Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 18:19

Quelques textes de Nicolas Berdiaeff, mon philosophe préféré... il a développé une philosophie -qui se rapproche fort de l'Hermétisme- cnnférant à l'homme une responsabilité à nulle autre pareille... faire se réaliser le "Royaume de Dieu" par ses "actes créateurs". Réaliser en lui l'image divine et ainsi réaliser la divino-humanité de Dieu lui-même. L'acte transcendant qui libère et apporte la réalisation de l'Être ici et maintenant pour se rapprocher de l'Au-delà...

 

 

La Création

 

 

par Nicolas Berdiaeff

 

 

 

Nicolas Berdiaeff, Le Sens de la création,

Un essai de justification de l’homme, 1916.

 

La source de l’extase créatrice et de l’aperception géniale est incluse dans l’énergie sexuelle : tout ce qui est authentiquement génial est érotique. Mais cette génialité créatrice est étouffée dans le courant sexuel qui aboutit à l’acte sexuel. C’est l’acte sexuel lui-même qui est contraire à toute génialité et à toute universalité; il reste toujours provincial. Si la génialité est pénétrée d’érotisme, elle n’est à aucun égard sexuelle au sens différencié et spécialisé de ce mot. Sans doute, un être de génie peut vivre une vie sexuelle différenciée, il peut s’adonner à la plus extrême débauche, mais la génialité en lui sera un obstacle à cette direction prise par son énergie sexuelle, et il y aura au fond de lui-même comme une profonde cassure. La génialité est incommensurable à l’aménagement des formes bourgeoises de la vie, au point que la vie de l’homme génial peut ne pas être une vie "naturelle". Ce sont ces profondes convulsions de la sexualité humaine qui doivent amener l’avènement de l’époque nouvelle créatrice.

 

-----------------

 

Essai de métaphysique eschatologique

 

par Nicolas Berdiaeff

 

 

 

Pour la philosophie de la création, il est fondamental de reconnaître que l’homme ne  se trouve pas dans un système achevé et stabilisé d’être ; ce n’est qu’à cette condition que l’acte créateur de l’homme est possible et se comprend. Il y a aussi une autre thèse capitale, c’est que l’acte créateur de l’homme n’est pas seulement un regroupement et une nouvelle répartition de la matière du monde, n’est pas seulement une émanation, un écoulement de la matière primordiale du monde, n’est pas non plus une simple mise en forme de la matière dans le sens d’une superposition qu’on lui imposerait de formes idéales. À l’acte créateur de l’homme s’ajoute un élément nouveau, qui n’a jamais existé, qui n’est pas inclus dans le monde tel qu’il nous est donné dans sa constitution, un élément provenant d’un autre plan du monde et qui se fraie un passage, un élément qui n’a pas son origine dans des formes idéales éternellement données, mais dans la liberté, non point une liberté obscure, mais une liberté éclairée. La possibilité d’une puissance de création dans le monde témoigne de l’insuffisance de ce monde, d’une victoire continuelle sur lui, de l’existence pour lui d’une force partant d’un autre monde ou de couches plus profondes que ce monde de platitude. En outre, la puissance créatrice de l’homme atteste que l’homme appartient à deux mondes et qu’il est appelé à une situation royale dans le monde. Pascal prononçait une parole très profonde quand il disait que la conscience que prend l’homme de son néant est un signe de sa grandeur.

J’ai déjà dit que l’apparition de puissants créateurs ne pouvait être déduite du milieu ni expliquée par un rapport causal. Pouchkine ne pouvait être engendré par le milieu de son temps, et son apparition, de ce point de vue, doit être présentée comme un miracle. Et cela est vrai pour toute conception créatrice en elle expire toujours le vieux monde. Non seulement ce que crée le "moi", mais l’existence même du "moi" est déjà un effort créateur, un acte créateur synthétique. Gundolf a raison quand il dit que la puissance de création est une expression de toute la vie de l’homme. L’homme crée sa personne et dans la puissance créatrice il exprime cette personne. Dans l’autoconstruction du moi, de la personne, l’esprit humain accomplit un acte créateur de synthèse. Un effort créateur de l’esprit est nécessaire pour empêcher la désagrégation du moi, le dédoublement et la décomposition de la personne. L’homme n’est pas seulement appelé à la puissance créatrice comme activité dans le monde et sur le monde, mais il est lui-même puissance de création et sans cette puissance il n’a pas de personnalité. L’homme est un microcosme et un microthéos. Il n’est une personne que quand il ne veut pas être partie de quelque chose ou être composé de parties. La figure de l’homme est unité créatrice.

 

-------------

 

 

 

De la destination de l'homme

 

par Nicolas Berdiaeff


Essai d’éthique paradoxale, 1931

 

Il serait faux de croire que le culte de la création est celui de l’innovation et de l’avenir. Car l’acte créateur authentique n’est pas plus tendu vers l’ancien que vers le nouveau : il est dirigé vers l’éternel. Mais tout en étant orienté vers lui, il peut avoir pour résultat quelque chose de nouveau, l’innovation dans le temps n’étant que la projection, la symbolisation du processus créateur se déroulant dans la profondeur de l’éternité. La création peut donner le bonheur, mais celui-ci n’est qu’une conséquence ; car jamais la félicité n’est la fin de l’acte créateur, qui connaît ses souffrances et ses tourments. L’esprit humain a deux tendances, deux orientations : l’une le portant vers la lutte, l’autre vers la contemplation. La création se déroule à la fois dans les deux ; elle comporte une inquiétude et la contemplation marque en elle un temps de repos. Aussi est-il impossible de scinder ces deux tendances, ou de les opposer l’une à l’autre. Car l’homme est un être destiné à la lutte et à la manifestation de sa force créatrice, à la conquête d’un rang royal dans la nature, tout en étant un être destiné à la contemplation mystique de Dieu et des mondes spirituels. La contemplation ne nous apparaît comme étant passive, inactive, que par comparaison avec l’énergie que déploie la lutte dirigée vers le monde. Mais l’activité créatrice orientée vers Dieu équivaut à une contemplation. On ne peut pas conquérir Dieu au moyen d’une lutte active, analogue à celle que nous soutenons contre les éléments de la nature. Nous ne pouvons que le contempler à l’aide d’une orientation ascendante de notre esprit. Mais cette contemplation constitue notre réponse à l’appel divin. Car on ne peut voir dans la contemplation qu’un amour, qu’une extase d’amour; or, l’amour est toujours une création.


Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans Nicolas Berdiaeff
commenter cet article

commentaires

Benjamin 08/10/2006 03:02

A David
Il semble que tu n'aies rien pigé au texte. Il est ici question de la création de l'homme ou de son génie créateur et non de la création d'un dieu auquel sur ce blog, on ne croit pas d'ailleurs. L'Hermétisme n'a rien à voir avec le monothéisme. Tu te trompes de sujet.

david 08/10/2006 02:54

C'est n'importe quoi ce que vous dites sur la création du royaume de votre dieu, votre secte aurait pour dieu un être qui à tellement l'air d'être le dieu des sectes monothéistes qui ont semé le désaroi sur cette terre. Vous en parlez avec un d majuscule à l'identique des gens de la secte chrétienne comme si c'était le même, et  il ne peut y avoir d'autre origine a cette utilisation que son origine sectaire venant de ces monothéismes. Ou alors trouver un autre nom pour qualifier le votre. A quoi pourrait biens servir un astre planétaire a une entité qui est biensur inexistante, mais rien a prouvé ni aux humains ni a elle même. Tous ce que vous dites est sans fondement. Si les juifs n'avaient pas existé, les chrétiens n'auraient pas existé, les musulmans n'auraeint pas existé et vous n'auriez jamais employé le mot dieu avec une majuscule. Jesus Christ n'a jamais existé, Moïse non plus et mahomet non plus.