Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

25 août 2006 5 25 /08 /août /2006 01:30

Un texte vraiment magnifique... à une époque où les gens font n'importe quoi et se mettent avec n'importe qui pour combler une solitude qui n'existe pas lorsque l'on a trouvé la Voie, ce texte du grand Sédir est comme une eau fraîche et apaisante...

 LA SOLITUDE

par Sédir

Comment chasser l'inquiétude et l'angoisse d'être seul ?

- Elle est souvent le résultat d'un refus antérieur de participer aux charges sociales ou familiales, ou d'un orgueil antérieur. Elle pourrait diminuer par le détachement d'avec les créatures et le rattachement à Dieu.

Par nature les hommes de génie sont seuls. Plus un être est élevé spirituellement, plus il est seul.

La solitude

Nous sommes seuls pour trois motifs : par orgueil, par humilité ou parce que la nature nous a faits plus que les autres. Mais la majorité des solitaires, ce sont des orgueilleux ; ils se disent incompris, et ils sèment autour d'eux l'incompréhension.

Il y a aussi les humiliés ; ceux-là sont heureux, car dans leur solitude vient tout ce que le monde chasse. Il y a aussi ceux qui sont seuls parce qu'ils sont des géants de l'art, dans la nature, dans la réalisation ; ils dépassent les autres ; les hommes ont peur devant eux et les laissent seuls. Ceux-là ne sont pas à plaindre, ils accomplissent leur fonction.

Il faut plaindre les orgueilleux, car pour eux la solitude est dure ; mais elle est une maîtresse parfaite qui leur apprend la vie, qui adoucit les angles, qui ouvre les cœurs ; la souffrance leur sera bonne ; un jour ils comprendront que la solitude leur aura été une bénédiction.

Ceux qui sont seuls par humilité, nous n'avons ni à les plaindre ni à les envier ; nous avons à les admirer ; ils sont sur la route de la liberté, ils portent en eux quelqu'un dont la présence remplace toutes les autres.

Ceux que le Destin oblige à une vie dispersée soupirent après la solitude ; ceux que le Destin oblige à une vie ignorée aimeraient à voir beaucoup de monde. Les uns et les autres sont dans la même erreur. L'homme doit apprendre que personne n'est seul ; chaque solitude est pour nous le signe d'une autre présence.

L'épreuve et la persécution sont utiles pour faire accoucher notre esprit de ce dont il était gros et qu'il ignorait. Chaque fois qu'on s'éloigne de nous, réjouissons-nous ; c'est que d'autres êtres vont venir.

Cependant toutes les sociétés de toutes les créatures ont leur inconvénient, même celle des invisibles : ils ont aussi leurs erreurs et ils ne mettent pas forcément dans la voie. Mais à force de changer de sociétés, à force de connaître les solitudes, nous arriverons à concevoir que tous ces allants et venants, tous ces tenants et aboutissants de notre existence, ce sont des comparses, qu'il y a au-dessus d'eux la vérité, et dans la plus sombre nuit nous trouverons ce Christ qui est la compagnie de ceux qui ont expérimenté toutes les solitudes, qui se sont ensanglanté les pieds dans tous les déserts, qui se sont déchirés dans tous les halliers du visible et de l'invisible.

Nous sommes une race prosaïque.

Dans les légendes du Moyen-Age on parle de pauvres mendiants qui, tout à coup, se transforment en anges du Christ. Nous lisons cela et nous y voyons de la poésie ; nous ne pouvons pas voir que c'est réel. Il y a 2 000 ans, il y avait un être qui parcourait les routes de l'univers, qui était pieds nus comme les pauvres de son temps.

Il n'y a aucune raison pour que dans la rue il ne se trouve pas encore aujourd'hui un passant vêtu comme nous, allant comme nous, obéissant au sergent de ville, achetant le journal, entrant au café, et cependant portant en soi la lumière qui éclaire les mondes. Quelle impossibilité y a-t-il à cela ?

Si vous avez envisagé cette éventualité, vous ne pouvez pas ne pas vous dire que peut-être vous avez rencontré cet inconnu, qu'il vous a regardé, mais que, parce que vos yeux étaient remplis de spectacles de boue et de fumée, vous ne l'avez pas vu et qu'il vous faudra peut-être attendre des siècles avant de retrouver ce regard. Il y en a qui ont supporté ce regard et qui l'ont reconnu.

Ces hommes-là, qui portent ce trésor en eux sans que leurs plus proches s'en doutent, croyez-vous qu'ils connaissent l'angoisse et que les pires douleurs soient lourdes pour eux.

Essayez d'ouvrir les yeux dans la vie ; essayez de déblayer en vous. Il y a un être dans le monde qui est le solitaire par excellence, car plus une créature est grande, moins elle trouve de pairs.

Il y a dans l'univers des pistes où à peine se rencontre un voyageur par siècle ; il y en a où pas un voyageur n'a passé depuis 2 000 ans ; il y en a une qui part du soleil et qui arrive à la terre, et où douze êtres qui y sont passés il y a 2 000 ans passent en ce moment.

Mais ce qui prime tout, c'est la pensée de Celui qui est le Solitaire, de Celui qui est seul de sa catégorie dans l'univers entier. Il a assumé les poids de l'univers entier et Il assume, si nous voulons, le poids de nos faiblesses et de nos laideurs.

Si nous déblayons de notre vie les visiteurs après les avoir servis comme ils le méritent, quand nous aurons quitté les soucis, les sociétés visibles et invisibles qui nous apportent la beauté humaine et la science humaine, nous verrons derrière elles quelqu'un qui attend à la porte les yeux baissés pour que Son regard ne nous effraie pas et à demi-tourné.

Celui-là, quand nous l'avons rencontré en nous-mêmes, nous donne la bénédiction suprême de Le rencontrer hors de nous.

Balayez donc les chambres de votre cœur. Vous n'avez d'inquiétude et d'angoisse que parce que vous avez accroché votre cœur à ce qui passe, à un être, à une science, comme si c'était un dieu. Quand vous aurez palpé le friable de ces idoles, quand vous aurez goûté la cendre de ces faiblesses, vous aurez la possibilité de n'être plus seuls et vous marcherez dans la vie avec la certitude qu'au dessus de votre épaule il y a une main prête à vous soulever et un regard prêt à vous réconforter.

Sources : Tarot Numérologie

Posté par Adriana Evangelizt

Partager cet article

Repost 0
Published by Adriana Evangelizt - dans HERMETISME
commenter cet article

commentaires