Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : LE PORTEUR DE LUMIERE
  • LE PORTEUR DE LUMIERE
  • : Qu'est-ce que l'Hermétisme ? L'Occultisme ? Le Spiritisme ? Savez-vous qu'à la base il n'y avait qu'un seul Enseignement et que ce sont les hommes qui ont inventé les religions ?
  • Contact

Texte Libre

Il y a  

  personne(s) sur ce blog

Recherche

Texte libre

Archives

14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 04:44

On poursuit par la Genèse racontée par Moïse, sa Vraie Mission civilisatrice qui s'étend à l'Humanité entière et qui n'a rien à voir avec ce qu'elle est devenue aujourd'hui... nous ne posons pas ce livre par hasard...






Le vrai christianisme suivant Jésus-Christ 2

 

par Etienne Cabet

Ex-procureur général, ex-député

1848

1ère partie


Chapitre VI

 

MOSAÏSME

Section 1ère - Caractère du Mosaïsme



 

Le Mosaïsme n'est pas seulement une Religion et une histoire de la création et du Genre Humain, mais en même temps une Organisation sociale et politique, une Constitution, un Code de lois ; et la loi se confond avec la Religion : les deux choses n'en font qu'une ; on pourrait ne parler que de Religion, comme on pourrait ne parler que de Loi ou de Constitution ou d'Organisation.

Nous devons même remarquer que Moïse ne prononce jamais le mot Religion (inventé bien des siècles après) et qu'il n'emploie que le mot Loi. Son principal objet, c'est de remplacer la Loi naturelle par une Loi écrite qui servira de règle et de guide pour tous.

Le Mosaïsme est donc le culte de la Loi ou de la Légalité ; aussi Jérusalem aura-t-elle un Palais de la Loi, et les Juifs invoqueront-ils sans cesse la Loi (et les Prophètes défenseurs de la Loi).

Quelles sont cette Religion et ces Lois de Moïse ? Nous allons les voir, en jetant un rapide coup d'oeil sur la Bible*.

*Tout le monde sait que le Mosaïsme est exposé dans la Bible, mot tiré du grec Biblos, qui signifie livre. La Bible est le livre sacré des Hébreux ou des Juifs, comme l'Alcoran est le livre sacré des Mahométans. Les cinq premiers livres de la Bible, appelés les Livres de Moïse (la Genèse ou la Création, l'Exode ou la sortie d'Egypte, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome ou seconde publication de la Loi) contiennent tout le Mosaïsme.

Section 2 - Système sur la Création

On connaît la Genèse ou le système de Moïse sur la Création. On sait comment Moïse raconte :

- Le temps antérieur à la Création ; l'existence de Dieu et l'existence de l'abîme, des eaux, des ténèbres ;

- Puis la création de l'Univers par la parole de Dieu ; la création de la lumière, du soleil, des astres, de la terre et des mers, des plantes et des fruits, des animaux et de l'Homme ;

- La formation d'Adam, avec un peu de limon que Dieu façonne à son image et qu'il anime en lui soufflant une âme de vie par les narines ;

        - puis la formation d'Eve, qu'il façonne avec une côte qu'il soustrait à Adam après avoir pris la précaution de l'endormir ;

        - leur séjour, leur innocence et leur bonheur dans l'Eden ou le Paradis terrestre situé vers le centre de l'Asie à la source de l'Euphrate ;

        - la défense de manger du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal ;

        - le phénomène d'un animal, d'un reptile, d'un serpent, que Dieu vient de créer pour être soumis à l'homme, qui s'insurge contre Dieu, qui conseille à Eve la révolte, et qui parle la langue humaine ;

        - la tentation d'Eve par ce serpent, puis Adam par Eve ;

        - leur désobéissance à Dieu par le conseil du serpent, désobéissance qu'on appelle le péché originel (ou la faute originelle) ;

        - le courroux de Dieu ;

        - leur expulsion de l'Eden, et le moyen employé par Dieu pour les empêcher d'y rentrer en plaçant à la porte un Chérubin agitant une épée de flamme ;

        - la condamnation prononcée contre eux et contre leur postérité pour que l'homme travaille et gagne sa vie à la sueur de son front, pour que la femme enfante avec douleur et soit soumise à l'homme.

On sait comment Moïse raconte l'histoire de la postérité d'Adam et d'Eve ou l'histoire du Genre humain. On connaît :

- Leurs trois fils :

        - CAÏN (mot qui signifie le propriétaire) ;

        - ABEL (mot qui signifie le berger ou le pauvre)

        - SETH (mot qui signifie le savant ou le prêtre)

- La faveur de Dieu pour Abel malgré le péché originel ;

- le meurtre d'Abel par son frère Caïn ;

- la malédiction prononcée par Dieu contre Caïn et contre sa race ;

- le repentir qu'éprouve Dieu d'avoir créé l'homme ;

- le Déluge envoyé par Dieu pour détruire tout le genre humain parce qu'il ne veut pas l'adorer ;

- la conservation de Noé et de sa famille parce qu'il est pieux ;

- le partage de la terre entre ses trois fils Japhet, Cham et Sem, d'où sortent tous les Peuples du Globe ;

- la condamnation à l'esclavage prononcée contre la postérité de Cham, au profit de la postérité de Sem, pour punir une faute de Cham ;

- l'Alliance de Dieu avec Abraham, descendant de Sem, à condition d'établir la Circoncision ;

- la nouvelle Alliance avec Isaac, puis avec Jacob, à qui Dieu promet l'Empire du Monde pour sa postérité ;

- enfin l'établissement des 12 enfants de Jacob en Egypte fondant 12 tribus, leur multiplication pendant 400 ans, et l'Alliance de Dieu renouvelée avec Moïse et avec les 600 000 Hébreux.

Nous ne nous arrêterons pas à examiner s'il est possible d'admettre que Moïse entendait que ce récit fut éternellement pris à la lettre, ou si, dans l'intention de Moïse, ce récit n'était pas tout simplement une ALLEGORIE, un mythe (en grec mythos), ou fable religieuse, comme toutes celles de la mythologie païenne.

Nous n'examinerons pas si, comme le soutiennent quelques philosophes, notamment Pierre Leroux dans son  livre de l'Humanité (Tome II, page 544) qui contient des recherches profondes et curieuses, Moïse a voulu dire seulement que l'homme fut d'abord innocent, pur, bon ; qu'il ne devint coupable ou mauvais qu'ensuite, par une erreur, par une faute, par une tentation d'une espèce de Génie du mal ; et que cette erreur, cette faute, cette tentation, ce Génie du mal fut l'EGOÏSME ou l'INDIVIDUALISME ; que tous les maux qui accablèrent l'Humanité sont la conséquence de cet Egoïsme ou de cet Individualisme ; et que tous ces maux subsisteront tant que l'Humanité ne sera pas DELIVREE de cet Egoïsme ou de cet Individualisme ;

Ce qu'il importe de bien remarquer ici, en passant, c'est que, même en le prenant à la lettre, le récit de Moïse constitue

1- l'identité de la femme et de l'homme ;

2 - la fraternité, l'unité, et la solidarité entre tous les membres du Genre humain ou de l'Humanité. 

Une troisième chose bien importante à remarquer, c'est que l'erreur, la faute, le péché originel, n'empêcha pas Dieu de faire alliance avec Abel, avec Noé, avec Abraham, avec Isaac, avec Jacob, avec Moïse et son peuple Hébreu.

Section 3 - Loi principale - Décalogue

 Puis l'une des premières choses que fait Moïse, c'est le Décalogue, mot grec qui signifie dix lois ou loi en dix articles.

Et il affirme que cette loi a été gravée par Dieu, de sa propre main, sur deux tables de pierre, sur le mont Sinaï, au milieu d'un grand bruit et d'une grande lumière pendant que le peuple était au pied de la montagne.

Nous n'examinons pas les moyens qu'il emploie pour persuader que le Décalogue a été écrit par Dieu lui-même, et nous admettons que c'est bien Dieu qui l'a écrit : voyons ce que prescrit Dieu, parlant au Peuple comme à un seul homme.

        1 - Je suis le Seigneur ton Dieu.
       2 - Tu n'auras point des Dieux étrangers. Tu ne feras aucune image ni aucune figure ; tu n'en adoreras aucune,  car je suis le Dieu fort et jaloux qui punit sur les enfants l'iniquité des pères.
        3 - Tu ne prendras point en vain le nom de Dieu.        
        4 - Tu ne feras aucun travail le jour du Sabbat.
        5 - Tu honoreras ton père et ta mère.
        6 - Tu ne tueras point.
        7 - Tu ne commettras point d'adultère.
        8 - Tu ne voleras point.
        9 - Tu ne mentiras point.
      10 - Tu ne désireras ni la femme ni le bien de ton prochain.

Voilà donc ce que Dieu commande. Et que de bien ne ferait pas la pratique de ces commandements !

Mais qui les observe avec le respect et la terreur religieuse que devrait inspirer l'ordre de Dieu ? Les riches, les savants, les Prêtres, les Rois mêmes, ne donnent-ils pas journellement l'exemple de la désobéissance et de la révolte contre la Loi divine ?

Chacun sait que, outre ce Décalogue, promulgué comme écrit par Dieu lui-même, Moïse avait un grand nombre d'autres lois, religieuses, politiques, civiles, militaires, qu'il présente comme écrite par lui sous la dictée de Dieu. Nous  ne voulons pas contester ici ; nous admettons : eh bien ! quelles sont ces lois dictées par Dieu ?

Section 4 - Loi secondaire

Si nous pouvions les examiner, nous verrions qu'elles sont, sous tous les points, un immense progrès sur les législations de tous les autres peuples : mais nous ne pouvons parcourir à la hâte que les dispositions principales.

RELIGION : Et d'abord, qu'est-ce que Dieu pour Moïse ? Ce n'est plus comme pour le vulgaire Egyptien, un astre, une plante, un animal ; c'est, comme pour les Prêtres, la cause première dont tout le reste est l'effet ; c'est un Dieu unique, éternel, tout-puissant, créateur de l'Univers, invisible, à qui il donne cependant la figure humaine, et qu'il représente aussi comme un esprit, un souffle, une voix, une étoile, une flamme, une nuée, etc... qu'il appelle l'Eternel, le Seigneur, Jehovah, le Dieu du Ciel*.

* Notre mot français Dieu vient du mot latin Deus, qui vient du grec Zeus prononcé par les Doriens Deus, qui signifie Jupiter, ou l'air, le vent, le mouvement, la lumière. Le mot latin Dies, qui signifie Jour, a manifestement beaucoup d'analogie avec Deus ou Dieu. Dans leur hiéroglyphes, les Egyptiens représentaient Dieu par un mât avec une voile agitée par un grand vent.

ANGES, CHERUBINS - Moïse n'emploie que rarement les expressions Ange (qui signifie Messager) ou Cherubin ; et quand il les emploie, c'est sans y mettre d'importance ; ce sont des êtres imaginaires, comme la Voix de Dieu, la Colère de Dieu : ce n'est que beaucoup plus tard qu'on imaginera des armées d'Anges de tous rangs et de tous grades, qui troubleront les imaginations.

SATAN, DEMON, DIABLEMoïse n'en parle pas : ce n'est qu'une opinion des Religions étrangères, introduite longtemps après parmi les Juifs

ÂME, IMMORTALITE, PARADIS, ENFER - Moïse ne parle nulle part ni de l'âme, ni de son immortalité, ni d'une vie future, ni d'une récompense ou d'une punition dans une autre vie, ni d'un Paradis céleste ou d'un Enfer. Il ne s'occupe que de cette vie, de la Société actuelle, du temporel, comme on dit, du bonheur sur la Terre, sans dire jamais un mot sur un bonheur spirituel dans une autre vie toute spirituelle.

CULTE - Moïse consacre à Dieu, dans un temple, un autel, sur lequel on n'offrira plus de victimes humaines mais seulement des animaux et des fruits.

PRÊTRES - Moïse ou Dieu, ne leur attribue aucune propriété territoriale comme en Egypte, mais seulement la Dîme, ou la dixième partie de tous les fruits, soit de la terre, soit des animaux.
S'ils trouvent le moyen de devenir opulents, ce sera en transgressant la Loi. Ils peuvent et doivent se marier.

FRATERNITE - "Vous aimerez votre prochain comme vous-même, dit Dieu, suivant Moïse ; car vous êtes tous frères." (Lévitique chap. 19/17-18 et XXV, 46)
Ainsi
plus de castes, mais la fraternité, l'égalité, l'amour du prochain.
Et c'est Dieu qui dicte cette loi ! L'entendez-vous bien, riches et puissants de la Terre !

ORGANISATION SOCIALE, PROPRIETE - Nous avons vu le Peuple récolter la manne en commun et la partager également. Tous auront aussi une part égale dans le butin et dans la Terre promise. La propriété sera inaliénable ; "car la terre est à moi, dit Dieu suivant Moïse, et vous n'êtes tous que locataires chez moi." Par conséquent, le vendeur ou sa famille pourra toujours racheter la propriété vendue ; et même tous les cinquante ans, au Jubilé, toutes les ventes seront annulées de plein droit.
Moïse ou Dieu veut donc que tous les citoyens soient propriétaires et cultivateurs, et qu'il n'y ait
ni opulence ni misère. L'entendez-vous bien encore, riches accaparateurs de la Terre !

FEMMES - C'est le mari qui fournit une dot à son épouse. La prostitution est interdite aux femmes de la Nation.

PAUVRES - Laissez aux pauvres une part dans votre vigne et votre champ. Prêtez leur sans intérêt. Donnez-leur ce qu'ils désirent ; ouvrez votre main aux besoins de vos frères indigents ; aidez vos frères. (Ex. XXII, 25-26 - Lev. XIX, 9-10 - Deut. XV, 7-11 ; XXIII, 19) L'entendez-vous, cupides usuriers, cruels loups-cerviers du capital !

ESCLAVES - Si Moïse permet encore d'avoir des esclaves étrangers, comme c'est alors l'usage sur toute la terre, s'il autorise même à se vendre comme esclave, ou plutôt à se louer comme serviteur à un autre Juif, il veut du moins qu'on traite l'esclave avec douceur ; "car, dit Dieu suivant Moïse, vous êtes tous mes serviteurs ou mes esclaves." (Lev. XXV, 39 - Deut. XXV, 12 à 18 - XXIII, 15, 16.) L'entendez vous, barbares vendeurs de chair humaine !

ETRANGERS - Moïse recommande d'aimer l'étranger comme individu, et de lui donner des aliments et des vêtements ; "car, dit-il, vous avez été étrangers au pays d'Egypte." (Exode, XXII, 21 - Lev. XIX, 33,34 - Deut. X, 14 à 19)

ANIMAUX - Il prescrit même de traiter les animaux avec douceur (Exode, XXIII, 12 - Deut. XXII, 6 - XXV, 4) L'entendez-vous, vous tous qui traitez vos frères plus inhumainement que des chiens ou des chevaux !

GOUVERNEMENT - Si le gouvernement institué par Moïse paraît un mélange de théocratie, d'aristocratie et de démocratie, c'est néanmoins la Démocratie qui domine ; car tous les Hébreux sont considérés comme égaux et comme Frères.

« La Terre est à moi (dit Dieu suivant Moïse), vous êtes tous habitants et locataires chez moi, tous mes serviteurs, tous frères. Personne ne doit dominer les autres. » (Lévit., XXV, 23, 3g, 46,Deutér., XXIV, 10-22.)

L'entendez-vous enfin , Rois et Princes qui vous prétendez les maîtres de la Terre !

Moïse veut que chaque Tribu se divise, pour la guerre et la justice, par groupes ou compagnies de 10, 50, 100, 1000, et que chaque division choisisse des Juges pour les affaires ordinaires, en leur prescrivant de choisir des hommes vénérables et vertueux. (Exod., XVIII, 21.)

Il veut que les grandes affaires soient décidées par un Juge ou Grand-Juge ou Prince, qui sera le Chef, le Général, le Président ou le premier Magistrat du Peuple, élu par lui, sans pouvoir héréditaire, obligé de se conformer à la loi, surveillé par le Grand-Prêtre, et responsable de tous ses actes devant la Nation.

Il veut que les Anciens et les principaux de toutes les Tribus forment une espèce de sénat qu'on appellera Sanhédrin, et qui ne sera qu'un Conseil.

Il veut que le Peuple entier se réunisse en Assemblée nationale et décide souverainement de tous les intérêts populaires.

Point de bourreau ; c'est le Peuple tout entier qui exécutera les sentences capitales en lapidant le condamné.

Chaque citoyen pourra même condamner lui seul en appliquant la loi sur la déposition de deux témoins, à condition qu'il jettera lui-même la première pierre au coupable.

La Nation n'aura qu'un temple et se réunira tout entière à Jérusalem pour la fête de Pâques.

C'est donc une Démocratie, et la plus démocrate des Démocraties, quoique mélangée de théocratie et d'aristocratie ; c'est la République instituée par Moïse et, selon lui, par Dieu lui- même.

Lois CRIMINELLES. — Chacun connaît sa fameuse loi du talion, qui, dans certains cas, demande, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, vie pour vie ( Exodse XXI, 23 à 25. — Deutér., XIX, 16 à 21).

ACCEPTATION - Quoique ces lois, ce Code, cette Constitution, soient présentés comme l'oeuvre de Dieu, Moïse ne les impose pas au Peuple qui pourrait les rejeter. Dieu (raconte-t-il), leur dit : "Tu leur proposeras"(Exode XIX, 5 à 8 ; XXI, 1... ; XXIV, 3-7) ; et il les présente aux douze tribus assemblées, qui les acceptent. C'est la souveraineté du peuple reconnue et exercée ! c'est un véritable contrat social !

L'original est enfermé dans l'Arche (ou coffre de bois) pour rester déposé dans le sanctuaire sous la garde du Grand-Prêtre. Douze copies gravées sur douze tables de pierre, sont remises aux douze Tribus ; tous les sept ans, le Pontife devra lire la Loi au Peuple assemblé ; tous les citoyens devront l'apprendre et l'enseigner à leurs enfants.

Tel est, en substance, le Code Mosaïque.

Quelles que soient ses imperfections, c'est un magnifique ouvrage pour son époque et pour un Peuple abruti par l'esclavage, et ce sont même une Religion et une législation bien supérieures à celles des Nations d'alors, et peut-être même à des Nations d'aujourd'hui ; car quelle est la Nation ancienne et moderne qui, comme Moïse, a pris réellement pour base la fraternité, l'unité, la solidarité, l'égalité, la liberté, avec autant de garanties contre l'opulence et la misère ?

Aussi, comme sa Loi a été volontairement acceptée par le Peuple, Moïse l'appelle la sagesse et l'intelligence de la Nation.

REVISION, PERFECTIONNEMENT, PROGRES, NOUVEAU MESSIE - Et quoique Moïse déclare que, si les Juifs observent la Loi, ils deviendront le plus intelligent et le plus sage de tous les Peuples, il leur annonce un autre Messie, un nouvel envoyé de Dieu, qui réformera et perfectionnera sa Loi.

PROPHETES - Et en attendant, il institue des Prophètes, qui seront des prédicateurs, des instructeurs, des orateurs, des espèces de Tribuns du Peuple, qui l'avertiront, le conseilleront, l'exhorteront, recommanderont le respect pour la Loi, et répèteront l'annonce d'un Messie. On en verra des milliers avant l'apparition de Jésus-Christ ; et quand Jésus-Christ se présentera comme Réformateur, les Juifs seront préparés à l'arrivée d'un nouveau Messie.

Ecoutons maintenant Jésus-Christ : mais auparavant, deux mots encore sur l'histoire des Juifs depuis Moïse à Jésus-Christ.

 
Troisième partie

Posté par Adriana Evangelizt

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires