Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 05:05

Histoire du Peuple juif avec les despotes, les tyrans et les prêtres qui règnent sur lui. Oppression des peuples dans le monde entier, de toute façon. Ces peuples qui espèrent que quelqu'un viendra les sauver de cette misère. Entrée en scène de Jean-Baptiste qui annonce celle de Yeshoua...




 


Le vrai christianisme suivant Jésus-Christ 3

par Etienne Cabet

Ex-procureur général, ex-député

1848

3ème partie

2ème partie

1ère partie



Chapitre VII

 

 

Deux mots sur l'histoire des Juifs

 

REPUBLIQUE JUDAÏQUE - Avec ses principes de Dieu unique et invisible, de Fraternité, d'Egalité, de Démocratie, de Propriété presque égale et inaliénable, le Mosaïsme pouvait former une Nation plus intelligente, plus sage et plus heureuse que les autres Nations ; et peut-être même, malgré tous ses vices et tous ses malheurs, le Peuple Juif fut-il généralement plus sage encore que les autres Peuples : mais, faible en nombre, entouré de grandes et puissantes Nations idolâtres et païennes, il resta longtemps comme emprisonné et étouffé par les Religions  et les civilisations voisines.

Chacun sait que, peu après la mort de Moïse (et toujours d'après la Bible), les Hébreux s'établirent, par la conquête, dans la Terre Promise, appelée désormais Judée, du nom d'un de leurs chefs Juda ; qu'ils se partagèrent à peu près également le territoire ; qu'ils conservèrent la République Mosaïque ou Judaique pendant près de 400 ans, ayant des Grands-Prêtres pour la Religion et des Juges ou Princes pour le gouvernement et pour la guerre. La Bible mentionne 17 Juges, tous élus, parmi lesquels se trouve une femme, Débora.

ROYAUTE - Mais Samuel, Grand-Prêtre ou Grand-Juge, ayant usurpé et cumulé tous les pouvoirs, les Juifs lui demandèrent un Roi, malgré la crainte qu'en avait manifesté Moïse, en disant, au nom de Dieu :

        "Si, quelques jours, à l'exemple des Nations voisines, vous voulez prendre un Roi, prenez le parmi vous et non parmi les étrangers qui ne sont pas vos frères : qu'il n'ait pas beaucoup d'or, d'argent et de chevaux ; qu'il n'ait pas un grand nombre de femmes ; qu'il écrive lui-même une copie de la Loi ; qu'il la lise tous les jours afin de se conformer à tous ces préceptes et pour que son orgueil ne s'élève pas au-dessus de ses concitoyens qui seront ses frères." (Deut. XVII, 19-20)

Redoutant les excès de la Royauté, Samuel dit à son tour, en parlant au nom de l'Eternel :

        "Quoi ! Vous voulez un Roi, vous rejetez Dieu  afin qu'il ne règne plus sur vous ! Eh bien, voici ce que fera votre Roi : il prendra vos enfants et les emploiera au service de ses chars et de ses chevaux ; ils courront devant lui et devant ses attelages de guerre ; il en fera des soldats ; il les emploiera à labourer ses champs, à faire ses moissons, à fabriquer ses instruments de combat, ses armes et ses chars ; il prendra vos filles , et en fera ses parfumeuses, ses cuisinières et ses boulangères; il s'emparera de vos champs de blé, de vos vergers d'oliviers et de vos clos de vignes ; et il les donnera aux gens de son service; il prendra la dîme de vos grains et de vos vins pour les donner à ses eunuques et à ses serviteurs ; il enlèvera vos esclaves mâles ou femelles, ainsi que vos ânes ; il dîmera sur vos troupeaux ; et de vos propres personnes il fera des esclaves. » (l Samuel, VIII, 6-17.)

La longue liste des Rois Juifs, d'abord électifs, puis héréditaires, ne présente, en effet, que des despotes et des tyrans, dont l'un, fils de Salomon, disait : « Mon père vous a châtiés avec des fouets; mais je vous châtierai avec des fouets garnis de pointes de fer. (I Rois, XII, 11-14.)

L'histoire de ces Rois ne fournit que des exactions, des révoltes, des guerres civiles, des massacres, des régicides commis par des Rois mêmes.

SCISSION. — Dix Tribus se séparent et prennent pour capitale Samarie, tandis que les deux autres conservent leur capitale, Jérusalem. Les deux Peuples Juifs ont chacun son Temple et sa Bible, ses Grands-Prêtres et ses Rois, qui se font presque continuellement la guerre, pillant, massacrant et dévastant.

CAPTIVITE — Ainsi divisés et affaiblis, les Juifs sont perpétuellement attaqués, envahis, subjugués, pillés, massacrés par les Nations voisines, par les Égyptiens, par les Syriens, par les Chaldéens on les Perses, qui brûlent ou détruisent leurs Temples, qui les réduisent en servitude et qui les déportent en Egypte, en Syrie, à Ninive, à Babylone, 600 ans avant Jésus-Christ.

RETOUR. — Renvoyés dans leur Patrie par le Roi de Perse Cyrus, après 70 ans de servitude à Babylone, les Juifs, au nombre cte 60.000 seulement, mêlés à des étrangers de toutes Nations, reconstruisent Jérusalem et son Temple.

RÉTABLISSEMENT DE LA REPUBLIQUE. — Le Prêtre Esdras, nommé Inspecteur par le Roide Perse, de concert avec Néhémias, nommé Gouverneur, publie une nouvelle édition de la Loi de Moïse, rédigée en chaldéen, propose de nouveau l'acceptation de cette Loi au Peuple assemblé, et rétablit la République Mosaïque ou Judaïque, qui dure encore 400 ans, et qui, 140 ans avant Jésus-Christ, sera remplacée par un Roi, puis par trois Rois.

DOMINATION GRECQUE

Deux siècles après le retour de Babylone, 330 ans av. Jésus-Christ, la Judée devient une Province Grecque sous Alexandre, tombe en partage à l'un de ses généraux, Antiochius le Dieu, devenu Roi de Syrie, qui fait tous ses efforts pour détruire la Religion et la civilisation Judaïques, en y substituant la Religion et la civilisation Grecques ou Païennes.

Deux Partis se forment alors, un Parti Grec ou Étranger, ou Païen, qui accepte les Dieux et la domination des Grecs, et un Parti National ou de l'Indépendance.

Le Parti National résistant à la domination étrangère, Antiochus prend deux fois Jérusalem et son Temple, les pille, massacre les Patriotes Juifs, en emmène un grand nombre comme esclaves, et met une garnison Grecque dans le pays (comme fait aujourd'hui Nicolas en Pologne).

Cependant, les frères Machabée, retirés dans les montagnes avec une armée de Patriotes fidèles, soutiennent longtemps la cause de l'indépendance et battent souvent soit les Grecs, soit le Parti Juif vendu à l'Étranger.

DOMINATION ROMAINE - L'indépendance triomphe enfin, mais avec l'alliance et la protection des Romains, qui bientôt, subjuguant et remplaçant les Grecs, réduisent la Judée en Province romaine, lui imposent un lourd tribut, et y envoient une garnison pour la contenir, avec un Préteur ou Gouverneur pour la gouverner souverainement, en lui donnant un Roi étranger (Hérode), qui détruit définitivement la République Judaïque, en appelant au pouvoir un nouveau Parti de l'Étranger ou Parti Romain, tandis que le Parti National ou de l'indépendance est repoussé, suspect, persécuté par les Romains et surtout par leurs complices.

Voilà donc la Judée , comme l'Espagne, la Gaule, l'Italie, la Grèce, la Syrie, l'Égypte et la Perse, sous la domination d'Auguste, de Néron et de Tibère !

INCRÉDULITÉ CHEZ LES JUIFS.

 Et quel est alors l'état des opinions religieuses, philosophiques et sociales ?

Quoique Moïse ait présenté sa Religion et ses Lois comme écrites ou dictées par Dieu lui-même, les Hébreux ou les Juifs n'ont jamais  été unanimes pour le croire, et toujours une partie d'entre eux, plus ou moins nombreuse, a été incrédule, idolâtre ou païenne ; beaucoup de croyants sont devenus infidèles; la Judée a souvent été couverte de temples, d'autels, d'idoles, de prêtres et de prophètes consacrés aux Dieux étrangers ; bien des Rois Juifs ont été idolâtres ; et souvent les dissidences religieuses ont amené des guerres, des proscriptions et des massacres, dans lesquels des Rois et des Prophètes font périr des centaines de Prophètes, tandis que des Grands-Prêtres et des Rois font assassiner des Rois ( Ier liv. des Rois, XVIII, 1 à 40).

Et quand la Judée est Province grecque, puis Province romaine, on y voit le Paganisme plus encore que le Mosaïsme.

On peut dire aussi que les Juifs, transportés dans les pays voisins ou gardés chez eux par les Peuples vainqueurs, connaissent parfaitement les Religions, les Philosophies, les civilisations et les organisations sociales des Egyptiens, des Babyloniens ou des Perses, des Indiens, des Syriens ou Phéniciens, des Grecs et des Romains, c'est-à-dire toutes les Religions, toutes les Philosophies, toutes les civilisations de l'Orient ou du Monde civilisé.

ÉTAT DE L'OPINION.

Et quelle est alors l'opinion de ce Monde civilisé ?

Partout la Religion sert d'instrument à la Politique et joue encore le premier rôle, quoique la Philosophie commence à le lui disputer.

Partout les Prêtres dominent.

Partout le Peuple est ignorant, crédule, superstitieux; partout on admet les fables les plus grossières, les contes les plus absurdes ; partout on croit aux Dieux, aux Demi-Dieux et aux Génies, à Satan, au Diable et aux Démons, aux Oracles et aux Mages, aux Augures et aux Aruspices , aux métamorphoses et aux miracles.

Partout aussi c'est la guerre, la force, la conquête et l'esclavage ; partout le Peuple est opprimé, dépouillé, tyrannisé par les Rois, par les Prêtres et par l'Aristocratie ; partout on désire un grand changement, une grande Réforme, une grande Révolution.

Partout on reconnaît et l'on sent que les anciens Dieux s'en vont; partout on croit à la fin du monde, à un jugement dernier, à une résurrection, à un règne de Dieu, à la prochaine arrivée d'un Messie ou Réformateur ou Libérateur.

TROIS SECTES — Toutes ces opinions de la Perse, de l'Egypte et de la Grèce, répandues en Judée depuis la captivité de Babylone et les invasions Grecque et Romaine, y ont formé trois Sectes principales , des Sadducéens, des Pharisiens, et des Esséniens ou Thérapeutes.

Les Sadducéens sont le Parti des Rois et de la Cour, qui admet les opinions étrangères, et qui rejette la croyance à la résurrection.

Les Pharisiens sont le Parti Prêtre, qui possède le pouvoir, qui ménage les Étrangers et les Rois pour conserver la puissance, qui s'attache à la lettre et aux pratiques de la Loi Mosaïque en violant son esprit, qui repousse toute réforme, qui veut conserver les abus, et qui flatte le Peuple pour l'exploiter : c'est le Parti le plus nombreux et le plus fort ; c'est aussi, avec les Sadducéens, le Parti conservateur ou ministériel.

ESSÉNIENS.— Les Esséniens sont le Parti des savants, des Philosophes, du progrès; ils s'attachent à l'esprit plus qu'à la lettre de la Loi, regardent le principe de la fraternité comme l'essentiel , admettent la Communauté ( adoptée déjà par Minos, Lycurgue, Socrate, Platon, etc. ), croient à la prochaine fin du monde ( c'est-à-dire à la destruction de l'organisation sociale d'alors), à une résurrection et au régne de Dieu ( c'est-à-dire à une réorganisation sociale sur la base de la Fraternité, de l'Unité dans le Genre humain, de l'Égalité et de la Liberté ou de la Démocratie ).

Ces Esséniens sont pour la plupart des médecins, et des médecins-philosophes, qui s'occupent de l' esprit autant que du corps.

Vivant en Communauté au nombre de plus de 4,000, en Égypte près d'Alexandrie, et en Judée dans plusieurs villages près de Nazareth dans la Galilée, cette vie commune leur donne un immense avantage pour l'étude et l'instruction.

Connaissant toutes les religions et toutes les philosophies, adoptant celles de Socrate et de Platon, ils forment le corps savant qui peut-être est le plus avancé.

Et c'est de cette Communauté des Esséniens que vont sortir le Prophète Jean-Baptiste et Jésus-Christ, fondateur du Christianisme.

Voyons d'abord Jean-Baptiste.

CHAP. VIII.


JEAN-BAPTISTE.

L'Essénien Jean-Baptiste, qui se donne la mission de Prophète, qui se dévoue à la régénération de l'Humanité, et qui se résigne à la vie la plus austère (vêtu d'une peau de chameau attachée avec une ceinture de cuir, se nourrissant de miel sauvage et de sauterelles) pour commander le respect et la confiance, vient prêcher au désert de la Judée, sur les bords du Jourdain, à Béthanie, signale les vices de l'époque, exhorte à se repentir, à devenir moins vicieux, à se dépouiller des vieilles erreurs, à se préparer pour une grande régénération sociale, et annonce une grande Réforme et un grand Réformateur.

Dans son style oriental et énigmatique, il s'écrie : (Matth., III ; Marc, I ; Luc, III ; Jean, I.)

"Faites pénitence (ou reconnaissez vos erreurs et vos fautes, repentez-vous en et prenez la résolution de les éviter) ; car le règne de Dieu s'approche... Préparez la voie du Seigneur ; rendez droit ses sentiers :"

Puis il annonce ainsi l'Egalité :

« Toute vallée sera comblée, toute montagne et toute colline sera abaissée; les chemins tortus deviendront droits et les raboteux deviendront unis. »

Quand le Peuple lui demande ce qu'il doit faire, il répond en prescrivant la Fraternité :

« Que celui qui a deux vêtements en donne un à celui qui n'en a point, et que celui qui a de quoi manger partage avec celui qui n'a rien : »

Aux Publicains (capitalistes, usuriers) il répond :

« N'exigez pas d'intérêts!! »

Aux soldats il dit :

« N'usez point de violence ni de fraude envers personne, el contenter-vous de votre paye! » (Luc, III, 10-14)

Mais quand les Pharisiens et les Sadducéens (les Prêtres et les Courtisans) arrivent de Jérusalem à sa prédication, il les apostrophe en termes menaçants :

« Race de vipère, qui vous a avertis de fuir la colère qui doit tomber sur vous? Faites de dignes fruits de pénitence ! La coignée est déjà à la racine de l'arbre : tout arbre qui ne porte pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu! » (Math., III, 7-12.)

La foule accourt à ses prédications de toutes les parties de la Judée, même de Jérusalem, et se laisse convertir et endoctriner par lui.

Tous confessent ou reconnaissent et avouent leurs fautes et se font BAPTISER par lui dans le fleuve du Jourdain, c'est-à-dire se dépouillent de leurs habits et se lavent dans la rivière, pour indiquer qu'ils se dépouillent de leurs vices et peut-être qu'ils sont prêts à se dépouiller de leurs biens, et à pratiquer la Fraternité et la Communauté.
Et quel est ce Jean-Baptiste (Baptiste est un surnom qui signifie Baptiseur) qui prêche, exhorte, menace, convertit, baptise des hommes et non des enfants? On le dit un Prophète, un homme inspiré par Dieu. Nous l'admettons : mais alors, Prêtres et grands de la Terre, écoutez donc ses redoutables paroles !

Le voici qui annonce Jésus.

Jean-Baptiste annonce Jésus.

« Pour moi, dit- il, je vous baptise dans l'Eau pour vous porter à la pénitence ; mais celui qui doit venir après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier le cordon de ses souliers en me prosternant devant lui; c'est lui qui vous baptisera dans le Saint- Esprit et dans le feu.

« Il a son van à sa main et il nettoiera parfaitement son aire ; il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteindra point. » (Math., III, 11 et 12. — Marc. 1, 7.)

Ainsi, Jean-Baptiste prépare la Réforme en signalant le mal et en lavant le présent, et Jésus viendra consommer la Réforme en apportant le remède, en enflammant les esprits et les cœurs, en purifiant ou détruisant, en régénérant l'Avenir.

Courageuse indépendance de Jean-Baptiste .

Nous venons de voir Jean-Baptiste, le Prophète inspiré de Dieu, menacer les Pharisiens et les Sadducéens ( les Courtisans et les Prêtres ), et prêcher la Réforme malgré le Roi Hérode.

« Mais Hérode étant repris par lui, au sujet d'Hérodiade (sa belle-sœur, femme du Roi Philippe son frère), et de tous les autres maux qu'il avait faits, cet Hérode
ajouta à tous ses autres crimes celui de faire mettre Jean en prison. » (Luc, III, 19-20.)

Ainsi, voyez-le bien, Prêtres et Rois ! au lieu d'être un courtisan, un valet, un complice des débauches et des crimes d'Hérode, Jean, l'inspiré de Dieu, lui reproche ses débauches, ses scandales, tout le mal qu'il fait, tous ses crimes...! Mais cet homme de Dieu serait aujourd'hui flétri comme un brouillon, un factieux, un séditieux, un révolutionnaire!

Et Jésus-Dieu serait flétri de même, lui qui repoussera les offres de Satan et des Rois, et qui déclarera qu'il faut adorer et servir Dieu préférablement aux Princes !

Courageuse indépendance de Jean-Baptiste .

Nous venons de voir Jean-Baptiste, le Prophète inspiré de Dieu, menacer les Pharisiens et les Sadducéens ( les Courtisans et les Prêtres ), et prêcher la Réforme malgré le Roi Hérode.

« Mais Hérode étant repris par lui, au sujet d'Hérodiade (sa belle-sœur, femme du Roi Philippe son frère), et de tous les autres maux qu'il avait faits, cet Hérode
ajouta à tous ses autres crimes celui de faire mettre Jean en prison. » (Luc, III, 19-20.)

Ainsi, voyez-le bien, Prêtres et Rois ! au lieu d'être un courtisan, un valet, un complice des débauches et des crimes d'Hérode, Jean, l'inspiré de Dieu, lui reproche ses débauches, ses scandales, tout le mal qu'il fait, tous ses crimes...! Mais cet homme de Dieu serait aujourd'hui flétri comme un brouillon, un factieux, un séditieux, un révolutionnaire!

Et Jésus-Dieu serait flétri de même, lui qui repoussera les offres de Satan et des Rois, et qui déclarera qu'il faut adorer et servir Dieu préférablement aux Princes !

Persécution et Meurtre de Jean.

Nous venons de voir Jean, le Prophète, le Saint, mis en prison par le Roi Hérode ; mais ce n'est pas assez : la Reine Hérodiade, sa belle-sœur, qu'il a enlevée à son frère et avec laquelle il vit publiquement dans l'adultère et l'inceste, veut le supplice de Jean pour se venger de ses reproches ; elle emploie sa fille comme agent de sa vengeance, lui fait danser devant le Roi une danse voluptueuse, et demande la tête du Prophète pour prix du plaisir qu'elle procure. Le lâche Hérode fait décapiter le prisonnier, et présente sa tête sur un plat à son infâme maîtresse.

Voilà un Roi, une Reine, une maîtresse de Roi, une danseuse de Cour !

Voilà un persécuté, un proscrit, un martyr !

Et voici enfin Jésus-Christ.

Quatrième partie

Posté par Adriana Evangelizt

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires