer, connaissant quel travail nous incombe, décidons nettement de le mener à bien malgré tout; ceux qui s'y essaient savent les fatigues incessantes de l'entreprise. Interrogez vos souvenirs; vous avez tout regardé vivre autour de vous et vous-mêmes vous avez votre bagage d'expériences; or, combien nommeriez-vous de personnes desquelles vous pourriez dire qu'elles aiment réellement leur prochain, qu'elles le traitent comme elles-mêmes, sans calcul, sans amertume, sans lassitude ? Si, à nous tous, nous parvenons à réunir deux ou trois noms, ce sera tout; le travail demandé par l'Évangile suffit donc amplement à notre état actuel.

L'amour du prochain peut être négatif et d'abstention, ou positif et d'action : ne pas nuire, puis aider.

Ne pas nuire ni par l'acte, ni par la parole, ni par la pensée; que voilà déjà une entreprise qui semble au-dessus des forces humaines à quiconque s'y essaie, et quelle école pour la paresse, pour la cupidité, pour toutes les petites mesquineries qui pullulent dans chacune de nos heures ! Que nos actes ne nuisent point, c'est endiguer l'avarice et l'ambition; que nos paroles ne soient pas nuisibles, c'est supprimer l'envie, la jalousie, la vaine suffisance; que nos pensées ne nuisent plus, c'est semer de la bénévolence, de l'ardeur et de l'allégresse.

Avez-vous essayé ?
Pouvez-vous apaiser votre impatience lorsqu'un importun vous fait perdre votre temps ? Vous êtes-vous rendus insensibles aux piqûres de l'ingratitude ? Parvenez-vous à ne pas vous défendre quand on vous calomnie ? Faites-vous en cachette le travail que tel camarade paresseux n'expédie pas en temps voulu au risque de se faire renvoyer et de ne plus pouvoir nourrir sa famille ? Avez-vous soigné un enfant souffre-douleur de camarades ou de parents brutaux ? Savez-vous inventer des excuses pour ceux que l'on blâme justement, ou des défenses pour ceux que l'on persécute injustement ? Or, si vous faites toutes ces choses d'une façon habituelle, avez-vous remarqué comme de telles coutumes vous procurent un sentiment fort de bien-être intime et de paix ? Si même votre coeur, peu entraîné à la grande et douce indulgence des âmes qui ont beaucoup souffert, se trouve inapte à fournir spontanément ces gestes fraternels, contraignez-le de les accomplir, faites-lui violence; vous récolterez de votre despotisme contre vous-même les fruits les plus beaux de stabilité, d'énergie, d'humilité.

La pratique de l'amour fraternel
développe toutes les richesses de la sensibilité sentimentale ou esthétique, fertilise l'intelligence, et renferme tous les entraînements moraux. Des chercheurs non-chrétiens s'étonnent que
l'Évangile ne parle pas des animaux, et tirent de ce silence un argument en faveur du bouddhisme. Mais l'Évangile n'énonce pas tout le détail infini de nos devoirs; et ces critiques, probablement, n'ont pas mis à l'essai les formules qu'ils déprécient. J'ai bien souvent vu telle amie des chats ou des chiens laisser sans secours sa voisine malade; mais je n'ai jamais vu un homme capable de donner son lit à un misérable ramassé dans la rue se montrer cruel pour l'animal. Qui peut le plus peut le moins.

L'amour du prochain le plus facile, c'est celui de la famille;
toutes sortes d'attractions venues de la chair et du sang aident les époux, les pères, les mères, les enfants à s'entr'aimer. Mais la facilité implique la fragilité et le véritable amour conjugal ou familial commence avec les tentations de devenir infidèle ou impatient. Aimer des étrangers, des inconnus devient plus difficile; aussi cet exercice développe-t-il davantage le sens de la Vie. Quiconque se penche sur la douleur humaine apprend à soigner la plus infime créature, apprend à l'admirer, à vénérer Celui de qui elle exprime une parole ineffable, à découvrir en tout la Lumière originelle et le secret divin. Le contemplateur mystique fera donc aussi l'aumône aux êtres immatériels : aux mauvais destins, aux complications, aux incommodités, aux inimitiés, à tout enfin ce qu'engendre de désagréable le siècle et le milieu social.

Voilà
le rôle secret, le rôle essentiel de l'homme. Voilà par quels exercices il atteint sa stature entière et répond aux espérances que fondent sur lui les innombrables créatures. Si Dieu est Amour, l'homme, Son enfant, ne devrait être que charité.

* *

En vous promenant dans la campagne, vous reposant à l'hombre d'une haie, peut-être avez-vous donné un regard à ces herbes agrestes que tout le monde foule ? Sans doute alors l'admirable richesse de leurs formes vous a-t-elle surpris, et vous êtes-vous émerveillés devant leurs nuances délicates, les élégants enroulements de leurs tiges, les parfums souvent exquis de leurs corolles, devant toutes ces magnificences qui se cachent, ces suavités qui se retiennent de nous conquérir ? Vous êtes-vous souvenus que ce sont les sucs de toutes ces modestes plantes qui recèlent
les vertus médicinales les plus actives : bonté précieuse jointe à la plus candide beauté ? Et, laissant parcourir à votre rêverie l'horizon ascendant des splendeurs créées, vous vous êtes, je pense, inclinés devant leur Auteur unique, partout invisible et partout pressenti, et vous avez compris que, toujours, ce sont Ses bienfaits les plus nécessaires qu'Il sème avec le plus de profusion.

La charité, perle inestimable avilie par l'usage, est aussi une fleur du Ciel et Celui qui autrefois, sous la figure d'un jardinier, apparut à la courtisane pénitente, en répand les semences par tous les coins de la terre,
sur toutes les collines où travaillent les esprits, dans toutes les broussailles secrètes de nos coeurs encombrés. Mais, nous, futiles, parce que chaque pas nous découvre d'innombrables espèces nouvelles de cette plante divine, nous la méprisons, nous l'écrasons sous nos pieds dédaigneux.

Ainsi
, au lieu de ciseler à grand labeur des abstractions subtiles, au lieu de construire d'irréalisables utopies, ne devrions-nous pas nous mettre d'abord à l'école pratique de l'existence quotidienne que nous croyons trop élémentaire ? Chaque jour est un petit monde vivant avec lequel il nous faut correspondre; le physicien comme l'astronome, le chimiste, le naturaliste comme le visionnaire affirment tous que la vie, c'est de l'amour, de l'amour le plus haut : du sacrifice. Vous donc, qui voulez vivre davantage, avec une ardente intensité, avec la variété la plus vaste, apprenez d'abord à aimer, c'est-à-dire à répandre largement, comme fait le Père, les quelques forces qui vous sont échues et, sans cesse, des forces neuves remplaceront vos énergies usagées.

Ce que l'on entreprend, il faut, pour réussir, s'y employer à fond. Soyons charitables de toutes nos forces, avec toute la gravité de notre âme, avec toute la grâce de nos manières, avec soin, avec élégance, avec précaution. Pansez les plaies du coeur avec des paroles aussi douces que vos mains se font légères pour panser les plaies du corps. N'allez pas vers les pauvres
en vous croyant supérieurs à eux; si nous ne sommes pas nés dans les bas-fonds de l'enfer social, est-ce à nous de nous en faire un mérite ? Et puis, ne vous imaginez pas avoir des droits à la reconnaissance de vos obligés. Du point de vue de Dieu, entre le riche et le pauvre, le véritable bienfaiteur, c'est le pauvre; non pas que le pauvre rende toujours en bénédictions l'aumône qu'il reçoit, mais parce que le Christ, qui Se cache derrière lui, nous rend une aumône spirituelle dix fois plus précieuse que nos soins et notre argent.

* *

Voilà les principales directives de l'entraînement intérieur.

Mais la personne morale, comme la personne physique, a besoin de nourriture et de repos. Sa nourriture, c'est la prière; le repos, ce sont les réponses du Ciel et la foi.

La prière est un acte immense : l'homme se jetant pour y chercher quelque trésor inestimable et ramenant du fond des abîmes le trésor même dont il a besoin. Si nous pouvions apercevoir, à la lumière de l'Esprit,
le vaste drame que crée la demande d'un coeur pur, les houleuses multitudes qu'elle met en branle, jamais nous n'oserions prier. Là encore notre ignorance constitue notre sauvegarde.

On emplirait des bibliothèques à rassembler tout ce qui a été écrit sur la prière. Tous ces conseils sont utiles, et chaque suppliant présente sa requête comme il le peut. Je me bornerai ici aux indications indispensables.

Prier n'exige, en somme, qu'une seule condition, mais essentielle : c'est que notre voix monte jusqu'à Dieu. Je ne parle pas par métaphore; vous entendez bien qu'il s'agit de
tout autre chose que de méditation, ou d'auto-suggestion, ou de concentration volontaire. La prière est un cri d'appel et rien d'autre. Le tout, c'est de se faire entendre. Les formules, les attitudes, les heures, les lieux, ce sont des choses de second ou de troisième plan, car toujours et partout, que nous le voulions ou non, nous sommes sous le regard de Dieu.

Pour nous faire entendre, notre coeur doit
parler la langue du Ciel, et ce langage, c'est la charité; notre personne doit prendre conscience de son néant, et ce vide intérieur où l'infini se précipite à flots, c'est l'humilité. Ainsi, croire ne suffit pas; croire en Dieu et ne pas Lui obéir, voilà comment font trop de chrétiens; je préfère ceux qui prétendent ne pas croire et qui obéissent à la loi divine. Ce n'est pas la foi qui engendre la charité, c'est la charité qui engendre la foi; la foi n'est pas une opinion du cerveau, c'est une conviction du coeur. Avoir foi en quelqu'un, ce n'est pas croire que cette personne existe; c'est avoir confiance en elle, et lui vouer toute fidélité.

La foi signifie
amour de Dieu, comme la charité, amour des créatures. Ces deux flammes grandissent l'une par l'autre, et s'alimentent mutuellement. Vivre - car je n'oublie pas le sujet de notre entretien - vivre, c'est sortir de soi. Par la charité vous sortez hors de vous-mêmes, vers le monde en détresse; par la prière vous sortez en dedans de vous-mêmes, vers le Père très bon qui aime vos efforts.

La prière sans la charité préalable ne peut rien; tandis que la charité sans la foi émeut tout de même le Ciel. Souvenez-vous des admirables histoires de l'Enfant prodigue et du bon Samaritain; et, si vous rencontrez dans les grandes agglomérations populeuses quelqu'un de ces êtres auxquels on n'a pas su faire comprendre le Christ, mais qui cependant souffrent au spectacle des misères prolétariennes, qui donnent aux camarades leur travail, leur table, leur mansarde et leur fraternelle amitié, vous comprendrez comment ces grands coeurs, bien qu'ils se refusent à toute conception religieuse, sont près de Dieu,
bien plus près que tels dévots à l'âme sèche qui pressurent leurs employés ou qui jettent impitoyablement à la rue leur servante fautive. Sans la charité, point de religion vivante; cet axiome évident, nous voulons le dresser assez haut pour que tous l'aperçoivent.

Lorsqu'on se présente devant un souverain, on se conforme au cérémonial d'usage; lorsqu'on parle à Dieu, on doit suivre l'usage de Son royaume. Or, l'atmosphère surnaturelle,
c'est la Lumière, c'est l'effusion de soi, c'est le oui de l'enfant ingénu. Usez-en donc avec Dieu en sincérité parfaite, en confiance totale, puisqu'Il voit tout et qu'Il peut tout. Cela suffit pour rendre notre prière puissante; tout le reste, formules, liturgies, attitudes, heures, lieu; choisis, ce sont des étais pour nos doutes, des garde-fous pour nos inattentions.

A m'entendre simplifier ainsi nos rapports avec Dieu, vous me croirez peut-être novateur. Détrompez-vous. Aujourd'h
ui on donne quelquefois trop d'importance aux formes religieuses; les formes sont utiles certes; mais remontez aux sources du Christianisme, consultez les saints et les docteurs, scrutez l'Évangile, et vous vous persuaderez que je ne vous annonce là rien que de traditionnel et de vénérable.

* *

Dans l'univers spirituel, tout est en cohésion intime, tout s'interpénètre et communique; un
effort moral facilite la bienfaisance et la prière; un acte de bienfaisance nous aide à nous vaincre et à prier. En somme, tout naît du bon vouloir; or, la seule volonté au monde qui soit bonne, c'est celle de Dieu; la volonté des créatures les plus sublimes reste toujours trouble ou insuffisante; c'est pourquoi nous nous aveuglons lorsque nous suivons nos désirs personnels, nous rétrécissons nos perspectives, nous créons de la discorde.

La vie intérieure la plus haute et la plus intense serait celle qui se renoncerait continuellement et complètement, depuis
la première onde d'un désir jusqu'au dernier geste de l'acte. Lutter pour satisfaire ses convoitises demande un effort moindre que lutter contre elles et pour les transformer; mais n'oublions pas que la conquête d'un idéal devient un égoïsme quand elle ne vise que la satisfaction de soi-même.

Le vrai disciple n'agira donc que par obéissance et par amour; il oubliera complètement
ses propres besoins et son avenir spirituel; mais il retrouvera à chaque effort de ce total oubli une vigueur plus surhumaine et montera au-dessus de la Nature, jusqu'au Royaume de la Divinité.

De tels hommes existent, bien qu'encore plus rares que les rares humanitaires dont je vous parlais tout à l'heure; c'est eux qui forment, tout inconnus qu'ils soient les uns des autres,
cette mystérieuse Église intérieure que la théologie nomme la Communion des Saints et qui est le germe terrestre du Royaume de Dieu.

* *

Mais ceci, c'est tout autre chose. Résumons plutôt bien clairement les considérations précédentes et concluons.

Voici un grain de blé; son énergie vitale qui s'efforce
reçoit l'aide fraternelle de cette terre à qui le semeur l'a confié, de la pluie, de la neige, du soleil. Nos âmes aussi sont des semences vivantes confiées à la terre temporelle et que secourent les forces, les idées, puis les rayons du soleil de l'Esprit. En effet, le monde n'est pas une illusion; tout, au contraire, est réalité; il y a un univers physique et nos personnes physiques, un univers psychique et nos personnalités psychiques, un monde divin et notre flamme divine; si nous voulons atteindre les limites du possible, et les reculer en les dépassant, c'est Dieu seul qu'il faut viser hors de nous, c'est Dieu seul qu'il faut écouter en nous. La seule manière de chercher Dieu consiste à reproduire le pâle reflet que nous apercevons de Sa splendeur; la seule manière d'entendre Dieu, c'est de nous pencher sur les plaintes des créatures.

Croyez-moi, vous qui mêlez votre compassion aux larmes de vos frères, vous qui gémissez sur vos propres laideurs, vous qui aspirez de toutes vos forces au règne de la bonté,
que vos buts ne soient ni trop vastes, ni lointains. Car tous les hommes sont solidaires; toutes leurs existences à chacun sont cimentées, imbriquées, enchevêtrées les unes dans les autres. Attaquez le travail n'importe où, par le premier bout qui se présente; faites l'effort de tout de suite, car il se répercutera tout seul, il se propagera de lui-même; ce qui se présente à faire, c'est ce travail-là que Dieu nous destine personnellement.

Que toute forme de la vie vous devienne respectable, car où est l'homme qui peut créer un moucheron ? Que tout effort pour vivre trouve en vous une Providence; comme vous êtes aidés en tout, aidez les autres en tout; votre vie intérieure en deviendra belle et abondante, et votre vie extérieure en recevra des bénédictions.

Sachez-le bien, Dieu aime nous voir heureux et forts. Il ne nous a jamais condamnés à la souff
rance; le disciple du Christ n'est pas un martyr lamentable; il a eu assez de courage pour supporter les premières fatigues inhérentes à un changement radical d'existence; mais, une fois acclimaté à l'altitude mystique, il reçoit de cet air si pur, de ce soleil qui réchauffe sans jamais accabler, une merveilleuse abondance de forces. Ainsi se vérifie la promesse du Maître, que le joug du divin labour est doux, et léger le fardeau du divin labeur.

Sources Livres Mystiques

Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans LE GALILEEN
commenter cet article

commentaires

David 11/01/2007 02:43

Il est bien évident que je m'adressais à Poirel Daniele et non à Adriana. Poirel Daniele qui dit que Moïse descend de David. C'est un peu comme si je disais que Victor Hugo descend de moi. C'est bien ce que je disais Apprenez Etudiez Creusez mais surtout Lisez. Enfin Sigmund Freud n'est quand même pas le dernier des nuls. Et il démontre parfaitement qu'avec deux "Moïse", on en a fabriqué un seul. Et qu'avec deux religions, celle d'Aton et celle de Yahvé, le dieu des volcans, on en a fait une seule. J'espère qu'Adriana va poser la suite où tout cela est bien mis en évidence.

André 09/01/2007 22:33

Selon Flavius Josèphe, l\\\'historien judéo-romain bien connu, Moïse était un général d\\\'armée égyptien qui fit une campagne victorieuse en Ethiopie. Moïse a imposé au peuple hébreu la circoncision qui était un rite égyptien, et interdit le porc que les Egyptiens avaient en horreur, selon Hérodote.  Bien sûr, les scribes tardifs de la bible de tendance yahwiste essayèrent d\\\'escamoter l\\\'origine égyptienne de la circoncision en racontant qu\\\'Abraham déjà institua ce rite.  La bible raconte aussi que Moïse durant son exil chez les madianites, à qui il a emprunté le dieu des volcans, a négligé de circoncire son fils et que Yahweh se fâcha, que ce fut sa femme qui le fit en cachette. Ces rajoutes au texte venant de scribes tardifs n\\\'ont pour but  que de "judaïser" la circoncision. et donc Moïse.La naissance de Moïse d\\\'une femme du peuple juif et son adoption par la fille du pharaon sont tellement improbables qu\\\'il est à peu près certain que c\\\'est une invention des scibes bibliques visant à le judaïser et à escamoter son origine égyptienne.

André 09/01/2007 22:14

C'est Moïse qui a imposé la circoncison au peuple uif, or Hérodote décrit celle-ci comme un rite égyptien.

David 09/01/2007 20:39

Où sont les preuves de ce que vous avancez ? Je suis moi-même Juif et je vous dis que Moïse était égyptien. Il a trahi la loi d'Abraham. Et c'est pour cette raison d'ailleurs qu'il y avait d'un côté Juda et de l'autre Israêl. Les premiers étant les continuateurs du premier Patriarche, les autres converti à la Loi égyptienne de Moïse. Ne vous contentez pas de voir les choses en surface. Etudiez. Apprenez. Creusez.

POIREL DANIELE 09/01/2007 19:48

Pas le temps de lire tout votrfe blog compliqué !
Aujourd'hui, je reçois ce document venant de Bretagne de source sérieuse : "Notre Restaurateur remonte jusqu'à la plus ancienne des prophéties, celle de la Genèse .... Par exemple, on associe maintenant MOISE à sa soeur MIRYAM. On parle du couple prophétique de l'EXODE.... Savez-vous que MOISE descendait de la MAISON de DAVID ? Cette lignée qui perdure encore et encore ?
Ne vous enlisez pas dans des explications compliquées, MOISE était bien juif exilé en Egypte comme tant d'autres.... 

Adriana Evangelizt 09/01/2007 21:13

Je comprends bien que mon blog est trop compliqué pour vous vu vos assertions et vos affirmations. Il m'est, par contre, permis d'affirmer que vous, vous ne devez pas trop compliquer la vie pour chercher la Vérité. Ainsi vous venez de recevoir un document de source sérieuse qui prétend entre autre que Moïse descendait de la Maison de David... quand on sait que la période David est située bien après celle de Moïse, on se demande comment Moïse a pu descendre de David ? Je vous pose la question. Je tiens aussi à vous signaler que l'on n'a trouvé aucune preuve de l'existence ni de l'un ni de l'autre. Alors vos conseils du style "Ne vous enlisez pas dans des explications compliquées...", hein... je ne dirai pas ce que j'en pense. Je préfère m'abstenir. Si vous vous contentez de "on dit" bien diligentés, vous n'êtes pas encore au bout du chemin de la Lumière...
Adriana Evangelizt